Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 09:10

La gestion de l’eau pour les collectivités locales est devenue stratégique pour son futur. L’eau est désormais un bien précieux et rare. L’organisation des Nations Unies, l’Onu, dans son rapport annuel prévient qu’il est urgent de changer radicalement la façon de l’utiliser et de la partager. Sinon, au rythme actuel, le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % dès 2030, écrivent les experts du programme mondial des Nations Unies pour l’évaluation des ressources en eau.

La préservation de la ressource permet de limiter les coûts d’accès à l’eau potable. Or la moyenne des consommations des communes est en hausse y compris à Colombes. La consommation d’eau en 2015 de 156 587m3 est légèrement inférieure à celle de 2012 après avoir considérablement augmenté en 2014. Ceci dit, le ratio m3/habitant est le plus faibles du syndicat après Rueil-Malmaison en 2015 mais aussi les années antérieures. Nous avons noté plusieurs points importants dans ce rapport 2015, mais je voudrais attirer votre attention sur deux points particuliers, compte tenu de la période que nous vivons, où un nombre croissant de ménages est confronté à des difficultés liées à la précarité et au chômage.

1°) Le fonds de solidarité, destiné à aider les familles démunies, à régler leur dépense d’eau, mais aussi d’énergie, de téléphone de loyer. Les critères d’éligibilité sont définis par le conseil départemental, avec un guichet unique FSL. Le faible nombre de dossiers traités et du montant d’abandon de créances montre que le système manque d’efficacité (14 demandes en 2011, 19 en 2012, 16 en 2013, 14 en 2014, 5 au 1er semestre 2015) et les montants de créances abandonnées entre 2011 et 2015 se montent à 1211 €, 1427€, 1034€, 1196€ et 414€ pour le 1er semestre 2015.

2°) Il en est de même pour le surendettement puisque seulement 6 dossiers sur 610 000 habitants (soit 0, 00001% des abonnés) ont été traités sur l’ensemble du périmètre du syndicat au 1er semestre 2015 pour un montant total de 2145,47€.

Ces chiffres montrent comment une société privée, par ailleurs multinationale, bénéficiant d’une délégation de service public, est très éloigné de l’usager en difficulté et expliquent pourquoi les écologistes sont favorables à une gestion en régie de l’eau, véritable bien commun de l’humanité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick
commenter cet article

commentaires

Recherche