Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 17:01

Mon intervention au conseil municipal du 25 novembre 2010

 

"La réalisation de nouvelles infrastructures de transport questionne autant les déplacements des franciliens que l’aménagement de notre territoire, et plus particulièrement de la métropole parisienne, et donc la vie quotidienne et les besoins de ses habitants et salariés.

Elle doit s’attaquer aux inégalités territoriales, sociales et environnementales qui ont structuré notre région depuis longtemps.

Alors que les emplois sont plutôt concentrés à l’Ouest parisien, et les logements à l’Est, il convient de procéder à un rééquilibrage de cette situation.

C’est ce que propose d’ailleurs le SDRIF longtemps contesté par le Chef de l’Etat, et par Christian Blanc. Mais il semble que des convergences entre le Gouvernement et le Conseil Régional soient désormais en train d’émerger malgré le projet de réseau de transport du Grand Paris. Et c’est ce que veut mettre en œuvre le plan de mobilisation de la Région, partagé par les départements franciliens.

Le financement des transports, tant en investissement qu’en fonctionnement, doit aussi tenir compte de projets moins lourds, mais réalisables à court terme et nécessaire au maillage des réseaux et aux dessertes de proximité, notamment en matière de bus et de tramways.

La question des déplacements en Ile-de-France, dans la Boucle Nord des Hauts-de-Seine, et plus particulièrement à Colombes doit être globale, et ne pas ignorer :

-          les projets de tramway en site propre – je veux parler ici du prolongement du T1 dont le financement doit être garanti dans le prochain Contrat de Plan Etat-Région depuis les Courtilles à Asnières/Gennevilliers jusqu’à Rueil-Malmaison en passant par Colombes et Nanterre.

-          mais aussi, plutôt qu’un ouvrage en superposition sur l’A86 imaginé par les architectes du Grand Paris, , créer des lignes de bus en site propre sur cette A86 pour favoriser la desserte des zones d’activité de part et d’autre de l’autoroute à moindre coût., comme Europe-Ecologie-les Verts le propose :  cela se fait déjà sur d’autres secteurs franciliens.

-          on peut d’ailleurs ajouter, parallèlement aux projets de transports collectifs, la création d’une rocade et de radiales pour les cyclistes permettant des transferts modaux conséquents.

La ville de Colombes, de par son importance, sa situation actuelle et son développement futur, ne peut être négligée par quelque projet de métro circulaire que ce soit, en particulier dans son secteur nord en pleine mutation et en fort devenir. Je l’ai indiqué, le développement des transports en commun doit tenir compte des besoins réels des populations en termes de logements, d’emplois, de services et d’équipements publics.

Il s’agit donc, à l’aune des prochaines décennies, d’entreprendre une refonte de tout le système de mobilité de la métropole, en optimisant le réseau radial existant et en créant un métro circulaire fondé sur un maillage précis, permettant des dessertes de proximité et pas seulement des liaisons rapides entre pôles tertiaires et aéroports internationaux comme le propose le projet de réseau du Grand Paris.

Mais on ne peut penser cette refonte sans viser l’amélioration de l’offre en transports collectifs, et les Colombiens qui prennent le train jusqu’à Saint-Lazare tous les jours comprendront aisément ce à quoi je fais allusion..

La modernisation des lignes existantes notamment des RER et des lignes « Transiliennes » de la SNCF, la désaturisation du réseau par l’augmentation de la fréquence de certaines lignes, le développement de liaisons de banlieue à banlieue, le désenclavement des territoires de l’Est sont autant de nécessités.

Colombes, 52ème ville de France avec ses 83 000 habitants, 10ème d’Ile-de-France, 4ème des Hauts-de-Seine, compte plus de 4000 acteurs économiques, plus de 31 000 emplois répartis sur 430 000m² de bureaux et d’activités, de locaux artisanaux et de commerces, Près de 42 000 actifs vivent à Colombes. Ville historiquement industrielle, elle est située à 5kms du cœur de Paris, à 2km de la Défense, à 1km du port de Gennevilliers.

Ville jeune, moderne, ambitieuse, durable, Colombes a toujours su s’adapter aux mutations du monde en terme d’urbanisation, de développement économique, de solidarités, et dorénavant d’écologie. De nombreux projets urbains et économiques sont en cours de réalisations ou en préparation, qui conforteront Colombes comme une des plus grandes villes des Hauts-de-Seine et de l’Ile-de-France, au sein de la Boucle Nord des Hauts de Seine, et plus largement dans le développement raisonné et équilibré du Nord-Ouest Parisien.

Pourquoi un métro circulaire :

La création d’un métro circulaire n’est pas une question nouvelle. Les lignes de transports en radiale depuis Paris ne répondent plus depuis fort longtemps aux besoins de déplacement alors que près des trois quarts des flux de déplacements des Franciliens sont réalisés de banlieue à banlieue et obligent à passer par Paris.. Le développement incontrôlé de l’Ile-de-France conduit inévitablement à une augmentation apoplectique du trafic de voyageurs que ne pourra supporter le réseau existant.

On sait, grâce à de nombreuses études, que seulement moins d’un tiers des déplacements est consacré au travail ou aux affaires professionnelles et que les déplacements domicile-travail sont 20 fois plus importants que ceux occasionnés par des déplacements entre entreprises qui ne représentent que 3% des flux. Il s’agit donc d’une part d’orienter les déplacements en véhicules automobiles, sources de Gaz à Effets de Serre et contributeurs au réchauffement climatique, vers les transports collectifs ; et d’autre part d’améliorer la qualité de vie des Franciliens.

Alors que la Gare Saint-Lazare, destination essentielle mais pas unique vers Paris à partir des 4 gares de Colombes, est totalement saturée, l’adaptation de l’offre en transports depuis les bassins de vie et d’emploi de la Commune et de son tissu économique est une nécessité.

Un réseau adapté de transports collectifs dans la Boucle Nord

A ce stade, et au vu des documents communiqué par les maîtres d’ouvrages des deux projets de transport Arc Express et Réseau Grand Paris, mis en contribution par la Commission du Débat Public, l’analyse des deux projets –double boucle du Grand Paris et arc Express , fait apparaître les éléments suivants :

Grand Paris :

Sur le fond, je renvoie au vœu de la majorité municipal discuté lors du conseil municipal du 22 octobre 2009, au débat qui a suivi et à mon intervention lors de ce débat. Sur la proposition concernant Colombes, le tracé Vert du projet (les Grésillons, les Agnettes, Bécon-les-Bruyères- la Défense) ne présente qu’un intérêt relatif pour Colombes, car il ne dessert qu’une petite partie de la Commune, et tout un pan des habitants et des salariés n’est pas relié au système de transport de l’ouest et nord-ouest francilien .

Arc Express

Parmi les deux hypothèses de ce projet, seul le tracé « dit éloigné » d’Arc Express, en provenance de la Plaine-Saint-Denis, passant en interconnexion avec la ligne RERC aux Grésillons, puis les Courtilles à Gennevilliers en interconnexion du T1 et de la M13, pour rejoindre la gare de Colombes-Centre et celle de la Garenne-Colombes, pour se prolonger vers Nanterre-la-Folie semble pertinent. Ce tracé, s’il est retenu, nécessitera la réalisation d’une station intermédiaire entre la gare de Colombes-centre et celle de la Garenne-Colombes. Cette liaison nouvelle permettra, si elle est décidée, de repenser alors le maillage de la commune.

Le tracé dit « rapproché » desservant selon les variantes soit Gabriel Péri à Clichy soit les Agnettes à Gennevilliers, puis par la gare de Bois-Colombes et celle des Vallées ne présente aucun avantage pour ce secteur de la boucle Nord et de Colombes, pour les mêmes raisons que celles invoquées pour le Grand Paris.

En conclusion :

Arc Express apparaît comme une véritable alternative à l’usage de la voiture particulière pour les déplacements massifiés en petite couronne, et participe réellement au désengorgement du réseau existant en améliorant les conditions quotidiennes de transport des usagers dans leurs déplacements de banlieue à banlieue, profite à tous les utilisateurs des transports en commun. Arc Express sera en correspondance avec toutes les lignes de transport existante et évitera à certains voyageurs de passer par Paris s’ils ne le souhaitent pas Le développement futur de la Boucle Nord des Hauts-de-Seine nécessite un réseau de transport de qualité pour ses habitants et ses salariés. Arc Express y répond. Le tracé dit « éloigné » est dans ce cadre le plus favorable à Colombes."

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ma délégation
commenter cet article

commentaires