Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:40

Depuis cet été, la question de la démolition du bâtiment de Colombes Habitat Public, situé au  35 rue Michelet, où vivent près de 100 familles a été au cœur des réflexions de l’équipe municipale.

Alors que la gauche et  les écologistes avaient soutenu unanimement la lutte des habitants du 11 Michelet et de leurs associations, les services de l’Etat et de l’ANRU ont fortement attiré, au printemps dernier,  l’attention de la municipalité sur le devenir de cet immeuble, et sur la nécessité de le réhabiliter ou de le démolir.

Immédiatement, nous avons demandé à l’OPH de proposer un diagnostic sur le bâti, et également un état des lieux de l’occupation de l’immeuble par ses locataires. Les résultats de ce diagnostic nous sont parvenus à l’automne, quelques semaines avant la finalisation du dossier de l’ANRU déposé officiellement à la mi-janvier.

Deux solutions étaient possibles : la réhabilitation, ou la démolition-reconstruction.

La réhabilitation : .entre 5 et 6 ans de chantier permanent,  un coût de réhabilitation (environ 50 000 € par logement) élevé et non financé par l’ANRU , ce qui impliquait un financement total par l’OPH, incertitude sur le fait qu’il ne faudra pas refaire des travaux dans quelques années compte-tenu de l’état du bâti (reprise de toutes les évacuations des eaux usées, désamiantage, reprise du chauffage général, …)

 

La démolition-reconstruction : la démolition, finançable à 100% par l’ANRU, peut intervenir vers 2015. Cette solution s’intègre mieux avec le projet de rénovation urbaine des Fossés-Jean, et permet de réaliser en substitution 100 logements sociaux nefs, mieux isolés, correspondant aux normes environnementales que nous imposons désormais à Colombes et donc générant moins de charges locatives.

Deux réunions de concertation se sont tenues avec   les locataires au mois de novembre, suivi d’un vote consultatif début décembre, à la suite duquel un débat – difficile- au sein de la majorité municipale s’est déroulé et a conclu à la démolition.

Voici quelle a été la position des élus Verts, qui ont été favorables à la démolition sur la base des éléments techniques communiqués :

Notre façon de construire la ville ne peut se concevoir sans concertation, et la concertation sert à entendre les habitants et à prendre en compte autant que peut se faire leurs avis. Nos méthodes et nos objectifs ne sont pas celles de l’ancienne équipe municipale : nous ne voulons pas chasser les pauvres hors de Colombes.

Un peu partout en France et en Ile-de-France, des collectifs anti démolitions se sont constitués contre les démolitions parce qu’on ne leur prposait aucune solution de relogement sauf à être relégués ailleurs, plus loin, plus cher à cause des transports .

Il y a une grande souffrance des locataires qui ont été abandonnés depuis longtemps par leur bailleur, mais cette souffrance, qui est une souffrance sociale, on la retrouve dans d’autres quartiers, comme aux Grèves ou au Petit-Colombes

Il faut prendre le temps de discuter avec les habitants, tout au long du processus qui durera plusieurs années.

Il faut prendre l’engagement de reloger chaque famille avant le commencement de la démolition. D’ores et déjà, près de 300 logements sociaux  vont sortir de terre à l’Ile-Marante, au Pont-de la Puce, rue d’Epinay,  à la Marine pour ceux qui sont prêts à quitter le quartier. Auxquels il faut ajouter les programmes prévus dans le cadre du projet des Fossés-Jean. Et faire un effort pour les reloger au plus près.

Compte-tenu de la situation financière de l’OPH, il ne paraît pas sérieux de lui demander de financer sur ses fonds propres la réhabilitation de cet immeuble, alors qu’elle ne figure pas dans le dossier négocié depuis plusieurs mois avec la CG2LS. En plus tous les responsables politiques de Droite annoncent que l’ANRU ne sera pas prolongée : il n’y ara pas d’ANRU 2, donc plus de financement dans les prochaines années.

De plus, la réhabilitation impliquera une hausse des loyers et des charges, ce qui n’est pas supportable par les locataires.

8.     Enfin, évidemment, la démolition permet de mieux organiser le projet urbain des Fossé-Jean. Si ce  n’est pas un aspect déterminant, cette dimension ne peut être ignorée.

.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ma délégation
commenter cet article

commentaires