Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 18:52

J'ai pris bonne note de l'appréciation de madame Coblentz qui estime que la mixité sociale est une notion galvaudée, tout en souhaitant une meilleure répartition du logement social.

Lors de la précédente mandature, nous avions acquis l'essentiel du foncier que vous cédez aujourd'hui pour amplifier la politique de mixité sociale qui s'impose dans le secteur sud de Colombes et que le PLH, qui a vocation à corriger les grands déséquilibre de l’habitat, avait mis en évidence.

Alors, il y a ce que vous dites publiquement, et ce que vous faites discrètement.

Si je vous bien entendu lors de la réunion publique des Fossés-Jean le 11 mai dernier - il y a à peine une semaine - vous seriez favorable à la mixité sociale. En fait, vous y êtes favorable lorsqu’il s’agit des quartiers nord pour faire disparaitre une partie du logement social, mais alors pas du tout quand on est dans les quartiers sud pour accroitre la part du logement social.

Ainsi il y a une différence notable entre nous - sans doute pas la seule d'ailleurs - c'est que nous considérons que la mixité sociale concerne tous les quartiers et tous les Colombiens.

Pour illustrer mon propos, je n'évoquerai pas ici l'Ile Marante où nous avons dû réinjecter du logement social tellement vous en aviez fait disparaitre, tout en créant simultanément les conditions de réaliser à la fois du locatif social et de l’accession au 32-34 avenue de l’Europe et dans l’opération Nexity qui lui fait face.

Je n'évoquerai pas le programme des Nouveaux Constructeurs au 91 rue Bellevue où vous avez transformé les maisons de ville du cœur d'ilot en immeubles, en plein secteur pavillonnaire, vous qui soi-disant défendez la zone pavillonnaire. Et je n'oserai pas citer le nom de son architecte: International d'Architecture. Etonnant non?

Comme le PLH est contraignant pour les programmes de plus de 1 500 m², on voit surgir tout un tas de petites opérations à 1 490m² qui ne sont pas ainsi concernées par la production de logements sociaux. Au mieux vous laissez faire, au pire vous encouragez cette situation, ce que je pense.

Je n'évoquerai pas les nombreux programmes destinés non pas principalement à des primo-accédants, mais à des investisseurs : ainsi le programme de 2 immeubles Résidence Poitou au 22 rue de Varsovie, qui fait 1359m².

Ni les 51 logements de Vinci Immobilier au 82-84 boulevard Valmy dont l’architecte est, je vous le donne en mille, International d’Architecture;

Ni les 21 logements de Pierre Promotion au 52 boulevard Valmy dont l’architecte est encore International d’Architecture ;

Ni le programme du promoteur Emerige au 11 rue du 8 mai 1945, dont l’architecte est toujours International d’Architecture ;

Ni encore le programme immobilier au 34 rue du Maréchal Joffre avec Arc Promotion – architecte : le fameux International d'Architecture - où vous autorisez la destruction d'une belle maison bourgeoise et la disparition d'un beau jardin appartenant au patrimoine et à l'identité de la ville pour réaliser un immeuble à sa place


Ni le programme de Beryl Investissement au 4-6 rue Gambetta et dont l’architecte est votre International d’Architecture préféré, et qui fait l’objet d’un recours de la part de plusieurs riverains.

Des exceptions parfois, les 42 logements de la société Franco-Suisse au 18 rue Félix Faure dont l’architecte n’est pas International d’Architecture, ou encore les 24 logements de la SCCV Valmy au 14-16 boulevard Valmy. Dans tous ces programmes destinés aux investisseurs, il n’y a pas un logement social. Et quand il y a des logements à prix plus ou moins maîtrisé, c’est parce qu’ils bénéficient d’une TVA à 5,5% du fait de leur proximité avec les secteurs ZUS.

Je ne peux m’empêcher de féliciter l’architecte International d’Architecture, qui réalise aussi avec le groupe Marignan les 165 logements de l'ilot 5 de la ZAC Charles de Gaulle Est et les 67 logements au 143 avenue de Stalingrad aux Fossés-Jean.

Je n'évoquerai pas ce soir le programme de 112 logements au 44 rue de l'Egalité confié au Groupe Gambetta, avec comme architecte International d’Architecture – si, si, encore lui - sur lequel vous restez silencieuse comme d'habitude quand on vous interroge. Renseignement pris auprès de personnes travaillant pour le groupe Gambetta, c'est même une opération essentiellement en investissement Pinel, et pas en primo-accedants et nous aurons là comme ailleurs des locataires soumis aux aléas du marché locatif libre.

Ainsi, sur les 12 programmes immobiliers que j'évoque, 9 sont conçus par le même architecte - et je parle que de ce second mandat. Votre ami a de la chance.

Outre que ce programme poursuit le mitage de la zone pavillonnaire engagée dans ce secteur avec les 125 logements des Nouveaux Constructeurs, il va de plus engorger les carrefours Egalité/Bellevue et Egalité/Allende. Comme la demande de permis de construire porte sur 140 logements, on peut imaginer que vous allez complétez cette barre qui va défigurer cette rue pavillonnaire, par une trentaine de logements complémentaires, sociaux ou intermédiaires. Au total, ce sont plus de 250 nouveaux logements qui vont rendre encore plus dangereux le fonctionnement de la rue de l’Egalité où nombre de voitures stationnent déjà sur les trottoirs inaccessibles pour les piétons.

Globalement, parce que de nombreux programmes ne créeront pas de logements sociaux, vous aviez l’ardente obligation politique de compenser cette absence dans les quartiers sud.

C'est ce que vous ne faites pas au Pont de la Puce. Alors qu'il est important que la mixité s’y renforce par la réalisation de logements sociaux et ceci à due proportion des logements sociaux qui disparaissent dans les quartiers nord de la ville, vous cédez à la société Provini la totalité du foncier y compris la parcelle achetée en mars rue Félix Faure –pourquoi l’avoir achetée pour la revendre 2 mois après - pour réaliser un programme immobilier de logements libres. En faisant une rapide recherche sur ce promoteur installé à Saint-Mandé, j'ai pu voir que ses dernières réalisations se situaient à Charenton-le-Pont, à Vincennes, à Saint-Maurice, à Maisons-Alfort. On ne peut que constater le peu de diversité sociologique et politique de ces villes.

Je comprends, quand je vous avais interrogée lors du conseil du mois de février à l'occasion de l'acquisition par la ville de ce pavillon rue Félix Faure sur la présence de logements sociaux dans la future opération, et alors que madame Delattre avait même cité en commission le bailleurs social Domaxis, que vous ayez refusé de répondre en prétextant que vous ne pouviez pas vous rappeler de tout. J'ajoute que déjà lors du conseil municipal du 17 décembre 2015, à ma question sur le devenir des terrains du 135-145 Barbusse, vous m'aviez répondu que le programme serait uniquement en accession. Bref, partout de l'accession, partout du produit surtout pour des investisseurs et moins pour des primo-accédants, donc à l’arrivée presque exclusivement du locatif libre. C'est votre vision de la mixité sociale, pas la nôtre.

Enfin, vous instituez un Projet Urbain Partenarial (PUP). Vous auriez pu conserver le projet de ZAC multisites que nous avions imaginée, liée au statut public à terme du foncier. Ce n'est pas votre choix et vous préférez vendre les "bijoux de familles" au gré de vos rencontres, sans avoir de maitrise sur la qualité des projets.

Les raisons de vos choix sont multiples, et le transfert de la compétence urbanisme à l'EPT de la Boucle Nord n'est visiblement pas la seule. Selon vous, il faut réaliser de l'accession pour obtenir des participations des promoteurs servant à financer la reconstruction de l'école Denis Papin. Vous pourriez les obtenir tout autant en ZAC. En fait cela correspond à vos options de ne pas poursuivre le développement d’un peu, d’un tout petit peu de mixité sociale dans ce secteur de la ville. C'est votre choix politique, qui n’est pas seulement contraint pas des considérations financières.

Alors ne venez plus raconter aux habitants des quartiers nord que vous êtes favorable à la mixité. La preuve est faite ce soir du contraire à travers tous les programmes que j'ai cités, et à travers cette cession.

Il y a aussi une autre explication au rejet d'une ZAC, explication qui s'avère dangereuse pour les Colombiens. Vous ne serez pas tenue de procéder à une concertation ni à une enquête publique pour des projets importants qui concernent pourtant les habitants.

Nous voterons contre cette cession de terrain au promoteur Provini.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans conseil municipal
commenter cet article

commentaires

Recherche