Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 21:36

Cinquante-deux ans après les tout premiers Jeux paralympiques de 1960 à Rome, les 14èmes Jeux paralympiques se déroulent depuis le 29 août à Londres. La France est représentée par 154 athlètes parmi les 4 200 participants provenant de 174 pays.


Les Jeux paralympiques de Londres 2012 sont l’occasion de célébrer le retour des sportifs déficients intellectuels, après leur exclusion en 2000 à Sydney. Les athlètes déficients intellectuels seront représentés dans trois sports : athlétisme, natation, tennis de table.


Il faut voir et entendre ces sportifs pour comprendre l'incroyable motivation de ces sportifs, amateurs ou professionnels, qui se transcendent pour réaliser de nombreux exploits lors de ces grandes compétitions.


Comme pour les Jeux olympiques des sportifs « valides », le groupe français de services informatiques ATOS, dirigé par Thierry Breton, ancien patron de France Telecom, ancien ministre du gouvernement Villepin, et dont le siège est implanté à Bezons (on peut le voir depuis le parc de l’Ile Marante) est le partenaire du CIO.


Il est aussi le bénéficiaire d’un contrat avec le gouvernement anglais pour évaluer ledegré d’invalidité des personnes réclamant des prestations sociales au titre d’un handicap ou d’une maladie.


ATOS, entreprise française dinformatique et de consulting a mis au point une méthode d’évaluation du handicap selon un processus qui dure environ 30 minutes. Cette nouvelle méthode d’évaluation aurait eu pour effet de faire perdre de très nombreuses prestations sociales chez les personnes handicapées au Royaume-Uni et pis, serait ainsi d’après les manifestants à la base du décès de plus de 1000 personnes qui se seraient vues privées de ressources financières.


ATOS a élaboré un système conformément à la demande du gouvernement du Royaume-Uni en mettant au point un formulaire électronique destiné à évaluer le handicap mais aussi les personnes avec cancer en phase terminale, les invalides, les accidentés du travail. Si ces bénéficiaires de prestations sociales ne répondent pas aux critères ou s’ils ne se rendent pas à l’entretien, leurs allocations sont alors directement supprimées.


Il faut savoir d’une manière plus générale que l’évaluation des capacités de travail est très controversée au Royaume-Uni et fait l’objet de véritables « coups de butoir » tant par des enquêtes parlementaires que par des députés, par le pouvoir judiciaire, ainsi que par des groupes de défense des droits des personnes handicapées comme par exemple le Citizens Advice.


La compétence d’ATOS et de ses employés est également contestée par les professionnels de la santé.

On ne peut que réagir parfois avec surprise aux questions intégrées dans ce système automatisé d’examens médicaux nommé « LIMA ». En effet, les réponses sont souvent « fermées », (réponse par oui ou non) et ne permettent aucune analyse fine de situation. Il est ainsi presque impossible d’évaluer très précisément des maladies évolutives ou des maladies mentales.


D’un autre coté on ne peut que réagir négativement ou avec une grande surprise à certaines questions posées comme par exemple celle ci :
Regardez-vous « Eastenders » ou « Coronation Street » ? (il s’agit de deux séries télévisés très populaires en Grande Bretagne), si la réponse est oui, cela veut dire pour le logiciel que la personne est capable de rester 30 minutes assise. Drôle de méthode d’analyse…


ATOS a obtenu son contrat avec le gouvernement britannique alors que le pays traverse une grave récession économique qui est à l’origine d’un programme de réduction des coûts dans le secteur public. Pour bon nombre de manifestants, le fait de vouloir modifier la méthode d’évaluation du handicap n’a que pour seul et unique but que de faire perdre des prestations sociales aux personnes pourtant souffrant bel et bien d’un handicap ou d’une maladie grave et ce pour « assainir » les chiffres de la sécurité sociale .


Ce tripotage de la méthode d’évaluation dont Atos a été chargé serait donc d’après les manifestants à l’origine de plus de 1000 décès de personnes ayant perdu leurs ressources financières ou leurs prestations sociales, les excluant même de toute possibilité de soins.


Un véritable scandale qui secoue donc le Royaume Uni, bien loin de l’image lissée et proprette du jubilés de la reine ou de la gestion des jeux olympiques.

 

(source SUD ATOS)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans social
commenter cet article

commentaires

Jérôme 03/09/2012 23:15

Ayant travaillé dans différentes SSII (mais pas ATOS), j'aurais tendance à penser qu'ATOS a réalisé l'outil informatique répondant au cahier des charges de son client, en l'occurrence le
gouvernement britannique.
On peut juger immoral ou amoral qu'une société développe de tels outils (voir le cas d'AMESYS et son logiciel d'espionnage de la toile vendu en Libye – parce que vendu à une démocratie, c'est mieux
?), n'empêche que je pense que c'est plutôt au gouvernement UK qu'il faut chercher des poux pour savoir sur quel niveau de "sensibilité" ils ont réglé leur logiciel pour attribuer ou non des
subventions.

Recherche