Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 23:06

Dominique Frager, maire-adjoint EELV en charge de la culture, m’a demandé de publier ce texte, dans lequel il passe en revue les propositions du programme de L. Trupin



Il faut avouer, Monsieur Trupin, que la lecture de vos propositions pour la culture m’ a d'abord fait bien rire ! Il est en effet plutôt amusant de découvrir, sous forme de propositions nouvelles, des actions déjà entièrement réalisées sous la mandature de Philippe Sarre.
Bel hommage : nos idées vous ont séduit à un point tel que vous tentez aujourd'hui de vous les approprier et de les recycler.

Deux exemples :

- Vous voulez "regrouper les directions du patrimoine et du développement de l'action culturelle" : quelle chance, Monsieur Trupin, c'est déjà fait depuis trois ans, et le nouveau pôle que vous appelez de vos vœux s'appelle la Direction de la Culture ! Une bonne chose de faite, donc.

- Vous indiquez aussi vouloir créer un "festival pluridisciplinaire qui réunira chaque année professionnels et amateurs". En voilà une bonne idée ! Et pour la thématique, n'auriez-vous pas pensé à... la Voix ?
Oups, pas de chance pour vous, Monsieur Trupin, le festival de la Voix existe déjà, depuis 2011 :
        - Il se prépare à fêter sa quatrième édition déjà (du 16 au 18 mai prochains, save the date !).
        - Il a attiré 4000 spectateurs colombiens sur trois jours, chaque année depuis son lancement.
        - Il implique chaque année de nombreux acteurs culturels colombiens, des artistes professionnels, mais aussi des écoles, des élèves du conservatoire, et des habitants, à qui sont proposés des ateliers tout au long de l'année.

Du déjà vu, votre programme pour la culture ? Pas seulement. Il contient aussi des tas de choses qui ne servent à rien...

Un exemple ?
Votre idée de label "Culture à Colombes" : quel beau gadget inutile !

Aujourd'hui, de nombreuses associations colombiennes proposent déjà une offre "tous publics" dans des disciplines variées. Elles n'ont pas besoin de votre label pour exister.


Et puis, au fait, un label pour quoi faire ? Pour expliquer aux Colombiens que les activités des associations colombiennes se déroulent à Colombes ? Inutile, on vous dit...
Si votre idée, avec ce label, est d'inciter de nouvelles associations à développer des activités supplémentaires, alors on peut raisonnablement penser que ce n'est pas d'un label qu'elles auront besoin.

Dans la série "deux pas en avant avec la gauche, trois pas en arrière avec Trupin", vous nous proposez aussi... un "centre de loisirs culturels s'appuyant sur les créateurs locaux et les associations de quartier".
Mais voyons, Monsieur Trupin, ce centre de loisirs avec tout plein d'activités culturelles dedans, la gauche l'a mis en place à Colombes en... 1999 !
C'est le CEL, le Contrat éducatif local, qui propose aux jeunes colombiens inscrits en centre de loisirs des activités culturelles et artistiques diversifiées, sur le temps périscolaire.
Des ateliers de théâtre, danse, arts plastiques, culture scientifique, jeu de stratégie, etc., qui s'appuient très largement sur les compétences des associations colombiennes : Strataj'm, le Hublot, etc.

Ajoutons par ailleurs que la municipalité Sarre ne s'est pas contentée de mettre de la culture dans les centres de loisirs, elle a choisi au contraire de construire une véritable politique d'éducation artistique et culturelle. En vrac, citons :
        - la signature avec le ministère de la Culture d'un Contrat local d'éducation artistique (qui nous permet d'accueillir des artistes en résidence à Colombes, à temps plein, durant 8 mois chaque année), il touche près de 800 enfants chaque saison ;
        - le développement de Parcours culturels de proximité dans les écoles (40 projets chaque année, 2500 enfants concernés) ;
        - un programme riche et diversifié de sorties culturelles pour nos écoles, au cinéma et au spectacle (près de 15000 sorties chaque année, dont 6000 au cinéma et 9000 dans les lieux de spectacle colombiens)...
Et nous pourrions multiplier encore les illustrations de ce qu'est une politique d'éducation artistique véritablement pour tous et partout.

Bref, votre "centre de loisirs culturels" est encore une idée sans la moindre originalité, qui recycle maladroitement ce que la gauche a initié à Colombes il y a... quinze ans !


Avec quand même une différence de taille...
Votre projet est, dites-vous, de créer un centre de loisirs culturels. Un seul ? Vous entendez donc réserver votre lumineuse idée aux heureux jeunes colombiens ayant la chance d'être rattachés au seul et unique centre de loisirs à vocation culturelle de la Ville que vous voulez créer ?
Nous avons choisi, au contraire, d'en faire profiter tous les enfants colombiens : les activités artistiques du CEL existent aujourd'hui dans les 38 centres de loisirs de la ville.
Devons-nous comprendre, à vous lire, que vous souhaitez supprimer les activités culturelles de 37 d'entre eux pour n'en garder qu'un ?

Autre sujet sur lequel votre programme brille par son absence totale d'inspiration : le conservatoire.
Vous commencez par mentionner une très vague intention de "développer l'enseignement dispensé". Mais développer comment ? Quantitativement ? Le développement a bien eu lieu, car nous sommes passés de 900 à plus de 1000 élèves au conservatoire. De plus, nous développons des opérations « conservatoire hors les murs » avec les dispositifs « Démos » sur les quartiers et « 1 an avec … » pour les scolaires ; nous avons le beau projet  d’« orchestre à l’école » pour les aznnées qui viennent. Puis vous indiquez vouloir "revaloriser la filière d'excellence". Vous êtes en pleine contradiction entre, d'un côté, votre louable (mais douteuse) intention de mener une politique culturelle ouverte à tous les Colombiens et, d'un autre côté, votre projet de développement d'une filière d'excellence réservée aux quelques Colombiens qui pourraient envisager pour leurs enfants une carrière de musicien professionnel...

Au fait, Monsieur Trupin, si votre projet consiste à réserver l'accès de notre conservatoire à quelques heureux privilégiés, expliquez-nous donc une chose : pourquoi répétez-vous avec autant d'insistance vouloir développer le sport pour tous ? Ne devriez-vous pas, si vous êtes cohérent avec vous-même, mener également une politique d'excellence sportive, s'adressant aux quelques colombiens pouvant se destiner à une carrière sportive internationale ?
Les 99,9% de Colombiens qui souhaitent tout simplement pratiquer le sport ou la musique à titre de loisir apprécieront...

Mais allons, passons. Après la musique pour quelques uns, voici heureusement... le spectacle vivant pour tous !
Pour l'Avant Seine, vous proposez la création d'abonnements "spectacles "solo" ou "duo" à des tarifs tenant compte du quotient familial". Nous ne vous avons heureusement pas attendu pour favoriser l'accès de tous les colombiens, et notamment des plus démunis d'entre eux, au spectacle vivant.

Il faut d'abord rappeler que les tarifs de l'Avant Seine sont d'ores et déjà très fortement modulés : abonnement découverte, abonnement moins de 20 ans ou étudiants, tarifs "Venez en famille" et "Venez entre ami(e)s"... Très sincèrement, je ne vois pas bien ce que votre offre "solo" ou "duo" viendrait ajouter à cet ensemble de propositions déjà très diversifié.


Mais il y a plus. Depuis longtemps, l'Avant Seine propose des abonnements sociaux (3 spectacles pour 3 euros). Depuis trois ans, la Ville a étendu cette possibilité en mettant en place, en lien avec les acteurs sociaux, un système de contremarques à 1 euro. Celles-ci donnent accès non seulement aux spectacles de l'Avant Seine, mais aussi à ceux du conservatoire, de la MJC-TC, du Hublot et de la Cave à Théâtre. Car oui, Monsieur Trupin, la culture rayonne à Colombes, et il serait vraiment dommage de laisser penser aux Colombiens que l'Avant Seine en est l'alpha et l'oméga. Les autres structures culturelles colombiennes, pourtant dynamiques, seront déçues du peu de considération que vous leur témoignez...

Enfin, et nous en terminerons là pour aujourd'hui, venons-en à vos "propositions" dans le domaine du patrimoine, qui sont marquées par une absence quasi absolue d'idée.
Une seule illustration suffit à le démontrer : le musée. Vous voulez lui "redonner la notoriété qu'il mérite", dites-vous ? Noble intention dont chacun reconnaîtra qu'elle ne vous engage pas à grand chose... Pourtant, notre musée d'art et d'histoire ne s'est jamais aussi bien porté que depuis 5 ans : sa fréquentation a augmenté de 44% entre 2008 et 2013 (de 5000 à 7200 visiteurs), il s'est ouvert à l'art contemporain, avec le développement de la place accordée à la photographie, et avec la création en 2011 d'une Biennale du verre, dont la qualité remarquable forge le succès (en moyenne, elle reçoit chaque jour deux fois plus de visiteurs que n'importe laquelle des autres expositions temporaires organisées depuis 15 ans). Aujourd'hui, où sont vos propositions précises et concrètes vous permettant d'imaginer pouvoir faire mieux ?

Rappelons par ailleurs que notre projet culturel consacre une large place à la valorisation du patrimoine colombien avec, pour ne citer que quelques exemples, chaque année plusieurs publications (récemment sur la Coulée Verte, ouvrage de 140 pages, ou encore sur la rue Saint-Denis), et un développement sans précédent des Journées du patrimoine...

Bref, qu'il s'agisse de spectacle, de musique, de patrimoine, d'événementiel ou encore d'éducation artistique, les propositions de L. Trupin n'ont qu'un point commun : le vide.
Elles sont profondes, mais dans le sens du creux.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans colombes
commenter cet article

commentaires

Recherche