Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 23:08

Lors des élections législatives, le vote en faveur d’EELV a eu plus de conséquences pour l’écologie politique qu'on ne l'imagine. En effet, en plus d’attribuer des voix au candidat écologiste de presque toutes les circonscriptions et de contribuer à la victoire de nos idées, nous avons participé collectivement à la naissance du premier groupe parlementaire écologiste au sein de l’Assemblée nationale. Au-delà de la visibilité politique et de l’indépendance, la création d’un groupe est une étape essentielle pour inscrire l’écologie politique dans le paysage institutionnel et peser sur le travail parlementaire.

Garantir la présence d’un groupe parlementaire capable de porter haut les couleurs de l’écologie politique

Nos candidat-e-s ont été les seul-e-s à prôner une transition écologique. Ce projet de société regroupe une multitude d’initiatives mûrement réfléchies, inspirées en partie par les bonnes pratiques de nos voisins européens.

Chacun aura noté l’absence des questions écologiques lors du débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle au point que l’on a pu craindre qu’elles ne soient pas suffisamment prises en considération une fois François Hollande élu. La nomination de Cécile Duflot et de Pascal Canfin dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault constitue à cet égard un signal positif. Mais pour mener une action efficace dans leurs ministères respectifs, ils doivent pouvoir compter sur un groupe parlementaire conséquent, en mesure de développer la transition écologique. Plus les députés EELV sont nombreux, plus ils peuvent faire remonter les exigences des citoyens au pouvoir exécutif. Il y aura sûrement des lignes à faire bouger, en premier lieu sur le nucléaire, une énergie qui inquiète légitimement les Français.

Favoriser une transformation de la vie politique française

Il ne s’agit pas de se contenter de renouveler une classe politique vieillissante : il s’agit d’abroger toute forme de classe politique car la politique est l’affaire de tous ! Notre parti essaye de porter cette conviction en présentant des candidats issus de parcours différents, représentatifs de la diversité de la société française, tout en respectant strictement la parité femme/homme. Afin d’engager une véritable rotation des responsabilités politiques, le futur groupe parlementaire EELV s’engage à moderniser le statut d’élu en interdisant le cumul des mandats ainsi qu’en limitant l’exercice d’une responsabilité élective à deux mandats consécutifs.

Le groupe EELV se propose ainsi de jouer, au sein de la nouvelle majorité présidentielle, le rôle d’aiguillon qui stimulera la redémocratisation de nos institutions.

Faire barrage à la droite et à l’extrême-droite

Nous ne nous trompons pas d’adversaire : la droite a fait trop de mal à la société française et les français l'ont bien compris en rejetant la cohabitation.  Car un certain nombre de réformes doivent être entreprises très vite pour réparer les dégâts sociaux, économiques mais aussi environnementaux causés par dix ans de politiques néolibérales.

Cependant toute forme de pensée unique nuit aux volontés réformatrices. C’est pourquoi les candidats EELV se proposent de former, une fois élus, un groupe parlementaire digne de confiance lorsqu’il s’agira de mettre en œuvre le changement voulu par le gouvernement. Mais ce futur groupe parlementaire se réserve le droit de mettre en avant ses propres solutions, même s'il ne représente que peu de poids face à l'écrasante majorité socialiste.

En ayant voté EELV aux législatives, plus de 1 600 000 français ont décidé de voter pour  un parti capable de travailler en bonne intelligence avec ses partenaires à l’Assemblée nationale, comme il le fait déjà dans les collectivités locales gouvernées par une majorité de gauche. Mais c’est aussi insuffler un vent d’écologie politique au sein de la gauche hélas trop peu diverse et consolider le changement à long terme.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans Europe Ecologie
commenter cet article

commentaires