Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 22:28

Conformément à son histoire, à ses valeurs et à l’engagement qui est le sien sur la scène internationale, notre pays doit rester une terre d’asile pour ceux qui fuient aujourd’hui la guerre et les persécutions.

Accueillir, héberger, soigner et accompagner tous ceux qui, en situation de détresse et en danger de mort, viennent chercher refuge sur notre sol constitue en effet un devoir inconditionnel pour un grand Etat de droit comme le nôtre.

Nous étions ce matin réunis à l’hôtel de Ville de Paris, représentants de l’Etat, élus locaux et acteurs engagés de la société civile, pour présenter les principes et les modalités des futurs centres de premier accueil à Paris et Ivry-sur-Seine. Ces centres doivent constituer un maillon supplémentaire dans la grande chaîne de mobilisation pour un accueil digne des femmes et des hommes lancés sur la route de l’exil.

Cette mobilisation de toutes et tous au niveau national, à travers tous les territoires, est nécessaire, parce que la crise migratoire que nous connaissons est d’une ampleur inégalée et pose des défis nombreux, complexes et graves.

En Ile-de-France, le dispositif que nous avons présenté aujourd’hui s’inscrit dans une continuité de l’action des pouvoirs publics : depuis juin 2015, 15 793 personnes ont été mises à l’abri en Ile de France. 74 centres ont été ouverts par l’Etat et 27 opérations de mises à l’abri ont été menées.

Le gouvernement a aussi ouvert, depuis octobre 2015, 161 Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) qui comprendront, d’ici la fin du mois, un total de 5000 places pour accueillir les migrants venus de Calais ou Paris et ainsi assurer une meilleure répartition nationale de l’accueil au sein de notre pays.

Il s’agit donc d’une nouvelle étape pour une politique d’accueil plus digne, responsable et durable.

Certaines critiques indécentes laissent entendre que nous abandonnerions nos politiques de lutte contre l’exclusion au profit de l’accueil des migrants. Je tiens à rétablir les faits : il n’en est rien. Depuis 2012, le gouvernement a considérablement amplifié sa politique d’hébergement envers les sans-domiciles fixes et les plus précaires, afin de réduire le nombre de personnes à la rue et dans l’exclusion.

La vérité est que 115 000 personnes sont hébergées chaque soir dans notre pays. Les solutions de logement accompagné (intermédiation locative, résidence sociale et logement-foyer) ont augmenté de 145 000 à 215 000 en 4 ans. La mobilisation et ma détermination sont totales dans la lutte contre l’exclusion, la précarité et la détresse.

Face à la crise migratoire, devant une situation historique, rien n’est et ne sera possible sans la mobilisation des territoires. J’espère qu’Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Philippe Bouyssou, celui d’Ivry-sur-Seine, feront des émules : ils sont de ces élus, comme Damien Carême, édile de Grande-Synthe, qui font honneur à notre République et je veux leur assurer du soutien plein et entier de l’Etat dans leur démarche exemplaire de solidarité.

Emmanuelle Cosse

Ministre du Logement et de l'Habitat durable

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans citoyenneté
commenter cet article

commentaires