Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 13:21

Ca me titille depuis quelques jours, je me suis retenu, et puis je craque car je ne cesse de connecter L. Trupin à un instrument de musique qui lui convient au mieux à la lecture de son programme : le pipeau. Parce  qu'il faut l'avouer ses propositions sont plutôt hors sol, et alors qu'il nous avait habitué à un tout petit mieux depuis 6 ans, sa partition n'est vraiment pas des plus réussies, et donne plutôt l’impression d’immobilisme et de stagnation.


Pourquoi cette sévérité de ma part?


L. Trupin évoque, c'est normal,  "des mesures concrètes, précises et opérationnelles qu'il souhaite mettre en œuvre  rapidement". Le bémol (tiens, je fais encore dans la musique), c'est que nombre d'entre elles ont été prises depuis que les Colombiens nous ont élus en 2008. Mauvais plagiat, manque de travail, amateurisme? En tout cas ça ne fait pas sérieux. Et je citerai plus loin quelques exemples.


D'autres mesures paraissent alléchantes, ne sont pas chiffrées et semblent budgétivores.  Pour le coup, on est certain que les impôts locaux seront loin d'être stables. L.Trupin critique la gestion de notre équipe, dit qu'il n'augmentera pas les impôts, mais dans les faits, ne fait que proposer des dépenses à priori mal maitrisées et reste flou sur les recettes.


Enfin, il s'adresse, il l'écrit même, aux classes moyennes, excluant de fait tout un pan de notre population. Pour notre part, nous avons œuvré, après la période Gouéta, à réconcilier la ville, à faire en sorte que toutes les catégories de population cohabitent, sans en discriminer aucune. C'est une sacrée différence.


Alors cette petite musique pipeauesque et ces discours très floutés? Quels sont-ils?


Prenons quelques exemples.


Accélérer la construction du T1:

 Sans doute l'ignore-t-il, mais ce type d'investissement ne se décide pas d'un coup de baguette magique. Outre que le futur Contrat de Plan Etat Région (CPER) devra finaliser les financements (ce qui ne posera pas de problème en soi, mais nécessite le respect du calendrier de ce CPER), les délais d'enquête publique, de procédures, de travaux préparatoires sont incontournables. Donc on n'accélérera pas significativement la construction du T1.


Il veut repositionner Colombes sur la carte du "Métro Paris Express" laissant entendre qu'il n'y aura pas de gare à Colombes, mettant  même en vignette un extrait de la carte du Grand Paris Express, en omettant juste la légende … Pour la première fois, mais sans le dire clairement, il acte le fait métropolitain, lui qui ne cesse de le critiquer.

Mais, comme le dirait une célèbre humoriste, il ne nous dit pas tout. Notamment il ne nous dit pas que le gouvernement, la société du grand Paris et le STIF ont décidé de prioriser le rééquilibrage en transports collectifs et en emploi avec le Nord et l'Est francilien, ou en fonction des secteurs de développement qu'ils jugent prioritaires et donc que nous ne sommes pas de facto prioritaires dans les investissements; d'autre part - et c'est la légende oublié par L. Trupin -que Colombes figure bien sur le tracé orange mais sera réalisé après 2030 en interconnexion avec le prolongement de la ligne EOLE à l'ouest (cf aussi le rapport mobilité 21 de juin 2013 dit rapport Duron qui a remis  un peu d'ordre dans toutes les promesses faites par Sarkozy sans financements réel, et qui visaient à alourdir la charge de l'Etat et des collectivités territoriales en imposant des financements sous forme de Partenariat- Public-Privé- PPP). Mais ce n’est sans doute pas grave car L. Trupin semble être un adepte du PPP..

Conclusion: proposition pipeau


Le Stade Yves du Manoir:

Que nous propose L. Trupin? Une marina, un club nautique, un canal passant sous la A86 pour rejoindre la Seine, un hôtel (tiens, tiens), de la restauration, un centre commercial dédié au sport (re- tiens-tiens), du golf, un bâtiment de sport en salle et de e-sport

 

Comment dire? Le projet de L. Trupin ne fait que coûter, sans rapporter grand-chose en recettes, ni aux Colombiens qui devront payer pour les autres. Mais pourquoi pas? Notre censeur budgétaire depuis 6 ans n'en est peut-être pas à quelques dizaines de millions près. Vat-il nous  expliquer comment il va financer ce projet?  Que nenni: au diable l'avarice! En réalité une petite formule laisse comprendre que le financement de ce projet sera réalisé en Partenariat Public Privé (PPP): qui va payer au final? Evidemment les Colombiens car la participation de la ville dans ce mode de réalisation s’inscrit dans le chapitre fonctionnement du budget communal. Conséquence, soit des emprunts, soit des hausses d’impôts, soit des licenciements. C’est vraiment flou tout ça!

 

Autre curiosité, le projet s'affranchit des propriétés des uns et des autres: le Conseil Général, voies navigables de France par exemple? Et que je m’étale, et que je bâti (mais pas des logements), en empiétant allègrement  chez les voisins, sans leur demander leur avis. En clair, ce projet ne verra jamais le jour.Tout

Conclusion: proposition pipeau et floue


Coopération intercommunale:

Après la pétition de principe - posture traditionnelle de l'opposant - sur la loi métropole et sur l'intercommunalité de principe (comme si cela avait été une seule fois un sujet!), qu'écrit L Trupin dans son programme?  "nous ferons valoir nos positions en faveur d'une intercommunalité de projet". Là je me pince car il me semble que L. Trupin est conseiller municipal et qu'à ce titre il a participé à plusieurs débats sur le Contrat de Développement Territorial (CDT), qui organise la coopération autour de projets structurants entre les villes de Colombes, Bois-Colombes, Gennevilliers et Asnières. Ce CDT a d'ailleurs été signé par les Maires et le Préfet de Région le 10 février dernier. Au-delà des coups de mentons, serait-ce une manière à nouveau d'accepter la stratégie de coopération intercommunale venant d'en bas, portée par les villes, et donc portée par Colombes et notre équipe? Mais cela il ne le dit pas clairement évidemment! Car pour les élections, il vaut mieux rester encore dans le flou.

Conclusion: proposition pipeau et floue


Culture (pour faire plaisir à mon ami Dominique Frager): pipeau de pipeau:

que lit-on dans le programme de L. Trupin? "Nous regrouperons en un seul pôle "Culture" les deux directions actuelles, celle du patrimoine et celle du développement de l'action culturelle, afin de piloter l'ensemble des actions". En voilà une innovation… sauf que ce regroupement a été conduit par D. Frager, maire-adjoint à la culture, il y a trois ans!

Conclusion: proposition pipeau


Et tout le programme de L. Trupin se décline de la sorte. Ce n'est vraiment pas sérieux.

 

Allez, je craque à nouveau et j'en rajoute une petite couche


1. Dans le programme de L. Trupin: "nous redéfinirons les modalités d’attribution des logements dans le parc social de la ville afin de privilégier les parcours résidentiels dynamiques : transparence totale des décisions, encouragement à la mobilité en fonction de l’évolution des besoins des locataires, garantie d’un montant de loyer non majoré pour ceux qui restitueraient un logement plus grand, développement d’expériences de mixité d’habitat, prise en compte dans les seuils de revenus des situations familiales réelles en particulier pour les classes moyennes".

S'il l'ignore, c'est qu'il n'est pas très attentif lors des conseils municipaux, mais Véronique Monge, Adjointe au Maire, en charge de l'habitat, l'a expliqué à plusieurs reprises: Depuis 2009, un système de cotation des dossiers de demandeurs de logements sociaux a été mis en place à Colombes Habitat Public. Chaque dossier de demandeur se voit attribué des points déterminés à partir de 10 priorités :

- L’ancienneté de la demande : 1 an=5 points

- Les jeunes de moins de 30 ans : 10 Points (15 si les parents sont locataires du parc social)

- Les locataires HLM ayant besoin d’un logement plus grand : 20 Points

- Les locataires HLM souhaitant un logement plus petit : 50 Points

- Les locataires du parc privé assumant un taux d’effort > 40% : 10 points

- Les employés communaux, les salariés du CCAS et de Colombes Habitat Public : 5 points

- Le rapprochement domicile travail pour les salariés d’entreprises colombiennes : 5 Points

- Les ménages monoparentaux : 10 Points

- Les ménages comprenant une personne handicapée (mobilité réduite, non voyants, sourd et muet, enfant lourdement handicapé): 50 Point

Conclusion: proposition pipeau


2. Dans le programme de L. Trupin : Nous lancerons un plan de réhabilitation des logements sociaux. L’accession à la propriété là où cette option sera possible. Pour stimuler la mise sur le marché de biens locatifs privés, nous mettrons en place un système de caution garantie par la mairie".

Cette proposition est quand même fort de café ! Nous n’avons pas attendu L. Trupin pour développer massivement la réhabilitation, en rattrapant au passage le retard pris par la droite sous l’ancienne mandature. Il n’y a qu’à lire les chiffres : en 2008, quand N. Gouéta a été battue, le budget d'investissement de Colombes Habitat Public pour les réhabilitations s'élevait à 8M€; en 2013, il était passé à 27 M€, et 34 M€ sont votés pour 2014.

Conclusion: encore une fois, proposition pipeau


3. Dans le programme de L. Trupin : "Nous lutterons contre la précarité énergétique qui exclut les plus fragiles » 

Le conseiller municipal Trupin a encore la mémoire courte. C’est lors du conseil municipal du mois d’octobre 2013 que ce projet municipal a été évoqué. Ce n’est pas bien de piquer les idées des autres,  

Conclusion: proposition décidemment pipeau


4. Dans le programme de L. Trupin : "Nous tiendrons compte de la diversité des situations en mettant en place une offre résidentielle répondant aux attentes des familles nombreuses, familles monoparentales, célibataires et handicapés…"

Les normes pour les personnes à mobilités réduite sont obligatoires depuis fort longtemps dans le logement collectif neuf. Encore faut-il en construire, mais M. Trupin ne veut plus en construire.

Quant au parcours résidentiel, absolument abandonné à l'époque de N. Gouéta nous le reconstituons progressivement grâce aux dispositions du PLH (accession, accession à prix maitrisé, social ainsi que par une définition précise de la taille et la typologie des logements) auquel on peut ajouter les programmes en accession sociale et en PLS (Barbusse, Grèves, Marine)

Conclusion: proposition pipeau


5. Dans le programme de L. Trupin :" Nous préserverons la zone pavillonnaire de Colombes par un Plan Local d’Urbanisme adapté et nous limiterons les préemptions".

Le PLU voté en janvier 2013 a renforcé la protection de la zone pavillonnaire, de manière plus importante que le POS antérieur, en limitant la constructibilité en cœur d'ilot et en favorisant des mesures écologiques.

Quant aux préemptions : sur 7 972 DIA (c'est-à-dire les intentions de vente) instruites en 6 ans, il y a 101 préemptions (essentiellement dans les secteurs d'aménagement) soit 0, 012%  des ventes. Pas besoin de les limiter, c’est ce que nous faisons depuis 6 ans ! Mais peut-être L. Trupin ne souhaite-t-il pas mener d'opération publique d'aménagement?  

Conclusion: encore une proposition pipeau


6. Dans le programme de L. Trupin : "Nous renforcerons le contrôle des constructeurs pour éviter toute spéculation foncière dans le secteur privé du logement"

Un petit commentaire: le PLU et le PLH permettent de limiter la spéculation; ce sont les propriétaires fonciers qui font souvent monter les prix dans le diffus quand les promoteurs leur font miroiter certains mirages.

 

Une petite autre sur la famille:

Dans le programme de L. Trupin : "face aux fractures brutales de notre société, la cellule familiale est le lieu essentiel de solidarité et d'équilibre. En la soutenant dans tous ses aspects, nous favoriserons l'intégration et l'épanouissement de chacun".

On peut être à peu près d'accord avec cette phrase. Mais alors soyons précis, car respecter la famille, c'est aussi reconnaitre les nouvelles formes de vie familiale, c'est aussi la conquête de nouveaux droits pour solutionner les problèmes concrets des gens, en prenant en compte les divorces, les gardes alternées, les familles recomposées. Sur ces sujets, L. Trupin nous renvoie un silence assourdissant. Or,  les services publics, en particulier locaux, prennent en compte depuis des années ces situations qui correspondent à des évolutions de la société et de la famille.

 

Et une petite dernière sur l'enseignement:

Dans le programme de L. Trupin : "Nous demanderons la création d’un deuxième lycée public et soutiendrons tout projet innovant d’ouverture d’une école privée supplémentaire".

Mesures démagogique pour l'une et scandaleuse pour l'autre: démagogique, car on sait d'ores et déjà qu'un second lycée ne peut être implanté à Colombes, car il faudrait donner un foncier important au conseil régional. Et comme par ailleurs L. Trupin ne veut plus construire de logements, il est évident qu'un nouveau lycée sera créé plutôt dans un secteur de fort développement urbain, comme par exemple les Groues à Nanterre. Scandaleuse, car il prône l'ouverture d'un 3ème groupe scolaire privé, mais reste absolument silencieux sur l'école publique. Au moins les choses sont claires!

Conclusion: devinez quoi, proposition pipeau sur le premier point, décevante sur le second.


7. Dans le programme de L. Trupin : "Le rôle d’une équipe municipale est d’assurer le développement harmonieux de la ville."

Conclusion: C'est ce que nous faisons efficacement depuis 6 ans


En fait, qu'il s'agisse de l'emploi, de l'environnement, de la culture, du sport,  de la sécurité, de la jeunesse, ou des aménagements et équipements dans les quartiers comme par exemple ceux des quartiers des Fossés-Jean/Bouviers ou des Vallées, L. Trupin a scrupuleusement plagié beaucoup d’actions que nous avons menées ou engagées, promet ce qui existe ou est en cours de réalisation en reprenant nos actions à son compte. Par contre,  quand il a une vague idée (ça arrive), silence radio sur les financements de ses soi-disantes promesses. Et surtout sur l’intérêt de la mesure.

 

Sur le logement social on peut aussi noter un silence assourdissant: alors que nous maintenons le taux de 33% de logements à Colombes en ayant relancé la construction que N. Gouéta avait abandonnée, L. Trupin ne traite que de l'amélioration de l'existant sans dire s’il poursuivra l'effort nécessaire en construction neuve. En fait, entre les lignes, on comprend qu’à son tour, comme N. Gouéta, les catégories populaires lui importent peu, et même le gênent aux entournures. C'est quand même bon à savoir!  Pour preuve, il propose par exemple de remplacer les 400 logements prévus dans l’opération  d’aménagement Charles de Gaulle Est, dont les 120 logements sociaux  par du bureau (bonjour le discours sur le parcours résidentiel).

 

Conclusion: puisque L. Trupin  copie beaucoup de  ce que l'équipe du rassemblement de la gauche et des écologistes a déjà mis en œuvre de 2008 à 2014, autant voter directement pour que Colombes avance encore, voter pour la nouvelle équipe réunie autour de Philippe Sarre. Car la droite reste la droite! Elle est bête, elle stagne, nous en avons la démonstration, mais elle peut s'avérer méchante pour les Colombiens, nous en avons aussi la démonstration.  

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans colombes
commenter cet article

commentaires

Trupin 2014 26/02/2014 21:06

Europe-Ecologie-les verts, qui était déjà la risée des Français, avant de devenir le meilleur supporteur des casseurs de Notre Dame des Landes, a désormais à Colombes un représentant à sa hauteur
en la personne de Patrick Chaimovitch. En s’essayant sur son blog à la critique du programme de La Relève, il vient d’enlever à la crédibilité de la gestion socialiste de Colombes les derniers
arguments qui pouvaient encore lui rester…Il s’en apercevra dans les urnes dès le 23 mars prochain !

Faute d’avoir su tenir ses promesses de 2008 et dans l’incapacité de présenter un projet pour les six prochaines années, l’équipe du maire sortant, découvrant aujourd’hui que notre liste propose
dans son Programme de redonner à Colombes une image d’excellence attendue par tous ses habitants, prend peur au point d’écrire tout et n’importe quoi. Pire encore, elle démontre que sur tous les
dossiers importants de la Ville, elle n’a qu’une réponse, toujours la même : « on ne peut rien faire ». L’immobilisme est sa doctrine et la stagnation sa politique. Prenons-en quelques exemples au
fil de l’argumentation ( ?) de M. Chaimovitch.

Sur le T1 : il écrit lui-même que le STIF et la société du Grand Paris ont choisi le nord et l’est de l’agglomération au détriment de Colombes et qu’il faudra attendre 2030 – au mieux – pour qu’on
veuille bien s’intéresser à nous. Quel aveu d’impuissance et de démobilisation ! C’est exactement ce que nous dénonçons.

Sur le Stade Yves du Manoir et notre grand projet d’espace ludique et sportif le reliant à l’Ile Marante et à Charles Péguy : sa seule crainte est dans l’ambition du projet, ce qui est à la mesure
de sa critique…même si l’idéologie dont il est le prisonnier lui fait oublier qu’il existe des partenariats public-privé performants, que le conseil général, propriétaire d’une partie du domaine,
soutiendra cette grande réalisation à vocation départementale et que celle-ci se réalisera progressivement, dans le cadre d’une mise en œuvre pluriannuelle.

Sur le financement de notre programme en général : nous ne cesserons de répéter que la clé s’en trouve dans l’attractivité retrouvée de Colombes qui y attirera de nouvelles entreprises, créera de
l’emploi et permettra, sans aucune augmentation d’impôts, de financer des projets réalistes et d’autant mieux maitrisés que l’endettement communal est faible, conséquence d’une gestion on pas
prudente, mais timorée.

Sur l’intercommunalité de la Métropole du Grand Paris : a-t-il oublié qu’il s’agit désormais d’une construction technocratique où l’Etat va imposer de nouveaux regroupements aux communes comme
Colombes qui n’ont jamais su se déterminer en matière de coopération intercommunale et transférer l’essentiel des compétences d’urbanisme et de construction à la nouvelle Métropole ? M.
Chaimovitch, adjoint à l’urbanisme, ne proteste pas sur ce point. Etonnant, non ?

Sur le logement : nous n’aurons pas la cruauté de renvoyer M.Chaimovitch à la lecture du diagnostic sur la situation du logement à Colombes, réalisé dans le cadre du PLH, bien qu’il figure sur le
site de la mairie…Il y est écrit que l’ensemble de l’habitat colombien est marqué par sa vétusté et que sa réhabilitation active est indispensable. Quant à la cotation par points des demandeurs
d’emploi, c’est l’exemple même de l’outil créé pour ne pas être utilisé. S’il est une plainte unanime de tous les Colombiens que nous rencontrons au cours de cette campagne, c’est bien l’incurie de
la mairie à répondre à leurs besoins réels, l’absence de rotation dans le parc social et, cerise sur le gâteau, l’accueil souvent déplorable qui leur est réservé, plusieurs s’étant même entendus
répondre : « si vous n’êtes pas content, quittez Colombes ! » : cela ne s’invente pas. Ajoutons que, lorsqu’on écrit que le dossier de la précarité énergétique, qui est une de nos priorités, a été
« évoqué » en octobre 2013, à l’extrême fin du mandat municipal, on croit rêver…

Il y aurait beaucoup d’autres choses à ajouter sur la culture, les préemptions, la création d’un lycée, etc… Mais, pour ne pas être plus long, je m’en tiendrai, pour terminer, à un seul point qui
ne peut qu’inquiéter sérieusement les électrices et les électeurs colombiens. C’est encore une fois le parti-pris idéologique de Patrick Chaimovitch, survivant de la gauche la plus sclérosée
d’Europe : qu’il s’agisse de la famille, sur laquelle le gouvernement qu’il soutient n’a cherché qu’à diviser les Français, qu’il s’agisse de l’école, où il cherche à recréer la vaine querelle
entre école publique et école privée (sait-il seulement que c’est la communauté musulmane de Colombes qui souhaite le plus aujourd’hui une nouvelle école privée ?), tout son discours est marqué par
une vulgate collectiviste à peine dissimulée.

C’est pourquoi, aux antipodes de ces discours sectaires, nous demandons plus que jamais à nos concitoyens de voter le 23 et le 30 mars pour notre liste, La Relève, qui, opposée à tout embrigadement
partisan, saura redonner à Colombes une fierté, un avenir et une ambition à la mesure de ses formidables atouts.