Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 00:15

Bien avant que le PS ne s’en saisisse, les primaires ont  été voulues par les écologistes. C'est une manière judicieuse de faire suivre des débats d’idées non seulement par nos électeurs inscrits pour participer à la primaire, mais surtout par le plus grand nombre de personnes s'intéressessant à l'écologie et à l'élection présidentielle, qu'elles soient françaises ou pas.

 

Cela aide évidemment à  populariser nos idées, à  mettre en perspective des conceptions différentes de l’écologie politique et à les faire porter par des personnes aux parcours très divers. C’est aussi pour cela que EELV a décidé d'organiser trois débats publics et de les diffuser sur le Net.

 

Les écologistes ont expérimenté, non sans débats, le vote électronique, qui est un des deux modes d'expression des votants avec le vote par correspondance, et est un mode assez étonnant chez les écologistes, qui l'ont toujours critiqué pour les élections nationales ou locales, estimant à juste titre qu'il n'y avait pas d'assurance totale de sécurité des votes.

Cela dit, la direction d'eelv a assuré qu'elle avait vérifié l'existence physique des personnes inscrites via mail. Que cela soit par la photocopie d'une pièce d'identité, la réalité des adresses postales, l'IP des adresses Internet, ou la vérification de l'authenticité des paiements par Carte bleue. Mais il n’est pas certain qu’il n’y ait pas de contestation de ce mode de scrutin in fine. A suivre.

 

Avec 4 candidats au 1er tour, et deux au second tour, le plébiscite a été évité, et la confrontation des idées passe devant celle de deux candidats concurrents.

 

Car Eva Joly et Nicolas Hulot sont deux excellents candidats, qui ont beaucoup de choses en commun. Ce sont deux personnalités initialement extérieures à Europe Ecologie-Les Verts , deux personnalités d'ouverture que les écologistes sont allés chercher pour élargir leur audience et mieux se faire entendre de couches plus larges de la société.

 

Cela dit, il y a un positionnement différent entre eux: l'une, Eva Joly, défend une "écologie de combat", estimant que pour imposer le changement de société qu'elle défend, il faudra s'affronter à un certain nombre d'intérêts économiques et de lobbys ; Nicolas Hulot, lui, défend une "écologie d'espoir", dont il espère convaincre les électeurs à travers des exemples positifs et de la pédagogie. Il a longtemps pensé qu'il pouvait, grâce à son aura médiatique, suffisamment influencer les décideurs pour faire passer un certain nombre de ses idées.

Il en a vu les limites en 2007, avec la signature de son pacte écologique, mais également avec le Grenelle de l'environnement, qui a été depuis un an largement vidé de sa substance.

Il est persuadé qu'il ferait un meilleur candidat que quiconque à EELV, en s'appuyant sur sa capacité à convaincre.

 

Au final, quel que soit le résultat de la primaire, la nécessité du rassemblement sera tel que tous les écologistes se retrouveront à l'issue du scrutin pour  faire campagne ensemble.


Parallèlement, les écologistes préparent leur projet pour 2012, et le candidat, ou la candidate, arrivée en tête portera, avec toute sa personnalité, ce programme.


Il fera l’objet de négociations avec les autres forces de gauche en vue d’une alternance politique qui se traduit par le départ de Sarkozy, qui je l’espère, srera battu à plate couture dans quelques mois, et l’élection d’un parlement où la gauche et les écologistes seront majoritaires.

 

EELV a clairement dit que des discussions étaient engagées avec les socialistes à la fois sur un accord législatif et sur un contrat de gouvernement.

 

La première condition d'un tel accord au deuxième tour sera l'engagement du ou de la candidate socialiste pour une sortie du nucléaire, assortie de la fermeture des centrales les plus vétustes, et d'un vaste plan d'économies d'énergie et de développement des renouvelables.

Nous avons  aussi clairement demandé l'introduction d'une dose de proportionnelle, le mode de scrutin actuel étant particulièrement inique..

 

Nous avons par ailleurs des revendications dans d'autres domaines, mais qui ne sont pas des conditions sine qua non. Elles relèvent plus d'une négociation entre forces politiques pour la rédaction du contrat de gouvernement.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans Europe Ecologie
commenter cet article

commentaires