Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 13:23

J’ai écris il y a quelques jours que la réunion publique du 12 mai  avait pour objet de présenter des principes généraux, et qu’il ne s’agissait évidemment pas d’un projet.

 

En effet, un aménagement de cette ampleur, qui va s’étaler sur plusieurs années, concerner de nombreux ménages, ne peut être réglée en catimini.

 

Il est normal que les bureaux d’études, les services municipaux apportent aux élus de Colombes des éléments d’analyse et d’appréciation, qui leur permettent d’opter pour un certain nombre d’hypothèses. C’est le rôle des élus, ils ont été désignés par la majorité des Colombiens pour cela, quels que soient les sujets.

 

Après quoi, comme nous le faisons pour tous les projets en œuvre à Colombes, nous allons évidemment mettre ces hypothèses en discussions, et c’est ce que nous avons commencé de fairel e12 mai. Beaucoup de questions ont été soulevées il y a deux semaines, et il va de soi que nous essaierons –les élus, les services municipaux, le futur aménageur - d’y apporter les meilleures réponses.

 

 La concertation est un acte volontariste, inscrit en quelque sorte dans les gênes de l’équipe municipale ; la démocratie locale est un des piliers du programme municipal, et la concertation en est un des outils. Mais c’est aussi  un art difficile : chacun, y compris la municipalité, doit être à l’écoute de tous les autres ; mais en même temps, les logiques, les intérêts, les envies ne sont pas les mêmes, et parfois les passions viennent « animer » les échanges. Nous tenterons d’éviter certains écueils et d’amplifier un dialogue qui se doit d’être des plus efficaces ;

 

Bientôt, un aménageur va être désigné, et je suis convaincu que nous serons en capacité assez tôt de mettre en place des modalités de travail partagé avec les Conseils de Quartier, les associations, et des groupes de travail réunissant les habitants et les commerçants, comme nous le faisons à l’écoquartier de la Marine, au Pont de la Puce,  ou encore aux Fossés-Jean.

 

Je termine ce billet en battant ma coulpe : dans mon précédent message j’ai écrit que la hauteur des bâtiments les plus hauts pouvait atteindre « 9 à 11 étages ». J’ai eu le droit bien sûr à une réaction contestant ce point, contraire à ce qui avait été dit en réunion. Et effectivement, je me suis trompé, et ai tout de suite rectifié dans une réponse à la réaction. La hauteur maximale potentielle est de 28m au plancher du dernier niveau, ce qui met ce type de bâtiment à 10 niveaux, rez-de-chaussée inclus, sachant , comme cela a été indiqué par C. Devillers, que tout une approche « decrescendo » est proposé pour descendre vers les secteurs pavillonnaires tout proches.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ma délégation
commenter cet article

commentaires

Benoît Moyen - LPT 29/05/2011 21:42


la concertation est un acte obligatoire inscrit dans les gênes de la légalité et à laquelle la Municipalité ne peut se soustraire.

Benoît Moyen Président de l'association Les Petits Toits.


patrick 30/05/2011 00:42



 J’avais écris dans mon billet que « La concertation est un acte
volontariste, inscrit en quelque sorte dans les gênes de l’équipe municipale ; la démocratie locale est un des piliers du programme municipal, et la concertation en est un des
outils ».  Vous rappellez que la concertation est un acte obbligatoire. Je me permets de rappeler qu’elle est obligatoire sous des formes prévues par les textes officiels, et que
depuis 3 ans, notre équipe municipale a décidé d’aller largement au-delà du minimum légal. Il y a sans doute des progrès à faire, mais nous sommes partis de bien loin !


Patrick Chaimovitch



Françoise-LPT 29/05/2011 19:21


Je me permets ce commentaire en tant que membre du CA des Petits Toits. En effet, vous avez souligné dans vos divers billets avoir noté le besoin de prise en charge de "l'humain". Nous constatons
cependant qu'un de vos concitoyens a appris avec stupéfaction, le 12 mai dernier, après une récente modification des plans de la zone, que la pavillon de sa maman aveugle de 95 ans serait rasé en
phase 1 (2013/2015) et sa maman expropriée probablement fin 2011 (donc demain). Malgré ses demandes répétées de rendez-vous auprès de votre secrétariat, il a fallu qu'une personne des Petits Toits
vous alerte sur ce cas particulièrement sensible pour que vous acceptiez enfin de lui accorder un RDV malgré le caractère particulier et urgent de sa requête. Il serait peut-être bon de commencer
par oser parler aux gens directement et à considérer vos concitoyens avec le respect qu'ils méritent tous.
Cordialement,
Françoise-LPT


patrick 30/05/2011 00:38



Je connais bien la personne à laquelle vous faite référence, mais je ne connaissais pas la situation de sa mère, et il est évident que je ne peux pas connaitre chacune des situations si les
services de la ville n’en sont pas prévenus, ou si je n’en suis pas alerté.


Je fais partie des élus qui ont une activité professionnelle en plus de leur mandat, et mon secrétariat doit gérer beaucoup de demandes de
rendez-vous sur les plages horaires que je réserve à mon activité d’élu. Un RDV a été fixé prochainement avec cette personne.


Je n’accepte pas - gentiment- le ton de votre dernière phrase ca r je passe beaucoup de temps à discuter avec les uns et les autres, soit lors de
rendez-vous, soit en les rencontrant dans la rue, ou encore, certains membres des Petits Toits le savent, quand je les rencontre dans ma vie privée en faisant mes courses familiales le samedi,
comme cela  a encore été le cas hier.Cela fait aussi partie de mes autres tâches d’ailleurs : je remplis de temps en temps le frigo de la maison !


Patrick Chaimovitch



Les Petits Toits 29/05/2011 11:05


Nous ne pouvons nous empêcher de penser à la lecture de votre nouveau billet sur la réunion publique du 12 mai, qu’il vous a été inspiré par la lecture du compte-rendu de l’association Les Petits
Toits sur son site :
http://sites.google.com/site/lespetitstoits/reunion-publique-du-12-mai-2011

Lorsque vous parlez d’un aménagement qui va concerner « de nombreux ménages », vous faites sans le mentionner explicitement allusion à toutes ces familles qui vont devoir laisser la place libre,
sinon vous auriez parlé de l’ensemble des Colombiens, puisque comme vous avez l’habitude de le rappeler, il s’agit d’intérêt général. Merci donc de rappeler que le sort de tous ces futurs
expropriés ne doit pas se faire en catimini.

Le travail d’une équipe municipale, n’est sans doute pas un exercice facile et faire le choix de la concertation dans ses priorités et certes une décision louable (nous en avons tant manqué par le
passé !), mais il faudrait pour réussir cette concertation que l’information soit des plus ouvertes, comme pouvoir trouver des documents sur le site de la mairie, ou encore les fournir à ceux qui
vous les demandent. Ouvrir dès à présent des propositions de travail sur le sujet au conseil de quartier concerné, alors que vous nous apprenez en réunion publique que la première phase des
expropriations va commencer au deuxième semestre 2011 (dois-je vous rappeler que nous entrons dans le deuxième semestre dans un mois ?!).

Une bonne concertation passe par une bonne information de ces réunions publiques. Aucun affichage public n’a été fait dans les panneaux municipaux prévus à cet effet. Que dire des invitations
faites aux riverains 2 jours seulement avant cette réunion du 12 mai ?

Aménageons pour le mieux et le bien de tous ce boulevard, mais n’oublions pas le sacrifice que vont devoir vivre « de nombreux ménages ». La concertation pour ceux qui vont profiter de ce nouvel
aménagement ne doit pas faire oublier, le devoir politique de compassion et soutien social pour ceux qui vont laisser une partie de leur vie et l’abandon de leur bien.

Faire de la politique c’est défendre un choix de société, un idéal qui nous le souhaitons passe aussi par la prise en considération de ceux qui seront sacrifiés sur l’autel de l’intérêt
général.

Le conseil d'administration de l'association.


patrick 30/05/2011 00:37



Je suis désolé de vous décevoir, mais je n’ai pas écris mes billets en fonction de ma
lecture de votre site. Par contre, ils sont inspirés par plusieurs approches : tout d’abord, ils correspondent à ce que je suis  profondément, et aux valeurs que je porte
depuis  de nombreuses années. Cela me conduit à essayer de combiner les projets municipaux, le respect que je porte  à chaque personne qui me sollicite – ou
pas -  dans le cadre de ma délégation, que ce soit à Charles de Gaulle, dans d’autres secteurs de la ville, ou dans la gestion d’autres aspects de ma délégation, quels que
soient les motifs, les tords ou les raisons.


Plusieurs d’entre vous ont demandé communication des documents projetés. Comme vous
l’avez remarqué, le site de la ville est hors service depuis plusieurs jours. Il est prévu de les communiquer aux conseils de quartiers concernés, et aux personnes qui les ont sollicités. Cela
vient.


En ce qui concerne l’information préalable à la réunion, il n’est pas habituel, me
semble-t-il,  que l’information relative à des réunions de quartier soit affichée sur les panneaux administratifs de la mairie. Peut-être faut-il revoir d’ailleurs ce point.
Pour ce qui est de la distribution des courriers d’invitation, il y a eu effectivement un problème, et la ville a fait savoir au prestataire en charge de la distribution ce qu’elle en
pensait.


Je sais qu’un aménagement public, quel que soit son ampleur, est compliqué pour les
personnes, les familles, les ménages (sans guillemets) qui vont y être confrontées. C’est pourquoi petit à petit nous mettrons en place les différents dispositifs qui aideront à régler les
difficultés qui forcément vont surgir pour nombres de ces personnes.


Patrick Chaimovitch



Colombes Photoblog 24/05/2011 18:24


10 étages cela reste bien haut quand même. Les immeubles récents entre la société Oracle et l'Hotel Courtyard font 6 ou 7 étages il me semble. Franchement c'est suffisant non ?
Je trouve dommage de "massifier" ce boulevard avec des constructions trop hautes.


patrick 30/05/2011 00:36



Vous soulevez la question de la massification du boulevard Charles
 de Gaulle en vous référant à un gabarit de 10 étages. Comme nous l’avons indiqué lors de la réunion publique, ce gabarit n’est pas constant et uniforme , et nous
souhaitons justement casser l’impression de façade stricte  telle qu’elle existe sur une grande partie du boulevard.


Patrick Chaimovitch