Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 12:00

C'est un drôle de conseil municipal qui vient de se dérouler, relativement éprouvant. D'abord par sa longueur, avec 85 délibérations, de nombreuses décisions (déjà prises par la maire et présentées au conseil municipal), et une question orale. Plus de 7 heures de débats, ce n'est pas raisonnable.

Deux sujets ont dominé le conseil: la future carte intercommunale, et le rapport de la cour des comptes.

Sur la future carte intercommunale (voir mon intervention), la majorité du conseil municipal (seuls moi et les élus du PS s'y sont opposés), c'est le souhait d'une grande intercommunalité d'un million d'habitants qui a été préférée à celle de deux intercommunalités plus petites dans la partie nord du département. bien que tous les arguments soient sérieux, ils ne se valent pas, et pour les tenants de la grande intercommunalité- ont parfois trop un arrière-gout politicien.

En ce qui concerne le rapport de la Cour des Comptes sur la gestion de la précédente mandature, les points de vue sont divergents et la droite a été particulièrement excessive. Voilà des mois qu'elle nous serine que nos comptes 2014 ont été insincères, et que la ville était il y a un an en quasi faillite. Or rien de tout cela dans le rapport de la Cour des Comptes, même s'il est critique sur certains choix complètement assumés (déprécarisation de nombreux emplois, relance d'investissements dans les bâtiments publics, en particulier les écoles, abandonnés sous la première mandature de N. Gouéta). Par contre , des remarques sérieuses dans le rapport sur l'absence d'un certain nombre d'indicateurs à prendre vraiment en compte (voir l'intervention de V. Monge, empêchée lors du conseil municipal, que j'ai lue au conseil municipal et dont je partage l'analyse).

Mais il faut aussi noter une organisation des débats plus que délétère. L'adjoint aux finances nous a accablé de citations du rapport de la CRC sorties de leur contexte sans qu'il puisse y avoir de cohérence dans le propos hors celui de jouer au procureur. Après sa présentation, les élus de l'opposition ont normalement pris la parole; mais, anormalement, des interventions d'élus de la majorité ont commencé à se succéder soit qui enfonçaient le clou par rapport aux dires de l'adjoint aux finances, soit apportant des appréciations nouvelles, mais in fine interdisant aux élus d'opposition d de réagir à des éléments nouveaux. Une méthode peu apte à contribuer à la sérénité des débats, plus proche de la manipulation que de la hauteur de vue: on peut être en désaccord et débattre sur le fond sans truquer l'organisation des discussions; c'est aussi une manière de redonner aux public et aux colombiens une certaine idée de la politique, plus noble que ce qui a été proposé par l'équipe de N. Gouéta mardi soir.

D'autres dossiers ont été présentés et parfois peu débattus, car présentés comme des dossiers techniques; pourtant ils soulèvent des questions importantes concernant la gestion communale et le devenir de Colombes , comme la décision modificative au budget où on voit une dépense de plus de 11 M€ pour l'achat d'une partie des terrains Thalès, sans que personne ne connaisse le projet, les subventions à des opérations de logements sociaux vielles de près de 10 ans, la vidéoserveillance, ou à des projets de logements sociaux préparés sous la précédente mandature et pourtant remises officiellement en cause par N. Gouéta; La question de la facturation et de la tarification de prestations scolaires, avec instauration de pénalités aux familles, les subventions aux associations, la suppression de laZAC Champs Philippe 2 au petit Colombes, etc.

Deux points à noter. J'ai voulu interroger N. Gouéta sur le devenir de l'Agrocité aux Fossés-Jean, ayant été sollicité par des associations pour qu'un dialogue puisse d'instaurer entre elles et la ville. Mais cela ne lui a pas plus, et elle m'a coupé le micro. C'était un refus catégorique de dialoguer: espérons que cela change.

J'ai aussi déposé un vœu pour l'accueil de réfugiés à Colombes. La majorité municipale, toute de courage vêtue, les doigts sur la couture du pantalon, pas une seule tête ne dépassant, a fait le choix de ne pas prendre part au vote. De ce fait le vœu a été adopté avec les voix de l'opposition, visiblement à la surprise de la majorité municipale qui n'avait pas anticipé l'effet de leur refus de voter. sur le fond, la position de N. Goueta, "se réfugiant" derrière la responsabilité de l'Etat, a été décevante. La majorité municipale n'a pas su saisir l'occasion de faire preuve d'un peu d'humanité, et c'est regrettable.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans conseil municipal
commenter cet article

commentaires

Recherche