Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 09:00

tribune complète du mois de novembre 2015

La conférence sur le climat approche. L'appel de Nicolas Hulot est clair : osons agir parce que la lutte pour le climat conditionne l'avenir de notre monde: la santé, l'économie, l'emploi, la solidarité et l'égalité, l'agriculture et l'alimentation, la paix.

Les communes et leur municipalité sont concernées. Où en est-on à Colombes? Les Colombiens s'interrogent devant l'immobilisme et l'indifférence de la mairie. Pourtant ça urge! Les écologistes de Colombes rappellent plusieurs de leurs propositions.

L'agenda 21 adopté en 2009 et l'agenda 21 interne des services municipaux adoptés en 2012 qui servaient de fil conducteur à l'ancienne municipalité sont arrivés à terme en 2014.

Depuis silence radio et immobilisme de la municipalité. Nous accumulons du retard sur la mise en place d'un Plan Climat-Energie Territorial (PCET) au bénéfice de ses habitants et de ses activités, que les écologistes réclament depuis de nombreuses années .

Il est pourtant utile que nous puissions, à partir de diagnostics des émissions des gaz à effet de serre, nous orienter vers le développement des énergies renouvelables, et déconcentrées sur notre territoire communal, soutenir toutes les dispositions visant à mieux isoler les bâtiments, à réduire significativement l'usage des énergies fossiles et les produits issus de la pétrochimie.

Ces diagnostics énergétiques doivent nous permettre d'assurer la préparation d'un plan pluriannuel d'investissements d'économies d'énergies.

Pour leur part, les écologistes proposaient, en vue de la mandature 2014-2020, d'établir une feuille de route pour mettre en œuvre le "facteur 4", c'est-à-dire diviser par 4 les émissions de CO2, sur une période de 18 ans, soit 3 mandatures, de rénover dans le mandat actuel 1/3 des écoles et 15% des bâtiments communaux présentant le meilleurs potentiel de progrès.

nous proposions aussi un observatoire de la transition énergétique à colombes, en lien avec colombes habitat public et les autres bailleurs sociaux, la CODEVAM, les promoteurs et les copropriétés .

Le programme sur la précarité énergétique et l'habitat indigne, engagé par l'ancienne équipe et poursuivi par l'actuelle, doit se doter de véritable moyens financiers et humains: question de priorités.

Nous sommes aussi en retard sur la mise en place d'un Plan de prévention du Bruit- de plus en plus insupportable pour les Colombiens. Il y aurait d'ailleurs un lien logique avec l'instauration d'une "ville 30" généralisant la limitation de la vitesse sur toutes les voiries colombiennes, et gage également de sécurité… pour les piétons et les cyclistes. Car nous manquons de zones 30 et de kilomètres de linéaires cyclables qui s'amélioreront - mais insuffisamment- par le prolongement du tramway T1.

Nous regrettons l'absence de solutions réelles d'autopartage au seul profit d'autolib dont le modèle économique est d'ailleurs remis en cause actuellement par son initiateur, le groupe J-C Decaux.

La lutte contre la gaspillage doit être un véritable axe collectif de progrès, par la mise en place de déchetteries (l'une des trois déchetteries mobiles à disparu avec les travaux du viaduc de la gare du centre) et de recycleries (celle du boulevard d'Achères est en grand danger): l'avenir est à l'économie circulaire, et à la réutilisation de matériaux déjà utilisés.

Enfin, si la nature doit être présente en ville, on ne peut la réduire aux jardins de la zone pavillonnaire, ou au fleurissement massif du centre ville, pas très écologique au demeurant du fait des contraintes d'arrosage. Il faut par exemple repenser des espaces de productions agricoles à l'échelle des quartiers et au développement de circuits courts entre producteurs et consommateurs, permettant de réduire les coûts de distribution et de favoriser les liens de proximité. Ainsi l'agriculture urbaine est un des éléments de la nature en ville qu'il faut développer. Le choix de la municipalité de transformer l'agrocité et les jardins partagés des Fossés-Jean en parking ; ou encore de vouloir faire disparaître les jardins partagés de l'avenue Audra sont de graves erreurs.

L'absence de politique écologiste de la part de la municipalité est très préjudiciable pour les colombiens, et un mauvais signal à quelques semaines de la conférence de paris pour lutter contre le dérèglement climatique.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ecologie
commenter cet article

commentaires