Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 17:49

Le Plan de prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) s'inscrit dans la continuité des cartes de bruit approuvées par le conseil municipal le 4 février 2010. Il consiste à prévenir les effets du bruit, à réduire les niveaux de bruit excessifs et à préserver les zones de calme. Il avait été mis à la disposition du public en 2015. A ce moment-là, c’était un plan allant de 2015 à 2020. Vous avez pris une année de retard et la couverture a changé : on est dorénavant sur la période 2016-2021.

Le plan d’actions a été principalement axé sur les 2 points suivants :

- La réduction des nuisances sonores dans les zones à traiter : poursuite des zones 30, revêtement de chaussée à performance acoustique, actions de réduction du bruit routier et ferroviaire, incitation à l'isolation acoustique des logements,

- L'identification des zones calmes et la mise en place d’actions destinées à les préserver et à les valoriser.

Comme l’indique le document, l’exposition au bruit des Colombiens est majoritairement liée au bruit routier et au bruit ferroviaire

D’une manière globale, environ 31% des habitants de la commune sont soumis à un niveau sonore considéré comme important (niveaux sonores supérieurs à 65 dB(A), en Lden – pondérés sur 24h), et 14% de la population subit l’effet d’un niveau supérieur à 60 dB(A), en Ln (de nuit).

- Selon l’indicateur Lden, près de 11% de la population est potentiellement soumise à des niveaux supérieurs à 70 dB(A).

- L’examen par source de bruit en Lden montre que 27% de la population est potentiellement soumise à des niveaux sonores importants, supérieurs à 65 dB(A), en raison du bruit routier, 4% en raison du bruit ferroviaire ; que 24% des bâtiments d’enseignement et de santé est potentiellement soumis à des niveaux sonores importants, supérieurs à 65 dB(A), en raison du bruit routier.

Pour le bruit routier, les dépassements potentiels des valeurs limites sont identifiés aux abords de l'A86, le boulevard Charles de Gaulle (RD192), l’avenue de Stalingrad (RD909) , l’avenue Henri Barbusse (RD106), la rue Gabriel Péri (RD 986) et le boulevard de Valmy (RD13).

Ce qui pose évidemment un problème pour le projet de l’arc sportif encadré par 3 de ces voies extrêmement bruyantes.

Vous avez déterminé dans vos documents des zone à enjeux, définies comme des périmètres de conflit, ’est-à-dire des secteurs où des bâtiments d’habitation, d’enseignement et de santé sont exposés à des niveaux de bruits supérieurs aux seuils définis. Il y a 23 zones à enjeux sur votre carte p 23, représentant 10% de la population de la commune

Pour le bruit ferroviaire, de manière évidente, .on retrouve les rues Victor Hugo, l’avenue Menelotte, les rues du Débarcadère, Pierre Brossolette, Anatole France, Vallée et Pont de la Puce.

Vous nous soumettez une carte de synthèse p30, édifiante, dont hélas vous ne dites rien.

Vous avez identifié à contrario – c’est le second volet du plan d’action – des zones calmes fondées sur des critères acoustiques et environnementaux. Ce sont majoritairement des espaces verts publics : le Centre Nature, le parc Caillebotte, la Coulée Verte, le square des Bouviers, le square Denis Papin, le square Médéric et le square Colbert.

Le plan d’action, si on peut l’appeler comme cela, ne comprend aucune piste d'amélioration, n'est accompagné d'aucune fiche-action, et renvoie bien à l'indigence du rapport du développement durable que vous nous avez proposé il y a quelques mois.

En effet, ce plan d'action s’appuie sur le diagnostic et les outils que notre équipe municipale avait mis en place avant 2014, et je vous remercie de prendre en compte l’important travail réalisé sous la précédente mandature. Je vous recommande même de le faire savoir : il s’agit du Plan Local d’Urbanisme, du Plan de Déplacement de Colombes, de la piétonisation de la rue Saint-Denis, du réseau cyclable que nous avons consolidé (p 39) : sur ce point, ce réseau est essentiel car les gains acoustiques sont évalués entre 2 et 3,5 dB aux abords des infrastructures routières. On se demande pourquoi vous refusez de prendre à bras le corps cette question, et continuez à privilégier la voiture en ville.

En terme de dépenses, je note aussi que 4,5 millions ont été consacrés sous l’ancienne mandature en actions de maintenance régulière des voiries en prévention du bruit.

Nous avons réalisé, sans être exhaustifs, le groupe scolaire de la Marine, le club house Charles Péguy, la structure d’accueil les rossignols rue JJ Rousseau, des travaux à l’Hôtel de Ville, générant des gains en dB de l’ordre de 30%.

Nous avons poursuivi massivement l’isolation des logements sociaux de CHP, faisant là aussi des gains de 30% et des permettant des baisses de charges pour les locataires.

Nous avions aussi imposé des Charte chantiers à faible nuisance acoustique, pas toujours respectées par les entreprises et leurs sous-traitants il est vrai.

La commune a adhéré à Bruitparif sous notre mandature, organisme qui a par ailleurs fortement contribué à la réalisation du projet de ce plan de Pvention du bruit.

Quant à l’action de votre équipe en terme de prévention pour les années 2016-2021, je regrette que vous ne nous ayez pas fourni d’éléments chiffrés sur les plaintes de voisinages liées au bruit, sur les mesures du logiciel vitrail pour les mesures du bruit aérien, sur les actions que vous promouvez en matière de covoiturage , ou encore sur votre plan de déplacements de circulations douces et de partages de la voirie, en complément de ce qui est prévu avec l’arrivée du T1, et en attendant un jour l’aboutissement de l’arc sportif qui se réalisera sur 10 à 20 ans.

Votre dossier, s’il acte l’ensemble des actions que nous avons amorcées pendant 6 ans dans tous les domaines, et parfois lors de votre 1er mandat, est vide de tout en ce qui concerne les actions à venir jusqu’au terme de votre mandat. Le rapport évoque les constructions autour d’un parc (Magelan) et le projet de ferme urbaine. On sait, nous venons d’en parler, que ce projet, s’il se réalise, le sera sur de nombreuses années et que la ferme urbaine, loin d’avoir trouvé son modèle économique, ne remplira que très partiellement sa fonction de mur-antibruit compte-tenu du bruit actuel augmenté des populations nouvelles. En commission, il m’a été dit que vous ne pouviez agir sur les sources de bruits telles la voiture. C’est faux : en multipliant les circulations douces, un instaurant une vitesse limitée à 30 kmh, en créant des contre-sens cyclables, vous pourriez y contribuer. Ce n’est pas votre choix.

Ce dossier, très consistant en terme de diagnostic, est creux sur les actions que vous devriez amorcer, dans le cadre de la COP21, en terme de décroissance du bruit routier et simultanément de protection de ce bruit.

Vous n’évoquez pas du tout dans ce dossier les effets sanitaires de la dégradation sonore de notre environnement, notamment pour les jeunes.

Votre dossier est non seulement creux, mais il est vide de toute perspective. C’est dommage pour les Colombiens.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans Colombes
commenter cet article

commentaires