Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:54

index.jpg

dimanche 20 juin 2010 13h25

PARIS 20 juin (Reuters) - L'eurodéputée écologiste Eva Joly demande  la démission du ministre du Travail Eric Woerth en raison de ses  possibles interventions dans l'affaire Bettencourt et dénonce "une contradiction d'intérêts incroyable".

Sur le site Mediapart, l'ancien juge d'instruction réclame également dimanche l'éviction des procureurs de Paris et de Nanterre, Jean- Claude Marin et Philippe Courroye, qu'elle accuse de chercher à  protéger l'Elysée.

"Dans une démocratie normale, la démission s'impose", affirme Eva Joly en évoquant le cas d'Eric Woerth, qui était ministre du Budget  alors que son épouse faisait partie des conseillers de Liliane  Bettencourt.

L'affaire a rebondi après la publication d'enregistrements pirates montrant que l'entourage de la milliardaire organisait des opérations d'évasin fiscale.

"Il n'est pas extraordinaire de demander à un ministre d'être irréprochable! Les fonctions de sa femme ne sont pas contestées, la validité des enregistrements non plus", estime Eva Joly.

"Ces enregistrements mettent en lumière la valeur des paroles et de la rhétorique d'Eric Woerth sur les paradis fiscaux. Il y a une contradiction d'intérêts incroyable, par rapport à sa prétendue lutte contre les paradis fiscaux", ajoute-t-elle.

Pour l'ancienne magistrate, qui pourrait devenir la candidate d'Europe Ecologie à la présidentille de 2012, les comportements dans cette affaire rejoignent ceux de l'exécutif dans le dossier Karachi.

"Si ce que disent les enregistrements est vrai, et personne ne conteste leur authenticité, c'est un énorme scandale. Car on y voit mises en scène les relations inappropriées entre l'exécutif, le président de la République au premier rang, et les procureurs. Ces enregistrements montrent bien cette connivence", dit-elle.

Eva Joly estime que Nicolas Sarkozy souhaitait supprimer les juges d'instruction en France en raison de ses craintes dans l'affaire de Karachi, liée aux mobiles d'un attentat antifrançais au Pakistan en 2002.


Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans société
commenter cet article

commentaires