Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 23:23

Je m'étais étonné lors du dernier conseil municipal que vous n'évoquiez pas ce sujet alors que la commission d'enquête avait rendu son rapport depuis le mois de décembre.

Même si le tracé nord n'était pas le choix prioritaire des écologistes, ce projet est une réponse adéquate à une demande de transports collectifs, il permettra une offre de transport de qualité, intégrera beaucoup d'aménagements qualitatifs, et accompagnera les opération de renouvellement urbain de première et seconde génération.

Mais je voudrais tout de même rappeler quelques enjeux urbains:

Alors que depuis 10 jours nous connaissons des pics de pollution très importants agissant sur la santé de tous, le transfert vers des modes de déplacement alternatifs à la voiture s'imposent de plus en plus. Aussi, les politiques intermodales de déplacements conduisent notamment à développer l'usage des vélos et de la marche, y compris sur les axes à grandes circulation, voiries départementales qui supportent le T1. C'est le sens de la recommandation n°2 de la commission d'enquête, qui rappelle la loi LAURE de 1996, tendant à maitriser l’usage des voitures, réduire les stationnements en surface, favoriser la marche et le vélo, et qui incite à la poursuite de la concertation avec l'association Colombes à Vélo. Cette association a certes rencontré madame Vignon, en charge des déplacements durables, mais il serait louable que M. Hémonet, qui a la question des déplacements dans sa délégation, accepte enfin de dialoguer avec "Colombes à Vélo". En effet, tous les problèmes ne sont pas réglés, les continuités ne sont pas assurées, les coupures cyclables constituent un vrai risque et une véritable insécurité pour les usagers. En tant que collectivité, Colombes se doit d'être à côté du maitre d'ouvrage, c'est-à-dire le Conseil Général. Eventuellement, madame Vignon peut en toucher un mot à Monsieur Perrotel, conseiller départemental, qui pourra se rapprocher de monsieur Hémonet.

Comme vos intentions en matière de développement durable sont proches du désert, je vous encourage à examiner la création de zones 30, voire de faire de Colombes une ville 30, en diminuant la vitesse maximale de circulation de 50 à 30km/h, ce qui serait bon pour la sécurité routière chère à Madame Vignon, et pour la diminution des gaz à effet de serre. Ce serait un geste fort en cette année de COP 21.

Par ailleurs, le rapport de la commission d'enquête l'évoque rapidement, le dossier fait apparaitre que dans certains secteurs, l’arbitrage entre voiture et plantations d’arbres est très défavorable à ces dernières en particulier dans des quartiers populaires situés le long de la rue des Renouillers et la rue Allende. Mais sans doute ces quartiers n'ont-ils pas besoins à vos yeux d'un cadre de vie agréable tout comme ils n'ont pas besoin d'un centre de santé!

Le 3ème point sur lequel je voudrais attirer l'attention de cette assemblée et des colombiens concerne le boulevard Charles de Gaulle: la création d’une seconde plateforme pour le T1 sur le boulevard Charles de Gaulle, à côté de celle recevant le T2 entre Pont de Bezons et la Porte de Versailles provoque la réduction de 90% des trottoirs situés à l’ouest, rabattant les flux automobiles presque sous les fenêtres des logements sociaux de l’OPHLM Colombes Habitat Public, aggravant sur le plan sanitaire une situation sociale difficile des habitants de ce secteur.

De plus la commission d’enquête a relevé les risques élevés d’engorgement sur le bont de Bezons et les bretelles d'accès de l’A86 vers les voies d’accès à Colombes lié au tracé du T1 parallèle à l’A86 sur un axe E/O. D’où encore une fois la nécessité de développer des solutions alternatives (bus, véhicules collectifs, …) .

On en arrive donc à la réserve de la commission d'enquête, qui revêt un caractère obligatoire, et qui porte sur l'engagement des maitres d'ouvrage à réaliser des études de circulation et de trafic au niveau des bretelles de la sortie 2 de l'A86. Madame Goueta, et le promoteur HRO ont proposé par courrier - c'est dans le dossier -une modification de la-dite bretelle, ce qui est peut-être souhaitable, pour solutionner la fluidité du trafic. Nous avions dès 2013 envisagé une telle solution. Dans ce courrier, il semble que HRO s'engage à cofinancer cette bretelle à hauteur de 5,4millions d'euros. Alors deux questions, Madame la Maire: comment sera cofinancé le reste de ce nouvel échangeur? HRO est un promoteur sérieux: il y a quelques années, il avait la velléité de réaliser un ensemble tertiaire de 100 000m². La conjoncture a tourné et l'immeuble de West Plaza de 30 000 m² rue du Débarcadère est quasi-vide depuis des mois. A ce stade, j'ai l'impression que le financement par HRO n'est pas garanti, et que cette bretelle, si elle est utile à HRO, l'est peut-être moins pour désengorger le boulevard Charles de Gaulle.

Le choix du tracé nord et la reconfiguration des lignes de bus, en particulier 378 et 304, impliquent par ailleurs le renforcement des lignes bus vers le centre-ville. Or on voit depuis la mise en service de la ligne T2 entre le pont de Bezons et la Porte de Versailles que la ligne 378, qui fait la liaison au T2 depuis les Courtilles à Asnières-Gennevilliers est très dégradée – malgré son renforcement aux heures de pointe – obligeant les voyageurs, dont moi, à se déplacer sur cet axe dans des conditions indignes.

Enfin, pour conclure, la mise en compatibilité du PLU organise la définition des terrains et propriétés qui seront expropriées, comme cela figurait à l'enquête parcellaire préalable à la DUP. Je souhaite pour ma part que ces expropriations se fassent avec le plus d'humanité possible pour un certain nombre de personnes qui vont vivre des jours difficiles.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans conseil municipal
commenter cet article

commentaires