Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 00:44

bluecar3.jpgLa presse s’est récemment fait l’écho d’un  rapport du Conseil d’Analyse Stratégique (CAS) sur la voiture électrique dans lequel il met en doute la pertinence écologique des motorisations à propulsion électrique et qualifie de « véhicule propre » le seul véhicule hybride. Outre la production nucléaire de l’électricité, l’absence de système de recyclage des batteries pose problème.

 

Les écologistes dénoncent un projet faussement environnemental ainsi que son coût très élevé, raison pour laquelle les élus eelv ont voté contre l’adhésion au syndicat Autolib au Conseil municipal du 3 mars dernier, tout comme les élus régionaux viennent de le faire à la commission permanente du Conseil Régional du 07 juillet, tout comme les élus eelv de Paris se sont inquiétés lors de la séance du conseil de Paris du 20 juin dernier.

 

Car il s’agit d’une « fausse bonne idée » qui ne fera qu’ajouter des véhicules automobiles individuels dans la chaîne des transports : en contradiction avec le PDU (Plan de Déplacement Urbain) de la région qui vise à réduire le trafic automobile (comme d'ailleurs l'impose la loi). Le projet Autolib’ confié à Bolloré est une supercherie. Ses promoteurs, qui se drapent dans un discours écolo, parlent d'autopartage, alors qu’Autolib’ se résume à une banale mais coûteuse location de voitures.

Mais les élus écologistes franciliens sont également particulièrement inquiets du montage financier hasardeux de cette opération et de son coût pharaonique.  

En effet, chacune des 46 communes participantes paye 50 000€ par station. (Ainsi la ville de Paris devra patienter dix ans avant d’amortir les sommes investies). C'est l'une des principales raisons du refus de nombreuses villes franciliennes (mais… pas Colombes)  

 

Ainsi, pour équilibrer son budget, Autolib devra enregistrer 200 000 abonnés et faire en sorte que les véhicules soient en utilisation payante au moins sept heures par jour toute l’année,  alors que Vélib’ peine à dépasser les 165 000 depuis 3 ans. C'est donc la menace de devoir renflouer Autolib avec des deniers publics qui plane au-dessus des villes même si Bolloré s'engage à assumer une partie des pertes.

 

C’est effectivement le seul scénario, pourtant peu probable, qui ait été retenu par le syndicat mixte, car le seul permettant de dégager les recettes nécessaires à l’équilibre du projet.

 

Or, le CAS qui a mené des études comparatives, constate que, dans les villes qui exploitent une flotte de véhicules électriques en libre service, le temps moyen d’utilisation quotidien n’excède pas une heure.

L’hypothèse d’une utilisation sept heures par jour est d’autant moins probable que le temps de recharge des batteries des véhicules risque d’être prolongé en hiver par l’impact du chauffage dont la puissance est équivalente à la station de recharge elle-même, constatent en outre les auteurs du rapport.

Ainsi, sans l’hypothèse la plus probable, le bilan d’Autolib’ serait donc largement négatif, et coûterait, toujours d’après le CAS, plus de 60 millions d’euros par an.

Est-ce pour cela que le préfet de région rechigne à entériner la création d’un syndicat mixte ouvert permettant l’adhésion des communes ?

 

Les éluEs écologistes, qu’ils soient parisiens, régionaux ou locaux, souhaitent savoir si Bolloré, l’exploitant, assumera les pertes probables jusqu’à 60 millions d’euros tous les ans ou si cette charge incombera aux collectivités membres du syndicat mixte ?

 

Pourtant l’autopartage est une bien meilleure solution, car n’entraînant aucun investissement d’infrastructure, ni frais de dégradations ou de personnel, puisque les personnes empruntant les véhicules sont recensées et qu’elles doivent remettre le véhicule à la station en ouvrage où elles l’ont trouvé.

 

Dans un contexte de rigueur budgétaire, il serait plus sage, pendant qu’il en est encore temps, de réorienter le projet vers un système d’autopartage, plus facile à exploiter et répondant mieux aux enjeux écologiques de notre époque ?

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans environnement
commenter cet article

commentaires