Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 23:17
 

Après plusieurs mois passés à traiter les dossiers les plus urgents (ANRU Fossés-Jean, Grèves, Ile-Marante),  ce qui n’est pas une mince affaire, la mMARINE---Vue-d-oiseau-copie-1.jpgunicipalité a pu aborder des dossiers d’envergure qui vont mobiliser élus, agents municipaux, bureaux d’études et bien sûr habitants.

Parmi ceux-ci, la ZAC de la Marine.

 La ZAC de la Marine est un dossier assez ancien à Colombes puisque cette opération d’aménagement avait été initiée par la municipalité de Dominique Frelault. Comme quoi ça ne date pas d’hier. En plus de 10 ans, ce dossier a considérablement évolué. Relevons quelques constantes au fil du temps : un centre de remisage et d’entretien pour les tramways de la ligne T2 et la future ligne T1 prolongée, des logements, de l’activité, un espace vert, un groupe scolaire.

 Ce qui a changé pendant toutes ces années, c’est la taille et la localisation de ces  différentes destinations. Lors de la dernière mandature de N. Goueta, un parking de 500 place a été inséré dans la ZAC, complexifiant la structure des voiries et des entrées/sorties  sur le bd de Gaulle et du coup, la renchérissant inutilement.

 Au cours de cette période, j’ai été une des rares personnes, avec Jacques Grossard, à intervenir pour tenter d’améliorer ce dossier, soit en conseillant les élus verts au conseil municipal, soit lors de réunions publiques ou d’enquêtes publiques. Dans le même temps,  chacun a pu constater qu’il se passait  rien sur la ZAC, l’équipe  Gouéta faisant preuve d’une inertie étonnante.

 Désormais, nous avançons très vite  sur ce dossier autour de plusieurs  axes : un  projet intégré au quartier du Petit-Colombes, un projet écologique,  un projet concerté.

Un groupement associant le cabinet Arcane (urbaniste-architecte), le bureaux d’études environnemental ENr, et le bureau d’études paysagiste « Compagnie du Paysage » a été désigné.  

La vente des terrains du SMR à la RATP - laissée en suspend -, a enfin pu être concrétisée.

En parallèle, la Ville a mis en place une démarche de concertation de la population, organisée autour de trois instances : le conseil de quartier Charles de Gaulle, les réunions publiques et les ateliers habitants. Celles-ci ont permis de mettre en évidence les dysfonctionnements actuels du quartier et d'adapter le projet (questions scolaires,  stationnement…). Nous avons organisé deux réunion publiques, l’une concernant la rue Champy, l’autre le projet général..

Un parti-pris : le réchauffement climatique et la production de Gaz à Effets de Serre (GES) conduisent  à prendre en compte concrètement ces questions. Concevoir un agenda 21 avec de la construction neuve, c’est bien ;  le mettre en œuvre c’est mieux. La ZAC de la Marine est l’occasion, rare à Colombes,  de réfléchir à grande échelle un projet nouveau. La Marine répond à une volonté de mixité fonctionnelle et « d’intensité » des usages, pensée à l’échelle du quartier, en alliant des usages résidentiels, scolaires, culturels et économiques.


Quelques éléments de contexte :

 La commune de Colombes est divisée en 10 quartiers. Le site de la Marine fait partie du quartier le plus à l’ouest de la ville : le quartier Charles de Gaulle, qui s’étend du nord au sud de la commune autour du boulevard du même nom.

L’ensemble du quartier  connaît depuis plusieurs années une profonde mutation en matière de rénovation pour requalifier le secteur et en améliorer le cadre de vie.

Au sud ouest du boulevard, un important pôle économique tertiaire s’est  développé: ZAC Champs Philippe 1 et 2 – nouvelle entrée de ville à proximité de La Défense, reconversion tertiaire de l’ex-emprise Schlumberger, complété par la ZAC Charles de Gaulle à destination mixte de logements et d’activités (bureaux, hôtel Courtyard-Marriott). On peut regretter toutefois qu’un faible pourcentage des nouveaux salariés habite Colombes.

 Sur toute la façade Est du bd de Gaulle, de nombreuses actions sont engagées ou à l’étude: l’OPAH Plateau / Colbert , le périmètre d’étude entre la Gare de la Garenne-Colombes et le Leclerc, que notre équipe municipale a modifié pour mieux préserver la zone pavillonnaire, et le projet de Rénovation Urbaine (PRU) dans le cadre de  l’ANRU.

Le secteur de la Marine a longtemps constitué une enclave, par son histoire industrielle, et sa situation en limite de l’hôpital de Nanterre, en bordure de l’Autoroute A86 et du boulevard Charles de Gaulle.

La Marine est un véritable trait d’union du quartier - pavillonnaire au Nord autour de la rue Champy, aire d’accueil des gens du voyage entre la limite communale et la zone pavillonnaire, logements collectifs sociaux sur le boulevard Charles de Gaulle (Colombes ouest), tours de logements collectifs sociaux au Sud (Canibouts nord). La ZAC va transcrire dans les prochaines années les objectifs d’aménagement durable de la Commune, en apportant des premières réponses écologiques à la crise du logement et en garantissant une mixité sociale.

 
L’écoquartier de la Marine

Il s’agit de reconquérir une friche industrielle pour la construction d’un nouveau quartier durable de 6,7 hectares. Le projet a été pensé à l’échelle du quartier Charles de Gaulle pour désenclaver le site, tisser un lien urbain et social entre l’existant et le futur.

La construction d’environ 500 logements sera réalisée entre 2011 et 2014. Elle représentera environ 30 % de la construction neuve moyenne par an de Colombes et 17% des futurs logements prévus d’ici 2017.

A côté de ces logements, seront construits 12 000 m² de bureaux, 1 200 m² de commerces, 6 500 m² de résidence hôtelière dont un restaurant de 500 m². Enfin, 8 500 m² sont en cours d’ores et déjà en cours de construction pour le Site de Maintenance et de Remisage (SMR) de la RATP pour les tramways T2 puis T1.

A tout cela, il faut ajouter des équipements publics qui apporteront une mixité des pratiques et un rayonnement sur le quartier : un nouveau groupe scolaire d'environ  20 classes, (dont le déplacement de l’école des Côtes d’Auty, une salle d’évolution multiactivités)  pour les enfants vivant entre les rues G. Péri et Sartrouville. Une  médiathèque de 1 000 m², avec une cyberbase pour remplacer les activités insuffisantes et obsolètes de la bibliothèque située place Aragon ; un square de 4 000 m² intégré dans 7 000m² d’espaces verts publics sans compter des jardins partagés, et les jardins privatifs ; l’ aire d’accueil des gens du voyage de 26 emplacements est également présente et et pourra être légèrement étendue.


les transports et les déplacements

La Marine va bénéficier d’une excellente desserte par les transports en commun grâce à la prolongation du tramway T2 en cours de réalisation jusqu’au Pont de Bezons, dont deux stations desserviront le site (Parc Pierre Lagravère et Victor Basch) à partir de fin 2011. Cette accessibilité sera renforcée par l’arrivée, plus tard, du tramway T1 prolongé depuis Gennevilliers jusqu’à Rueil-Malmaison.

 Un réseau de circulations douces viendra par ailleurs structurer les espaces publics et les voiries du site, privilégiant résolument son accessibilité et son usage par les piétons et les vélos.

 La  place de la voiture et le changement de nos comportements.  Beaucoup de Colombiens  utilisent une voiture, voire deux ou trois par ménage. Pourtant , on sait que les véhicules à essence contribuent à la pollution, au réchauffement climatique  et donc à la mise en danger de la planète et à l’accroissement des problèmes de santé pour les habitants.

Puisque le tramway T2 passera devant la Marine, et le T1 dans une dizaine d’année, notre proposition est de limiter l’usage de la voiture à l’intérieur de la ZAC et de réserver les déplacements courants aux circulations douces. En conséquence de quoi le débat avec les habitants porte sur la localisation des places de stationnement qui ne seront pas systématiquement sous les nouvelles constructions: sommes-nous prêts, puisque nous avons un tramway devant chez nous, à moins utiliser sa voiture ? Si nous installons des systèmes d’autopartage à proximité, sommes-nous prêts à louer une voiture et ainsi économiser une parties des dépenses (achat, carte grise, entretien, essence, …) liées à sa voiture ?


 la compacité :

La ZAC a une contenance de six hectares qui se répartissent en trois tiers inégaux : le terrain de la RATP : environ 1,8ha ; la rue Champy et ses alentours : environ 1,8 ha ; les anciens ateliers : 2,4 ha.

C’est sur cette dernière partie de la ZAC que seront réalisés l’essentiel des constructions, soit environ 30 000 m² de logements, une résidence hôtelière , un groupe scolaire,  et une médiathèque mais aussi près de 10 000 m² d’espaces verts publics.

 
des logements pour tous :

Le quartier du Petit-Colombes est diversifié et parfois très contrasté que ce soit dans ses formes urbaines, ou dans les appartenances sociales. Le type de logements proposés sera également diversifié et adapté aux besoins de la population : logements individuels (rue Champy), et collectifs (îlot de la Marine), dont 20% de logements locatifs sociaux. Sur 40 000 m² de logements, seront réalisés environ  500 logements dont 360 logements collectifs en accession ou locatifs,100 logements locatifs sociaux (collectifs),  40 logements individuels groupés
 

que faire des lots déjà vendus:

La précédente municipalité, dans sa précipitation, a décidé de signer deux promesses de vente sur des lots de la ZAC prévus pourtant pour réaliser un espace vert. C’est N. Goueta, présidente de la Codevam, qui avait signé ces promesses de ventes. En fait, tout était mal engagé et il a fallu faut tout reprendre. En effet, quand nous avons appris cet état de fait, nous avons décidé d’honorer la signature de la ville, mais de demander aux deux promoteurs concernés de proroger ces promesses et de  vérifier l’adéquation entre leur projet,  et les objectifs que nous voulions faire évoluer. Un important travail a été mené par la CODEVAM en ce sens, dont les résultats sont des plus intéressants.


les équipements publics

Principalement, deux équipements publics étaient programmés : une médiathèque et un groupe scolaire.

la médiathèque : cet équipement , prévu  dans la ZAC, n’avait fait l’objet d’aucune étude sérieuse. Pourtant, cette médiathèque vient remplacer la bibliothèque de la place Aragon qui doit déménager, dans le cadre de l’ANRU !

le groupe scolaire : regroupant l’école maternelle des côtes d’Auty, elle-même agrandie,  et accompagnée de classes élémentaires, elle était conçue avec 12 classes. Mais aucune étude sérieuse ne calibrait ce groupe scolaire en fonction d’une carte scolaire précise ; quel secteur géographique pouvait accéder à ce groupe scolaire, combien d’élèves dans les simulations, cette école était-elle réservée aux enfants de la ZAC ? En fonction des réponses à ces questions, la taille et la localisation de ce groupe ne sont pas identiques. Là encore, nous avons du accélérer le processus de travail, en étudiant  la carte scolaire, sa traduction en terme de mixité sociale et finalement nous avons fixé sa taille à une vingtaine de classes, au lieu de 12.


la rue Champy :

la rue Champy est constituée de petits pavillons et de petits immeubles qui reflètent l'histoitre industrielle du quartier. Certains avaient en projet de raser ce secteur. Nous avons assez rapidement décidé de maintenir et conforter ce qui participe à l'identité et à la mémoire collective de notre ville. Nous permettrons le maintien des maisons existantes qui sont encore en bon état, et les compléterons par un programme de maisons de ville.

les gens du voyage : installés auparavant et depuis longtemps à l’Ile Marante, ils ont été déplacé  par l’ancienne équipe rue des côtes d’Auty en échange de la possibilité donnée par le Préfet du 92 de réaliser des bureaux. Nous laisserons, s’ils le souhaitent , les gens du voyage sur place et organiserons des espaces de rencontres avec les futurs habitants du quartier, par exemple en créant des jardins ouvriers ou partagés.

 

le parking :

Les Verts ont  toujours critiqué la création d’un parking de 500 places pour plusieurs raisons :

Un parking sans stationnement payant en surface aux alentours ne sert à rien car il ne se remplit pas, le stationnement dans les rues voisines restant dominant.

Le parking n’était pas principalement destiné aux riverains et son positionnement n’était pas le bon : il fallait le situer soit en tête de ligne, soit en interconnexion à la gare de la Garenne. (SNCF, T2), soit … les deux à la fois.

Le coût de ce parking dans les bilans de la ZAC était évalués à 9M€. En face de cette dépense, il y avait une recette de 9M€, ce qui signifiait que ce parking était en quelque sorte pré-vendu à un constructeur et gestionnaire de parking, sans que cela soit clairement exprimé aux habitants. Ce stationnement aurait été payant à des tarifs difficilement acceptables par les riverains. D’autant que plusieurs parcs de stationnement dans le quartier - principalement dans le patrimoine de Colombes Habitat Public -  sont sous-utilisés par les riverains. 

les espaces verts :

L’aménagement de la Marine prévoit la réalisation de 10.500 m² d’espaces verts publics, dont un square de 4.000 m² fermé la nuit, 800 m² de plateau d’évolution sportif et 1.600 m² de jardins partagés.

 La mise en place d’espaces publics ouverts comme le square de 4 000 m² et les jardins partagés, offrira des lieux de convivialité et de détente pour les habitants et les usagers du quartier.

Le square, fermé la nuit, situé entre le groupe scolaire et le bd de Gaulle, sera d’ accès facile. 

Les jardins partagés, au nord du quartier, viendront encore accentuer les fonctions ouvertes aux habitants et aux usagers, et participeront à l’animation et à la convivialité des lieux.

 L’ensemble des espaces verts sera conçu pour assurer la mise en place d’un continuum vert depuis la station T2 Parc Pierre Lagravère (juste avant le Pont de Bezons) à travers le quartier. Les nouvelles voies créées, réservées aux modes de déplacement doux, fourniront un itinéraire de promenade fortement marqué par la présence végétale, un accès au nouveau square et un cheminement jusqu’au square Victor Basch existant, voire jusqu’au square Paul Cézanne avec lequel le renforcement des liaisons est à l’étude.


 la maîtrise énergétique

La Ville de Colombes a décidé d’inscrire l’exigence environnementale au cœur de son action politique. L’adhésion à ce nouveau quartier respecte une démarche politique emblématique de ce qui doit être la recomposition urbaine de Colombes pour les prochaines années.

Le projet comprend un important volet environnemental ayant pour objectif de hautes performances en matière d’énergie, de déplacement et de transport, de gestion de l’eau et de mixité sociale et urbaine. Ces ambitions se traduisent notamment par la création d’une chaufferie biomasse (chauffage au bois), qui bénéficiera aussi aux ensembles collectifs d’habitation existants à proximité et visant une baisse des charges locatives.

Les objectifs environnementaux de la Marine ont été énoncés sous forme d’une Charte de Développement Durable, document contractuel qui devra être signé par tous les acteurs du projet. Celle-ci développe plusieurs thématiques :

 

-     la maîtrise des consommations énergétiques : nous anticipons les normes qui doivent entrer en vigueur en 2012 : 60% en moins par rapport à la référence de la RT 2005, c’est-à-dire les normes en vigueur aujourd’hui (gestion performante des eaux pluviales,  tri et recyclage des déchets, utilisation des matériaux renouvelables, chantier propre …),

-      une réduction de 80% des émissions de gaz à effet de serre induits par la diminution des déplacements automobiles au profit des transports en communs et des circulations douces.

Ces résolutions transparaissent dans le traitement des espaces publics : allées piétonnes bordées de noues, un square entre l’école et le boulevard, des jardins partagés, des plateau d’évolution sportif…Ceux-ci sont liés par une colonne vertébrale, le « continuum vert » dont la qualité environnementale et durable se diffusera au quartier et à la ville, en se connectant à la Seine (Parc P. Lagravère), au square V. Basch et au sud du quartier Charles de Gaulle (square P. Cézanne).

 

La réduction de 60% des consommations d’énergie et de 80% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à un aménagement classique basé sur la RT 2005 constitue un objectif prioritaire du projet. A ce titre, l’ensemble des bâtiments (hors atelier RATP) atteindra la performance Bâtiments Basse Consommation (BBC), et le groupe scolaire sera implanté dans un Bâtiment à Energie Positive. Au moins 80% des nouvelles voies seront réservées aux modes de déplacement doux.

 L’originalité du projet repose sur deux points innovants :

-          L’installation d’une chaufferie Biomasse raccordée aux chaufferies collectives existantes à gaz aux Canibouts Nord (Colombes Habitat Public) et au nouveau réseau de chauffage urbain. Ce chauffage au bois, plus économique, servira d’appoint énergétique en hiver.

-          Le réinvestissement des parcs de stationnement désaffectés constitue une volonté raisonnée d’économie des constructions d’ouvrage et une insertion dans le tissu urbain existant.

 
l’économie et l’emploi

20 000 m² d’activités économiques sont programmés pour participer au redressement de l’emploi sur la commune: ne résidence hôtelière de 6 500 m² sera située à l’angle de la rue Pierre Expert et du boulevard Charles de Gaulle accueillera environ 150 chambres ainsi qu’un restaurant au rez-de-chaussée, le Site de Maintenance et de Remisage des tramways T2 et T1 sur une surface de 17 000 m², comprenant un bâtiment industriel de 8 500 m et un programme de bureaux d’environ 12 000 m² sera situé rue de Sartrouville. apporteront des nouveaux emplois.

La Marine accueillera également 1 200 m² de commerce de proximité.

Les chantiers de construction, qui seront obligatoirement des chantiers verts,  feront l’objet d’actions concourant à l’insertion et à l’emploi durable des demandeurs d’emploi de ce quartier, de Colombes et au-delà, en s’appuyant sur les expériences déjà développées en la matière : clauses d’insertion, plate-forme emploi…Ces projets d’actions s’inscrivent dans le cadre d’une réflexion globale en matière d’Economie Sociale Solidaire.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ma délégation
commenter cet article

commentaires

Recherche