Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 22:28

La municipalité annonce la mise en place d'un dispositif « Voisins Vigilants ». Ce dispositif, que j'ai préféré dénommer « Voisin Délateur » en Conseil municipal est en effet une vraie fausse bonne idée.

Le système est pernicieux.

Il est le reflet de l’impuissance des pouvoirs publics à trouver les bonnes réponses à la disparition progressive de ce qui constituait le lien social dans les quartiers. Le rôle ambigu de la police municipale, son armement, le développement de caméras de surveillance et de la surveillance électronique, tout cela ne suffit même plus.

Il évite de poser les questions de sécurité publique et des moyens humains de moins en moins mobilisés, au profit d'une surveillance accrue par toutes sortes d'automatismes avec les cartes à puce, mais aussi des caméras de surveillance dont les coûts d'acquisition, de gestion, de maintenance sont croissants. alors que la sécurité est une mission de service public. Il détourne peu à peu la dépense publique vers des officines privées de surveillance et de "sécurité".

Comme chacun s’enferme chez lui, se méfie de l’autre, " Voisin délateur " part certainement d'un bon sentiment (entraide, retisser du lien social) sauf qu’en réalité il vise à créer de la suspicion, engrange toutes sortes de peurs, de soupçons et provoque méfiance et racisme anti- tout ce qu'on n’aime pas. En vrac: peur de l’autre, de l’étranger, des musulmans, des voleurs, des violeurs, des terroristes, des futurs et actuels djihadistes, des arabes, des noirs, des Roms, des enfants, des jeunes, des vieux - et même des fois c'est tout ça à la fois pour ceux qui aiment les amalgames, même les plus incroyables.

"Voisin délateur" cela sent le renfermé, le rance, le chacun chez soi, le chacun pour soi, et ne fait que renforcer la paranoïa. Cela risque de développer un sentiment souvent infondé d'une insécurité supposée omniprésente, une propension au voyeurisme, à de la surveillance constante de son voisinage, voire à la tentation de « milices » ou tout le monde surveille tout le monde. Du coup, ça culpabilise ceux, c'est-à-dire presque tous, qui n'ont pas à être soupçonnés parce que la plupart d'entre nous sommes évidemment des citoyens au-dessus de tout soupçon.

Alors que la France vient de célébrer la libération des camps d’extermination nazis, qu'elle s'est retrouvée dans un vaste et puissant élan républicain à la suite des attentats de Paris il y a quelques semaines, il faut se rappeler la complicité de la police française dans la déportation des juifs de France, et l’importance des dénonciations antisémites sous le régime de Vichy et sous l'occupation nazie entre 1940 et 1945, mais aussi les dénonciations à l'encontre des résistants, ou encore de voisins, par jalousie, cupidité, intérêt ou autres motifs plus vils les que les autres. Prenons garde. la délation est un acte abject qui peut emmener très loin.

Il faut rappeler que la notion de" non assistance a personne en danger" existe depuis fort longtemps dans nos lois, et que cela oblige tout citoyen à réagir et ne pas rester passif. Pareillement, chaque témoin d’un délit a le devoir de prévenir la police.

Mais l'impression qu'il va peut-être éventuellement se passer quelque chose ne font pas le délit.

Il y a par contre des actes délictueux, dans nos villes, dans notre ville, qui vont au-delà de l'incivisme. Il ne faut pas le nier, et il faut agir contre, avec vigueur. La société a confié cette tâche à la police et à la justice. Les citoyens , eux, ne sont ni policiers, ni justiciers, et ils n'ont pas à le devenir.

On sait aussi que les difficultés de relations pourrissent bien plus souvent la vie des gens dans leur quotidien que les cambriolages ou les agressions.

Ce dispositif de "Voisin délateur", fondé sur des sentiments très diffus, ne repose d'ailleurs absolument pas sur la réalité des plaintes, enquêtes et statistiques de la police, qui ne demande qu’à faire son métier dans de bonnes conditions.

Légitimement, on peut s’interroger sur le niveau de compétences de ces " Voisins délateurs». sur la définition d’un suspect. D'ailleurs la municipalité prend les devants en indiquant qu'elle "agira en fonctions du sérieux des informations communiquées". Bienvenu aux risques de bavures.

Etre véritablement un "Voisin vigilant" me semble une nécessité, mais que l'on doit concrétiser à travers l'éducation, à l'école, ou encore par des actions d’animation, d’entraide et de solidarités passant par les associations, les centres sociaux et culturels ou les conseils de quartier.

On peut imaginer de former – sous la responsabilité de la ville- des habitants aux techniques de médiation, d'aider leurs concitoyens à régler leurs conflits de voisinage, ou d'autres types de conflits, par eux-mêmes et faire en sorte qu'ils n'interviennent pas dans les questions de sécurité publique qui restent du ressort de la police nationale.

Personnellement, je n'ai pas besoin d'épier mes voisins ou d'adhérer à une milice pour porter un œil attentif et bienveillant sur le monde qui m'entoure. L'apprentissage de la citoyenneté et n'a rien a voir avec le replie sur soi et la délation.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans citoyenneté
commenter cet article

commentaires

solitaire 29 16/12/2016 18:00

c'est triste d'etre arrivé à ce stade, surveiller son voisin, l'épier, ....tout ça en pensant que l'état va récompenser les délateurs, qui aujourd'hui sont des millions en France derrière les réseaux sociiaux à épier les autres sous un psedo.....triste civilisation

cl 24/04/2015 20:20

mon pauvre vieux va falloir vous faire soigner.

loula 25/02/2016 21:49

Dénoncer ses voisins

Écoeurant, on se croirait à la période hitlérienne, dég... /... Honteux, les
humains n'ont pas besoin qu'on les pousse à faire cela mais rarement pour la bonne cause, plutôt par jalousie, méchanceté gratuite, désir de nuire, etc.
J'ai honte.

Recherche