Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 23:55

Dès le 4 avril, comme cela avait été rendu possible en 2008 pour N. Goueta et L. Trupin, plusieurs élus de la nouvelle opposition ont souhaité faire une déclaration; mal leur en a pris.

 

Si P. Sarre  ne l'a pas fait comme représentant de l'opposition, mais comme maire sortant qui présidait  la séance du conseil au cours de laquelle devait être formellement élue N. Goueta, Y. Bouchouicha a puintervenir en forçant la parole et V. Monge et moi-même avons été interdits de parole. Cela s'est reproduit le 11 avril.

 

Lors des conseils du 11 et 30 novembre, l'opposition a été interdite de parole, les micros coupés: un jeu assez stupide de la part de 2 adjoints au maire.

 

Au conseil du 30 avril, j'ai eu le plus grand mal à disposer de la parole et à finir mon intervention préliminaire.

J'ai été insulté par M. Bolufer qui n'a pas supporté l'application d'une règle simple, le droit de présenter une candidature à une fonction dans un organisme, ce qui a provoqué une suspension de séance.

 

La majorité municipale de droite manie la censure, la privation de parole et l'atteinte à la liberté du débat pour les représentants de près de 50% des électeurs exprimés que jamais nous n'avons eues vis-à-vis de l'opposition d'alors.

C'est quand même inquiétant pour le débat public.

 

Je publie donc l'intervention que j'avais prévue de dire les 4 et 11 avril, pour que les Colombiens en prennent quand même connaissance.


 

CONSEIL MUNICIPAL DU 11 AVRIL 2014

 

INTERVENTION CENSUREE DE PATRICK CHAIMOVITCH

EUROPE ECOLOGIE-LES VERTS

 

 

Madame la Maire, Chères collègues,

 

En tant qu’élu d’Europe- Ecologie - Les Verts, je tiens tout d’abord à féliciter Nicole Goueta et son équipe pour le succès qui a été le leur. Je le regrette évidemment et éminemment, mais c’est la règle démocratique et il en est ainsi. Désormais je pratiquerai avec constance et vigilance une opposition responsable, approuvant ce qui peut l’être, critiquant ce qui doit l’être.

 

Je souhaite aussi  remercier les électeurs et électrices qui ont voté pour la liste de « Colombes avance », associant des représentants de forces de la gauche colombienne, des écologistes et de citoyens, dans leurs diversités.

 

Nombre de nos concitoyens ont perdu confiance en l’action publique du fait  de l’incapacité collective à résoudre les problèmes essentiels comme ceux de l’emploi, d’une meilleure répartition des richesses et du travail, d’une confiance à recréer envers la jeunesse ou encore de réponses aux problèmes d’éducation, de sécurité ou d’environnement.

 

La commune,  malgré la proximité de nos concitoyens et malgré la visibilité de son action n’est pas à l’abri de cet éloignement. Le taux élevé d’abstentions l’a montré. Désormais, au lieu de manifester une adhésion  -  quelle qu'elle soit - par un vote, on exprime un rejet par le refus de vote.



 

C’est un paradoxe quand des peuples luttent pour avoir le droit de choisir leurs représentants, de voir en France ce désintérêt grandir.

 

A l’échelle nationale, les élections municipales  ont vu l’électorat de droite  se mobiliser, et se mobiliser pour une droite sous l’influence  d’une extrême-droite qui se renforce.



Elles ont vu l’électorat de gauche déboussolé, en désarroi, pire, en colère contre la politique gouvernementale. Il a  lourdement – et parfois injustement- sanctionné la majorité gouvernementale, et singulièrement le principal parti de cette majorité entrainant dans sa défaite électorale ses alliés. Les électeurs ont joint leurs voix pour protester contre des mesures qui ne sont pas très différentes de celles mis en œuvre sous le quinquennat précédent et qui avaient déjà fait l’objet d’un premier rejet. Ils l’avaient dit mais n’avaient  pas été entendus. J’espère que désormais ils le sont. Mais je n’en suis pas certain, à entendre les propos de l’ancien et plus récents du nouveau Premier Ministre.

 

Ces résultats ont montré également, et heureusement, qu’il existe une demande d’écologie, une demande d’innovation et d’imagination vers une politique permettant tout à la fois de soulager le budget des ménages et de protéger notre planète. Nous avions commencé à le faire notamment à travers l'écoquartier de la Marine, à travers le renforcement de la zone pavillonnaire dans le PLU et le développement de la perméabilisation des sols,   à travers de nouvelles pratiques sans pesticides dans les espaces verts de la ville, en favorisant l'usage du vélo dans des rues partagées pour  différents usages, en développant des projets tels que Rurban, ou encore à travers la baisse des quotients familiaux et de la tarification,  permettant à plus de Colombiens d'accéder aux équipements communaux et à de nouvelles pratiques culturelles, éducatives, sportives, sportives, associatives.

 

 

Madame la Maire, les électeurs vous ont désignée pour diriger la commune les 6 prochaines années.

 

Les Colombiens ont intérêt à être attentifs. Notre ville a de quoi s'inquiéter.


Sur la méthode déjà: votre autoritarisme est connu, et dès le  premier conseil municipal, vous avez refusé l'expression publique de l'opposition dans sa diversité, sous prétexte que ce n’était pas prévu par des règles que vous avez instituées vous-même, alors que cela vous avait été rendu possible par Philippe Sarre il y a 6 ans.


Votre discours d’investiture du 4 avril, qui aurait pu être un discours d'apaisement et de rassemblement, avait pour but avant tout de renforcer les antagonismes.

Depuis 2001 finalement, ni vous, ni votre entourage le plus proche, voire familial,  n’avez changé ! Vos élus – maire-adjoints et conseillers municipaux -  risquent  d’être rapidement confrontés au désenchantement. Vous vous comparez au capitaine d’un navire : espérons pour Colombes que ce ne sera pas le Titanic !


En effet, reprenons quelques une de vos formulations lors de votre discours d'investiture:

- Vous avez dit que vous aviez défendu vos valeurs dans la dignité : permettez-moi de ne pas me situer au niveau délétère qui a été le vôtre pendant la campagne électorale.


- Vous avez fait allusion au retard et à l’immobilisme de notre équipe, en citant les Fossés-Jean, dossier, tout comme ceux l'ANRU en général, que vous avez tenté de ralentir depuis votre poste de vice-présidente du Conseil Général. Mais après que vous ayez approuvé, avec notre  majorité municipale d’alors le projet des espaces publics de ce quartier, je suis certain que vous nous proposerez dans les prochaines semaines et les prochains mois les projets qui sont arrivés à leur maturité technique et, ne vous en déplaise,  que nous avons travaillé depuis des mois, voire des années.


- Vous avez aussi évoqué le prolongement du T1. Quelle démagogie. Vous savez qu’il y a des phases administratives et budgétaires obligatoires que ce soit au STIF ou au Conseil Général, maitre d’œuvre de cette infrastructure de transports. D’ailleurs l’enquête publique préalable à la phase d’expropriation est programmée pour la fin du semestre, le STIF vient de communiquer sur l'échéancier.



-  Vous avez aussi fait référence au site Thalès, pour lequel des négociations étaient engagées depuis plus de deux ans avec des propriétaires et des promoteurs dont certains étaient plutôt portés vers la spéculation  outrancière et éloignés de l'intérêt général, et vous le savez pertinemment.



- Enfin vous avez évoqué le stade Yves du Manoir, en proposant un arc sportif  le reliant au parc Lagravère et au stade Péguy. Evidemment avec l’aide financière de Patrick Devedjian. Car que ce soit votre projet, pour le moins flou, ou le fameux  Stad'Yum de Laurent Trupin forcément porté par ses colistiers membres de votre équipe - on ne sait plus très bien dorénavant quel est le projet de la municipalité  -  il faudra que l’argent coule à flot, et pas seulement celui du Département.



- Vous avez évoqué une soit-disante" situation financière inquiétante" laissée par notre équipe et avez lancé de graves accusations, telles que de la "dissimulation". Je crois surtout que vous pratiquez l'invective car les débats budgétaires des dernières années avaient clairement affiché les tendances et que contrairement à vos engagements, vous avez menti aux Colombiens alors que vous saviez que les marges de manœuvre devaient se faire par une réduction des dépenses, ce qui va à l’encontre de vos propositions, aux uns et aux autres. Il est vrai que vous aviez déserté le conseil municipal du mois de février qui traitait des orientations budgétaires.



- Vous avez dit aussi que vous vouliez lancer un audit de la CODEVAM, car je cite « avant il y avait une gestion saine et bénéficiaire sans un emprunt jusqu’en 2008 ». Faire de l’aménagement sans emprunter, cela ne s’est vu nulle part sauf à travailler sur des fonds propres, comme vous l’avez fait en son temps pour des opérations de marchands de bien avenue de Stalingrad. Vous confondez, comme vous l'avez fait au cours des 6 dernières années, la situation de la société et celles des opérations d'aménagement.


Je vous rappellerai juste que, à la suite de l’audit juridique et financier réalisé en 2009 :


-           nous avons considérablement amélioré la gestion du personnel selon des normes appliquées dans toutes les SEM - sauf à Colombes sous votre mandature- quand vous , et ce vous est pluriel - en aviez la maitrise exclusive.


-          nous avons considérablement amélioré  la gestion de la société  et des opérations, notamment la refonte des CRACL que  j’ai eu l’honneur de présenter pendant toute la mandature précédente, avec des documents absolument détaillés pour ce qui concerne les actions réalisées et prévisionnelles, les bilans et plans de trésorerie.


-          nous avons considérablement amélioré  l’organisation de la CODEVAM


Je vous mets donc au défi de trouver une faiblesse quelconque dans la situation financière et budgétaire de la CODEVAM.


Enfin, vous vous êtes donnée 3 priorités : la sécurité, les rythmes scolaires et le stationnement.

Sur le premier point, la sécurité, nous sommes assez sereins quant à l’audit que vous allez réaliser. Il n’y a pas photo entre la situation de 2008 et celle d’aujourd’hui. Prétendre le contraire serait un grossier mensonge. Mais peut-être votre souci principal se réduit-il finalement et uniquement au réarmement de la police municipale dont l’inefficacité est prouvée partout.  


Sur le second point, les rythmes scolaires, vous voulez que la loi soit reportée ou annulée. Rien que ça. Vous aurez donc obligation de faire appliquer la loi de la République. Vous prétendez  que sa mise en œuvre n’a pas été budgétée en 2014 ; cela est inexact, mais ne concerne évidemment que le dernier trimestre 2014. Nous en reparlerons donc.


Quant au troisième point, le stationnement, vous voulez procéder à une remise en cause de la Délégation de Service Public que vous avez  vous-même mis en place de manière ahurissante, et qu’il a fallu renégocier au mieux ces dernières années.


Nous allons voir la manière dont vous allez rendre gratuit le stationnement de surface dans tout Colombes comme vous vous y êtes engagée tout en favorisant la rotation des voitures particulières et le désengorgement des rues de la ville, et si vous déciderez de faire porter sur tous les contribuables les incivilités de quelques centaines d’usagers.

 

Madame la Maire, vous voulez d’ores et déjà imprimer votre marque, infléchir les politiques publiques développées pour la plupart d’entre elles à bon escient ces dernières années. Mais vous risquez de le faire pour de mauvaises raisons,  en dépit de l’intérêt général pour Colombes et ses habitants. Sachez qu’avec mes collègues de l’opposition municipale,  et au-delà de nos appartenances et démarches politiques respectives, nous resterons collectivement vigilants et attentifs,  et veillerons à ce que Colombes demeure,  pas seulement en paroles mais en actes,  une ville véritablement accueillante pour tous, où les solidarités, l’écologie, la démocratie locale – et pas seulement l’information comme vous l’avez déclaré -  soient présentes dans le quotidien des Colombiens.



Malgré nos désaccord profonds, je vous souhaite, Madame la Maire, ainsi qu’à votre équipe, pragmatisme, sagesse, et – mais faut-il le rappeler - respect de l’opposition, y compris dans cette enceinte, ce qui nécessitera de votre part un peu de sang froid, car je ne sais pourquoi, ou bien je ne le sais que trop, j'ai un à priori plutôt négatif.



Merci.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans colombes
commenter cet article

commentaires