Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 23:29

J'ai déjà évoqué à plusieurs reprises les questions de déportation, et de génocide.

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-journee-de-la-deportation-117393494.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-le-sens-de-la-vie-97168520.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-fabriquer-un-ennemi-91095880.html

L'anniversaire de la libération du camps d'extermination d'Auschwitz me donne l'occasion de revenir sur une mise en perspective de la question génocidaire.

Le concept de génocide est né après la Seconde Guerre mondiale et s'est appliqué rétrospectivement au massacre des Arméniens (1915), des Ukrainiens (1932) et des Juifs d'Europe (1941-1945) avant de s'appliquer aussi à des massacres plus récents (Tutsis, voire Cambodgiens).

En 1941, en plein conflit, les menées antisémites des nazis ont conduit à la mise en œuvre du crime d'État le plus inqualifiable qui soit : la mise à mort méthodique de six millions d'êtres humains en vue d'éradiquer du continent européen un groupe honni, les personnes juives ou d'origine juive.

Cette mise à mort s'est effectuée de diverses façons, y compris par gazage dans des camps d'extermination situés pour la plupart en Pologne (Auschwitz-Birkenau, Treblinka...). On la distingue de la répression plus conventionnelle des opposants au régime nazi, qui a conduit ceux-ci dans des camps de concentration et de travail forcé en Allemagne même (Buchenwald, Dachau, Mauthausen...).

Le concept de génocide

L'Histoire récente et les textes anciens, dont la Bible, abondent de récits d'extermination. Faut-il pour autant tout mettre dans le même sac, génocides, massacres de masse, exterminations de populations entières, crimes de guerre...? Pour prévenir toute confusion, il importe de définir avec rigueur le concept de génocide (*).

Le Tribunal militaire international de Nuremberg, qui a jugé les criminels nazis, a invoqué à leur propos le terme de « crime contre l’humanité ». C'était la première utilisation de ce concept depuis... Robespierre.

L'accord de Londres du 8 août 1945, qui établit les statuts du Tribunal, définit le crime contre l'humanité de façon évasive comme «l'assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toutes les populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux».

C'est seulement un peu plus tard, lors de la première session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le 11 décembre 1946, qu'est défini le concept de «génocide». Il est défini par la résolution 96 comme «un déni du droit à la vie des groupes humains», que ces «groupes raciaux, religieux, politiques et autres, aient été détruits entièrement ou en partie».

L'allusion au fait politique déplaît à l'URSS qui a beaucoup à se reprocher en ce domaine. Aussi la définition est-elle édulcorée dans l'article II de la Convention des Nations Unies du 9 décembre 1948 qui définit comme génocide «des actes commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel».

L'exclusion du fait politique fait encore débat parmi les spécialistes car elle conduit à exclure par exemple le massacre des Hutus modérés du génocide des Tutsis en 1994 et elle fait fi d'un constat évident : «les génocides commis contre des groupes raciaux, ethniques ou religieux le sont toujours à la suite de conflits et à partir de considérations idéologico-politiques».

Mettons en garde contre une double dérive :

– la première, ultra-restrictive, voit dans l'extermination des Juifs d'Europe le seul véritable génocide ; elle établit par exemple une différence entre la prétendue «rationalité» des crimes staliniens, commis au nom d'un idéal honorable, et l'absolue «irrationalité» des crimes nazis,

– la seconde, extensive, conduit à qualifier de génocide tous les crimes et méfaits de grande ampleur, y compris, pourquoi pas, la traite atlantique, au risque d'enlever toute pertinence au concept de génocide.

Aux origines de la violence du XXe siècle

«À titre rétrospectif, le XXe siècle peut s'assimiler au règne de la violence paroxystique», rappelle Bernard Bruneteau, auteur du livre « 1915-1994 : Le siècle des génocides. Editions Armand Colin) »

. Mais le surgissement de cette violence a été préparé par des éléments du siècle précédent : «L'ère impérialiste qui voit la nouvelle pensée raciste justifier un expansionnisme colonial sanglant inaugure en effet les massacres administratifs ; la guerre de 1914 qui combine animalisation de l'ennemi, violence extrême et mort de masse débouche par ailleurs sur la brutalisation des sociétés européennes».

Bernard Bruneteau revient bien évidemment sur les massacres liés aux conquêtes coloniales, en Algérie, en Afrique noire, en Australie... sans oublier les guerres indiennes livrées par les Américains aux premiers habitants de leur pays : «Si la majorité des massacres de l'ère coloniale ne relèvent pas de la stricte catégorie du génocide, l'indifférence dans laquelle ils se déroulèrent ne se sépare pas toutefois d'une forme d'idéologie, et qui plus est à visée universaliste»... C'est au nom du «peuple souverain» que des États comme la France ont entrepris de soumettre les peuples non européens.

Les guerres coloniales ont été justifiées en invoquant le darwinisme social, un système idéologique qui voit dans les luttes civiles, les inégalités sociales et les guerres de conquête rien moins que l'application à l'espèce humaine de la sélection naturelle, et excroissance monstrueuse de la théorie de la sélection naturelle de Charles Darwin, et la vocation des «races supérieures» à dominer les autres. Le succès de ce genre de théorie a été rendu possible par la sécularisation des sociétés européennes et l'affaiblissement de la morale chrétienne, avec pour conséquences le rejet de la compassion en politique et la désacralisation de l'être humain.

La Grande Guerre de 1914-1918, en atteignant un seuil de violence sans précédent, a également contribué à chambouler les consciences. «Lieu de l'hécatombe et de la terreur la plus insupportable, la bataille des années 1914-1918 a rendu banale la disparition de millions d'hommes, faisant accepter par exemple que la moitié des morts de la guerre n'aient pas de sépulture. Le consentement à la mort de masse est indissociable de la désacralisation subite de la vie humaine», note Bernard Bruneteau.

On peut y voir l'origine des événements tragiques qui ont jalonné le XXe siècle, du massacre des Arméniens à celui des Tutsis, en passant par la famine planifiée en Ukraine, la Shoah et le génocide cambodgien.

Force est donc de constater que le XXe siècle méritera de rester dans l'Histoire comme le «siècle des génocides», sans que l'on sache encore comment des hommes, généralement intelligents et héritiers d'une grande culture, ont pu se laisser entraîner à de pareilles folies.

André Larané.

Le révélateur nazi

Hérodote.net

http://www.herodote.net/1915_1994-synthese-78.php

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans démocratie
commenter cet article

commentaires

Recherche