Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 00:02

fusilles-300x234.jpgPendant la guerre 14-18, 2 400 soldats ont été condamnés à mort pour refus d’obéissance, mutilations volontaires, désertion, abandon de poste devant l’ennemi, délit de lâcheté ou mutinerie. 600 furent fusillés et les autres condamnés à des peines de travaux forcés, des déportations vers des bagnes et chantiers coloniaux, de détention dans des forteresses ou camps militaires ou encore un retour au front. D’autres furent sommairement abattus sans procès. Leur nombre est inconnu. Leurs familles se sont vues refuser les pensions militaires et subir l’opprobre de la société.

 

Le commandement avait en effet décidé de réprimer la rébellion par des exécutions capitales et dans ce contexte extrême que fût la Première Guerre Mondiale, de nombreuses condamnations furent décidées de façon sommaire, parfois même sans passer par le conseil de guerre.

 

Les soldats ne sont pas partis en août 1914 la fleur au fusil. Dès septembre 1914, devant l’incurie, l’incompétence et la couardise de l’État-major, les premiers régiments se mutinaient. La première grande vague des Fusillés pour l’exemple fit couler son flot de sang.

 

A quelques années du centenaire du début de la première guerre mondiale, le temps est venu d’honorer tous les morts, y compris les fusillés pour l’exemple. Ces hommes ne sont ni des mutins, ni de ceux qui ont été exécutés pour des motifs de droit commun. Ce sont ces soldats qui sont allés jusqu’à l’extrême limite de leurs forces, et dont il est temps de reconnaître la mémoire.

 

Grâce aux campagnes menées après la guerre, des condamnations ont déjà été levées mais beaucoup d’autres cas sont restés dans l’ombre et nombre d’injustices n’ont pas été réparées.

 

Des familles demandent que la lumière soit faite sur le sort d’ancêtres qui font partie des militaires français morts durant la guerre, mais qui n’ont pas eu droit à la mention « mort pour la France ».

 

La Nation doit procéder à la réhabilitation de tous ces soldats tombés sous les balles françaises et ainsi leur rendre leur honneur à titre posthume avec toutes les conséquences des droits éventuels.

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans démocratie
commenter cet article

commentaires

Favreau 19/01/2013 11:57

Je suis à la recherche d'un article du journal Le Monde paru entre, je crois, 1990 et 2008 que j'avais gardé mais que malheureusement je ne retrouve plus. Il racontait l'histoire de deux hommes
d'un même village dont l'un avait été condamné à mort pour mutinerie et son copain désigné pour être du peloton d'exécution avait refusé. Le premier fut exécuté, quant au second, il subit un tel
sort par les autorités militaires qu'il mourut également. Et à la fin de la guerre, les familles de ces deux hommes furent la honte du village parce que leurs enfants avaient "trahi". Je suis
désolé d’être aussi peu précis, mais si quelqu'un pouvait m'aider à retrouver cet article, je lui serais très, très reconnaissant. Merci !