Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 22:34

gueant.jpg

Explication de vote EELV – Conseil Municipal 15 décembre 2011 – vœu sécurité


 

Les élus du groupe Europe Ecologie-Les Verts, signataires du vœu présenté ce soir, partagent évidemment les constats qui y sont exprimés, ainsi que l’indignation, l’émotion et l’inquiétude quotidienne de nombreux habitants, en particulier du Petit-Colombes.

 

Nous refusons que Colombes soit le lieu de tels évènements, que des armes circulent dans nos quartiers, que des trafics et quelques délinquants exercent ainsi leur emprise, revendiquent des territoires, effraient les habitants et génèrent une telle violence. C’est absolument inacceptable.

 

La ville n’appartient pas à quelques-uns, elle est le bien de tous les Colombiens ! Et la sécurité est un droit !

 

De ce point de vue, attiser les peurs et proférer des menaces, comme le fait si bien M. Rainfray, est inutile ! Les politiques d’affichage et les mesures cosmétiques ne sont plus crédibles, et faire croire qu’armer les polices municipale serait la panacée, est purement démagogique.

 

L’Etat doit mettre fin à son désengagement ! Nous refusons que les Colombiens fassent les frais des carences du gouvernement en matière de sécurité et de moyens de la police nationale, abandonnant ainsi sa mission de service public de sécurité et échouant à assurer sa fonction régalienne, contrairement aux propos de Mme Coblentz, au détriment de la sécurité et de la tranquillité de nos quartiers et de nos habitants.

 

En effet, le gouvernement a diminué depuis 2009 les importants moyens déployés précédemment sur la période 2003-2008, au point d’aboutir en 2011, au même niveau d’effectifs et de moyens affectés aux forces de sécurité qu’en 2002 !

 

Gestion des forces de sécurité

 

Alors que le ministre de l’Intérieur, pour compenser son manque d’efficacité et de résultats, cherche à criminaliser des pans de notre société – étrangers, jeunes, gens du voyage, pauvres, syndicalistes, anti-nucléaires, défenseurs du droit au logement comme Jeudi noir – tout en refusant de s’attaquer à la délinquance financière et fiscale – un important (250 pages) et récent rapport de la Cour des Comptes - datant de juin dernier - sur la gestion des forces de sécurité, apporte la preuve de l’échec des politiques menées : mise en doute des statistiques utilisées pour mesurer l’évolution de la délinquance et fixer les objectifs des services dans le cadre de la « culture de résultat », baisse des effectifs de police pour retrouver en 2011 le niveau de 2002, interrogation sur la réalité des moyens affectés aux forces de sécurité, programme coûteux de triplement du nombre de caméras sur la voie publique sans que l’efficacité de ces dispositifs ait été évaluée.

 

Chiffres de la délinquance

 

En résulte le dernier rapport mensuel, daté de novembre 2011, de l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP), département de l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice, qui fait état des chiffres de la délinquance pour la période de mai 2010 à juin 2011, qui sont pratiquement tous en hausse : hausse de 3% des violences contre les personnes, hausse des menaces et chantages, hausse des escroqueries et infractions économiques et financières, et dégradation des taux d’élucidation de ces actes qui n’ atteignent que 15%.

Seul bon résultat depuis 2002 recensé par les spécialistes de ce rapport : le nombre d’atteintes aux biens a baissé de 1,8% !

 

Le Parlement s’est d’ailleurs saisi de cette question lors du débat sur le projet de loi de finances 2012. Le rapporteur spécial pour la sécurité de la commission des finances du Sénat, Jean-Vincent Placé, rappelle que : « la politique gouvernementale menée depuis plusieurs années et en particulier pour l'année budgétaire 2012 semble atteindre ses limites et nuire désormais gravement à la sécurité de nos concitoyens et à la protection des libertés publiques, notamment à cause des réductions massives d'effectifs. ». Il ajoute : « Le désengagement de l'Etat, dans un de ses domaines régaliens, met à mal les collectivités territoriales qui doivent supporter un poids financier croissant pour la sécurité (en termes d'immobilier, de moyens matériels, de police d'agglomération, de vidéo-surveillance...) et faire face à des inégalités territoriales dues à l'inégale répartition des forces sur le territoire. », et conclue : « un seuil a été atteint, au-delà duquel l'efficacité de la politique de lutte contre l'insécurité n'est plus garantie ».

 

Et que répond le ministre de l’Intérieur ? « avec des effectifs en diminution nous pouvons être sans cesse plus efficaces » ! Cela, vous l’avez compris et les Colombiens avec vous, n’est que mensonge !

 

Car cette politique s’inscrit dans la révision Générale des Politiques Publiques – la fameuse RGPP – qui est appliquée avec une rigueur comptable déconnectée des besoins des français.

 

Nicolas Sarkozy, hier en tant que Ministre de l’Intérieur, aujourd’hui comme Président, peut bien bomber le torse pour afficher une soi-disante détermination sécuritaire, la réalité, notre réalité, est toute autre !

 

Les élus du groupe Europe Ecologie-Les Verts réaffirment que la sécurité est un droit, et que l’Etat doit réinvestir la mission qui est la sienne ! Nous ne laisserons pas le Petit Colombes devenir une zone de non droit !

 

Nous voulons que le gouvernement entende l’expression des Colombiens et de la municipalité en faveur d’un renforcement permanent des effectifs du commissariat dans des locaux décents, d’une présence policière de terrain et d’investigation visible et pérenne, de la mobilisation durable de moyens à la hauteur des enjeux de sécurité et de tranquillité publique à Colombes.

 

Notre Ville et ses élus sont mobilisés, que l’Etat et son gouvernement le soient aussi !

 

Patrick Chaimovitch

président du groupe EELV

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans colombes
commenter cet article

commentaires