Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 10:00

Plus de 450 associations colombiennes - culturelles, sportives, caritatives, citoyennes, écologiques, humanitaires, de quartier - se réunissent le 4 et 5 septembre pour faire vivre le forum des associations.

Cet événement, très apprécié des Colombiens, connait à chaque édition un grand succès et témoigne de la vitalité de ce secteur qui, depuis 2009, peut s’exprimer également au sein du Conseil Consultatif de la Vie Associative.

Une des caractéristiques du mouvement associatif est sa diversité car tous les aspects de la vie en société sont concernés Ainsi, les associations sont une composante essentielle de la démocratie locale et du développement de la commune, permettant l’expression d’un point de vue propre par les citoyens.

De plus, le monde associatif est porteur d’un autre modèle du vivre ensemble dans lequel le bénévolat est au cœur de toutes les activités, et ne subit que faiblement les contraintes du secteur marchand et concurrentiel.

Chacune des politiques publiques menées par la Ville ne peut se faire qu’en lien étroit avec le monde associatif : associations sportives, culturelles, solidaires, écologiques, de multi-accueils de la petite enfance, associations de quartiers... les exemples sont nombreux. Dans ce contexte, la liberté du fait associatif est primordiale.

C’est le rôle et le devoir des communes de les aider et de les soutenir, car beaucoup d’entre elles remplissent de véritables missions de service public. Dans un contexte de forte évolution des besoins sociaux, éducatifs et écologiques, elles jouent un rôle majeur d’alerte et d’interpellation des pouvoirs publics, mais aussi d’expérimentations innovantes et de gestion de services d’intérêt général.

Depuis plusieurs années, les questions environnementales et écologiques ne cessent de prendre de l’ampleur et trouvent leur traduction dans l’apparition de nouvelles associations ou dans l’épanouissement de l’économie sociale et solidaire.

Je regrette que la Maison des Associations, qui n’a pu aboutir sous la précédente mandature, ne soit désormais plus du tout à l’ordre du jour de l’agenda de la nouvelle municipalité,

On pourrait penser que tout va dans le meilleur des mondes associatifs, mais ce n’est pas le cas, ni pour certaines associations, ni pour l’environnement.

Ainsi, en 2014, le montant des subventions aux associations s'élevait à 5 M€, l'Avant-Seine et la MJC-TC y contribuaient à hauteur de 2,4 M€ soit 49% du budget consacré aux associations .En 2015, le montant des subventions aux associations passe de 5 M€ à 4,6 M€. Si le montant de l'Avant-Seine a légèrement augmenté, c'est la MJC-TC qui a subit de plein fouet les mesures antisociales et anti-culturelles de la municipalité. D’autres associations ont également été frappées par une diminution, voire la suppression de leur financement municipal alors qu’elles n’avaient pas démérité, que ce soit dans le champ de la solidarité, de la culture ou encore de la politique de la ville. Car dans les quartiers prioritaires, certaines associations, qui font un travail au quotidien absolument remarquable et n’ont aucunement démérité, ont vu leur subvention baisser. C’est le fait du prince qui l’emporte sur l’efficacité et le lien social, contribuant à la disparition ou au grignotage d’un nombre sans cesse croissant d’associations.

En cette année de conférence mondiale sur le changement climatique qui se tient en France, la municipalité s’en prend à deux projets innovants en matière d’écologie:

- en mettant fin à l’expérimentation de l’Agrocité aux Fossés Jean - ce sont autant l’investissement de plusieurs associations que des emplois qui sont mis en difficulté, sans aucune proposition quant à une relocalisation de ce projet, et en sacrifiant avec pertes et fracas le bâtiment qui pourrait servir aux associations qui en manquent tant (ou qui pourrait servir aussi à une Maison des Associations et de l’Economie sociale et solidaire (ESS) implantée dans un quartier prioritaire - montrant ainsi que la municipalité prend moins au sérieux son rôle de partenaire que celui de censeur, dans ces quartiers.

- en modifiant le PLU aux Jardins d’Audra dans le quartier Europe, rendant constructible un espace que son propriétaire (la Poste) avait abandonné depuis belle lurette. Est-ce l’arrivée du tramway T1 qui aiguise des appétits de convives de plus en plus gourmands ?

En ne mobilisant pas le monde associatif de Colombes pour participer à son échelle et à sa manière à la préparation de la Conférence Mondiale sur le Climat, la municipalité adresse un mauvais signal aux Colombiens.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans tribune