Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 12:47

Je n’ai pas l’habitude de revenir sur des conseils municipaux. Mais après la pause de fin d’année, et les événements dramatiques du début du mois que j’ai par ailleurs évoqués sur mon blog et qui feront l'objet de ma tribune du mois de février, il était nécessaire de rappeler en quoi le conseil du 18 décembre était assez particulier. Plusieurs sujets ont montré le mode de gestion autoritaire de la maire, la désorganisation croissante des services liée aux licenciements successifs depuis 8 mois, aux réorganisations et au climat délélétaire qui y règne, les dissensions au sein de la majorité municipale.

Thalès

Depuis plusieurs mois, N. Goueta et R. Noual, son adjoint aux finances, se gargarisaient sur la soi-disante insincérité d budget voté par l'ancienne majorité. En particulier sur le fait de l'engagement de l'Etat de verser des compensations au départ de Thalès qui ne s'étaient pas concrétisés immédiatement. La maire s'en délectait, on en riait dans les salons huppés de l'UMP, on répandait la rumeur dans les services municipaux. Il y manque plus de 2 millions dans les comptes. Voyez-vous ça! Et bien, ce soir-là, cela a été tout vu. (voir les interventions préliminaires de N. Goueta et P. Sarre). Grace à l'opiniâtreté de P. Sarre, ancien maire, 2,4 millions d'euros ont été notifiées à la ville de Colombes sur l'exercice 2014 alors que N. Goueta n'avait pas bougé le petit doigt auprès des ministères en charge de ce dossier. On aurait pu imaginer que N. Gouéta s'en réjouisse. Pour les Colombiens en premier lieu. , Pour elle, en second lieu, cette information lui permettant d'améliorer les marges de manœuvre dans la préparation du budget 2015, et -allez savoir- lui permettant aussi d'arrêter les licenciements dans le personnel. Ben non. La maire de Colombes n'était pas contente parce que, come d'habitude elle confond ses casquettes et est déjà en campagne électorale pour les élections départementales (tiens, on continue à cumuler?). Surtout parce que ça affaiblissait sa campagne de dénigrement et finalement illustrait le fait que son discours était construit comme un château de sable: destiné à s'effondrer face aux vagues de la réalité. Un mois après, je n'ai toujours pas compris, dans le contexte budgétaire actuel des collectivités territoriales, comment on peut faire la difficile sur une recette de 2,4 millions. Incroyable mais vrai. Et indigne.

Le Centre de Santé Municipal

Tout d’abord, du fait de l’attaque sans précédent de la municipalité contre le Centre Municipal de Santé, ses personnels, ses missions, un rassemblement avait été appelé avant le conseil par les personnels et le comité de soutien du CMS. Beaucoup de monde à ce rassemblement (des photos ont circulés sur les réseaux sociaux). Puis beaucoup de ses participants ont rejoint les bancs du public pour suivre le conseil municipal, au cours duquel plusieurs points de l’ordre du jour ont permis aux élus de l’opposition, toutes couleurs confondues, d’intervenir sur ce sujet (pour suivre le conseil enregistré sur le site de la ville, il s’agit des délibérations 8, 9 et 24 pour laquelle je suis intervenu, et il faut absolument écouter l'ensemble des interventions des élus de l'opposition). Mais préalablement -voir son intervention préliminaire - V. Monge, pour le compte du comité de soutien, a fait une déclaration et remis une pétition de 6000 noms en soutien au CMS. Il a fallu que C. Coblentz, 1ère adjointe, fasse une remarque déplacée pour signaler que des signataires n’étaient pas colombiens (étonnant pour une pétition mise aussi en ligne !) pour donner la tonalité de cette première partie de conseil. Le texte du comité de soutien et la remise des 6000 pétitions a été suivie d’une intervention de N. Goueta des plus iconoclastes.

Plus étonnant, au cours de la soirée, ni Nora Djellab adjointe à la santé et visiblement en difficulté sur ce sujet, n’a pris la parole à un quelconque moment, ni sa conseillère municipale déléguée Guenola de la Seiglière, qui s’était faite porter pâle pour assister à un spectacle à l’Avant-Seine. Chacun ses priorités. Du coup, et étonnement de beaucoup, c’est l’adjointe à l’écologie urbaine, Anne Bourdu, qui a lu une déclaration préparée à l’avance sur ce sujet. Bref, avec la Maire, on ne sait plus très bien si d’autres élus de la majorité participent réellement aux prises de décision sur les questions de santé, ni qui fait quoi.

Je passe rapidement sur la délibération 3 relative à la convention de coordination entre la police d’Etat et la police municipale, et l’intervention du 2ème adjoint Jean-Paul Bolufer qui a passé beaucoup de temps à s’écouter causer et à donner des pseudos-leçons à tous le conseil municipal; délibération qui m’a permis toutefois de redire, après le CLSPD du 3 décembre, mon opposition à la vidéosurveillance, à l’armement de la police municipale et à la mise en place d’un système de « voisin-délateur » (repris par la presse) .

Et j’arrive directement à la délibération 27, première délibération retirée par N. Gouéta : Attribution à CHP de subvention pour la réalisation de l’opération de construction neuve de 15 pavillons PLS aux Grèves :

Alors que ce dossier préparé par l’ancienne municipalité prévoyait en contrepartie des différentes aides publiques une réservation de 5 logements au profit de la ville, 3 au titre de la garantie d'emprunt et 2 au titre de la surcharge foncière; que le cout des loyers était adapté aux ressources d'un certain nombres de locataires de CHP et leur permettait d'accéder à ces logements. Or, les 5 réservations ont été réduite à 1 réservation, ce qui ne parait pas très normal alors qu'il y a 3 800 demandes de logements. Réponse embarrassée de C. Coblentz, qui ne sait pas bien pourquoi a lieu cette diminution et qui se lance dans des généralités très générales sur la difficulté de ce quartier. Et ne voilà-t-il pas que notre Maire, pas bien informée de ce dossier, essaie de comprendre. Comment ça, une réservation ? Mais il n’en est pas question, le logement social ne doit pas se faire dans le cadre d’opération mixtes (au fait le PLH, il devient quoi, avec ce type de réflexion ?). Pour conclure N. Goueta affirme qu'elle est opposée à la vente de logements au 1% patronal, ce qui pourtant se pratique dans la plupart des villes qui produisent du logement social depuis belle lurette, et veut garder soi-disant le logement social dans le patrimoine de la ville! Le logement, c’est pour les bailleurs sociaux dit-elle, en oubliant de préciser par ailleurs qu’elle est en train de casser les équipes de maitrise d’ouvrage de CHP. Ce qui revient à dire qu’on risque de ne plus voir avant longtemps la construction de logements sociaux à Colombes, enfin des vrais logements sociaux. Conclusion de cet épisode, N. Goueta retire cette délibération - au grand dam de sa 1ère adjointe, de sa directrice de cabinet et de son directeur des services - non pas parce qu’il n’y a pas assez de logements réservés, mais parce que le principe de réservation par le 1% patronal ne lui plait pas. Impréparation, fait de la princesse, colère contenue de la 1ère adjointe surprise de cette décision. Tout baigne au sein de la majorité et des services.

Cette délibération doit en principe être représentée au conseil de février.

DSP Q Park : 2ère délibération retirée

Puis la délibération 27 qui concernait la DSP stationnement, et son avenant n°4. Sur un sujet aussi important que celui-ci, qui a été au cœur de la campagne de la droite avant et pendant les municipales, qui est le dossier qui mobilise depuis des années les amis de Hervé Hémonet, maire-adjoint à la circulation et au stationnement, on vérifie en principe ce qui est présenté au conseil, on consulte des juristes, les services financiers de la ville. Ben non, pas à Colombes, où l’on apprend que la ville, à travers une restructuration capitalistique du groupe Qpark absorbant la société Omnipark, entérine purement et simplement la fusion et la poursuite pendant 20 ans (!) du contrat initial signé par N. Gouéta pour 30 ans (!) et ses avenants pourtant dénoncés ces 6 dernières années par N. Goueta (!!). Or, à écouter les thuriféraires des responsables de la droite colombienne, cela aurait pu être l'occasion soit de renoncer à ce contrat, soit de le renégocier. H. Hémonet et les siens qui se mobilisaient sur Internet quelques jours avant le conseil sur le mode "la Mairie ne doit pas transiger", qui réaffirmait le matin même du conseil que "la délibération proposée est une opportunité inespérée pour notre ville de rompre et renégocier" ne parvient qu’à faire une brève présentation de cet avenant, visiblement mal à l’aise. A. Bachelay démonte aisément les incohérences de cette délibération avec les discours antérieurs de la droite. Et ce n'et ni H. Hémonet, , ni l'adjoint aux finances, mais Samuel Métias, maire-adjoint aux espaces verts dont on cherche en vain le lien avec les questions de la DSP stationnement, sans doute fâché de la tournure que prenaient les discussions entre l’UDI et l’UMP sur les élections départementales dont il a été finalement évincé - malgré ses déclarations- par N. Gouéta, qui donne le coup de grâce à son équipe. Il propose un autre vote, sur la base d'une modification arbitraire et floue de la convention, que celui présenté en séance en suggérant le retrait de l'article 1 de l'avenant, sans quoi il s'abstiendrait. Evidemment , sans qu’il y ait eu une expertise juridique et financière, et sans que le cocontractant ait donné son avis (!!!). A la suite de quoi, cafouillage renforcé par une intervention de Anne Bourdu - encore - qui soutient la proposition de S. Métias , ce qui est attaquable devant n'importe quel tribunal administratif. N. Gouéta, perdue, énervée, résignée, et voyant la nasse dans laquelle elle s'est mise toute seule, décide de retirer la délibération !! Ce coup-ci, son DGS n'est pas seulement catastrophé, il est effondré.. Bref, les Colombiens sont depuis le 1er janvier dans une zone de droit inédite en ce qui concerne les tarifs du stationnement, et les conditions qui y sont liées. De beaux recours possibles en perspective pour des Colombiens curieux et avisés qui pourraient le souhaiter. On attend donc le retour de ce dossier devant le conseil municipal.

Les points du conseil municipal au cours desquels je suis intervenu:

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-1-fond-d-amelioration-de-l-habitat-et-maitrise-125265241.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-3-convention-coordination-entre-la-police-nati-125265258.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-4-mise-en-place-de-la-video-verbalisation-125265292.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-19-perimetre-de-l-ecole-de-la-marine-125265327.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-22-prime-d-installation-125265338.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-23-modification-regime-indemnitaire-125265348.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-24-modification-du-tableau-des-effectifs-et-cms-125265370.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-deliberation-25-pru-avenant-local-n-4-125265381.html

http://www.patrick-chaimovitch.org/article-conseil-municipal-du-18-decembre-2014-intervention-sur-le-voeu-presente-par-le-pcf-125265412.html

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick
commenter cet article

commentaires