Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 14:32

Une mission d’information sénatoriale vient de remettre un rapport sur le revenu de base La crise du plein emploi adossé à une croissance économique qui a disparu des radars, celle des financements publics, le développement de la précarité amplifiée par les systèmes  numérique et la robotisation permettent de s’interroger sur la pertinence et la mise en œuvre d’un nouveau contrat social. le revenu universel pose une question de fond : faut-il défaire l'emprise de l'emploi sur la protection et l'intégration sociale ?

Ce sujet, émergeant en France, est repris par tout le spectre politique, chacun y mettant des objectifs et des modèles différents, allant de l’ultra-libéralisme aux utopies et aux transformations sociales. On trouve parmi les défenseurs du revenu de base aussi bien des néolibéraux, qui y voient le moyen de simplifier et de limiter drastiquement la protection sociale, que des anticapitalistes d'inspiration marxiste, pour qui ce revenu représente une émancipation face au travail aliénant et repose sur une socialisation accrue des revenus. Et aussi bien des keynésiens en quête d'un moyen de soutenir la demande que des écologistes promouvant la sobriété volontaire…

Certains redoutent que cela entérine le dualisme de la société entre ceux qui ont accès à l'emploi et ceux qui sont relégués au dehors, ayant perdu à la fois les droits attachés au salariat et la reconnaissance sociale offerte par le travail. Présenté comme un instrument d'émancipation, il risque de se transformer en instrument de relégation et d'exploitation accrue : d'un montant trop faible pour se passer de travailler, il offrirait au capitalisme une "armée de réserve" où puiser à moindre coût des travailleurs déjà partiellement rémunérés par un médiocre revenu de subsistance. Un risque dont certains de ces promoteurs, à l'instar d'un André Gorz, sont conscients. Pour eux, le revenu d'existence n'est qu'un élément d'une transformation sociale plus vaste.

En tous cas, les travaux de la mission d’information, pour ardus qu’ils soient, représentent un bon état des lieux de la réflexion en cours. J’espère que ce sujet, dans les mois qui viennent de campagne présidentielle et législatives, permettront de faire émerger cette question dans la société toute entière et dans les média.

Je mets donc en ligne d’une part l’introduction du rapport de la mission sénatoriale, et d’autre part le point de vue des élus écologistes au Sénat

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans société
commenter cet article

commentaires