Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:38
fosses-jean-comp.jpg

« Colombes s’est engagée dans une procédure de réhabilitation lourde de certains quartiers. Ces projets ont été déposés auprès de l’ANRU. Nous poursuivrons cette démarches mais nous conduirons différemment les opérations. La concertation sera mise en place avec les habitants à tous les stades du projet. Contrairement à ce qu’à pratiqué le maire sortant à l’Ile Marante et aux fossés Jean ».

« Nous reprendrons à zéro le projet des Fossés Jean que nous situerons dans un ensemble plus vaste. Il faut avoir là, après écoute des habitants, un projet global et cohérent comprenant l’avenue de Stalingrad et le carrefour Michelet. Nous abandonnerons définitivement la démolition du 11 Michelet. »

 

Un engagement tenu :

Voilà ce que notre équipe écrivait dans le programme « Colombes rassemblée ».

Ces engagements, résumés en quelques lignes, ont demandé depuis plus d’un an un énorme travail de la part de tous ceux qui sont concernés par ce projet de vaste ampleur : les élus,  des services municipaux,  les les habitants, les partenaires de la ville (DDE, ANRU, Conseil Général pour l’essentiel). Sans arrêt, au cours de ces derniers mois, les élus ont réinterrogé les diagnostics antérieurs, imaginé des hypothèses, vérifié les financements, entendu les habitants. Car ce projet au final ne peut voir le jour si les habitants, dans la diversité de leur point de vue, ne sont pas écoutés, entendus, concertés.

 Depuis un an, un comité stratégique composé des élus les plus concernés par leur délégation  a été constitué et s’est réuni régulièrement. Trois  rencontres avec le conseil de quartier, deux réunions publiques, un groupe de travail avec les habitants réuni à 4 reprises, des réunions avec les habitants du 119-207 Stalingrad et du 35 Michelet ont constitué une première phase assez riche d’information et de concertation.

 Parallèlement, après avoir organisé une consultation auprès plusieurs équipes de professionnels, une équipe de programmiste a été désignée en octobre 2008 – l’agence Bécard et Palay - et a remis son travail au début 2009.

Plus récemment, un processus de désignation de maitrise d’œuvre pour les espaces publics a été engagé fin 2008, et à l’issue de plusieurs phases de concours, auxquelles étaient associées représentants des habitants et  des professionnels du quartier, c’est l’agence de paysage Mutabilis qui a été désignée lauréate le 23 octobre 2009

 Après avoir conçu le nouveau projet des fossés-Jean/Bouviers, renforcé celui du Petit-Colombes,  et adapté celui d’Europe/Ile Marante, le dossier définitif de l’avenant de l’ANRU a pu être déposé au mois de janvier.

 Le 22 janvier dernier, une réunion publique s’est tenue au gymnase des Fossés Jean pour présenter les principales propositions et en débattre avec les habitants. En voici les grandes lignes.

 Au fond, ce n’est pas l’architecture qui est en cause. On l’apprécie où on ne l’aime pas, mais elle a montré durant ces dernières décennies ses qualités et son intérêt.

Ce qui pour l’essentiel est en cause, c’est le traitement des espaces publics, et le fait que les commerces, comme dans nombre de grands ensembles qu’on trouve un peu partout en France, les commerces sont trop tournées vers l’intérieur du quartier, et pas assez sur la ville.

Le quartier manque de lisibilité à cause de la faible qualité de ses espaces publics, traités un peu partout comme des espaces verts : il y a beaucoup d’espaces résiduels qui n’ont pas de destination précise et  qui morcèlent l’espace global.

 Il faut donc redonner du sens et dire ce à quoi doivent servir l’ensemble des espaces publics.

La transformation, la clarification et la hiérarchisation des voies sont également très importantes puisque le quartier distribue différentes sortes de déplacements, à l’échelle communale, interquartier ou intraquartier.  Le quartier doit montrer plus clairement son appartenance à la ville .

De ce point de vue, la requalification de l’Avenue Stalingrad en avenue urbaine intégrant à terme tous les modes de transports apparaît comme un moteur dans l’évolution  du quartier.

 

Un nouveau projet : donner à voir dans tous les sens, donner envie de partager son quartier

 

 Le renouvellement urbain des Fossés Jean et des Bouviers est un enjeu majeur pour Colombes. Ce quartier important par sa taille, par sa population et par sa situation, est, par contraste avec le grand territoire pavillonnaire de Colombes, un quartier dense. Situé à la limite communale, il est une des entrées importante de ville. Le projet des Fossés Jean trouve sa place, comme nous l’avions imaginé dès le départ, dans un projet de ville dont le périmètre et le contenu dépassent le cadre du projet de l’ANRU. Le projet est désormais organisé  autour d’un centre de quartier  qui s’articule à l’intersection de l’avenue de Stalingrad, importante voirie  interdépartementale, de la rue Michelet, axe de liaison Est-Ouest interquartier et à la limite d’Asnières.

Au croisement de ces deux axes, une place centrale  constituera  l’un des enjeux  du projet retenu. Il accueillera un ensemble d’équipements publics, de services, de commerces et de logements sur un nouvel espace ouvert pour la première fois sur la ville. Cet espace devra être un véritable accès entre les Fossés-Jean et les Bouviers, en tirant le mieux possible des opportunités offertes par l’ancienne usine Depaepe, la restructuration du patio, la démolition de l’ancienne station-service Oil France..

Le rôle de cette place, majeure, permettra de dégager une notion plus claire de centre de quartier telle que nous souhaitons la voir émergée dans différents secteurs de Colombes, en relation avec le centre ville.  D’où l’importance de la localisation des commerces, de  la médiathèque et des logements.

 Ainsi cet aménagement trouvera ses prolongements dans le projet de ville – le Plan d’Aménagement et de Développement Durable du futur Plan Local d’Urbanisme s’en fera l’écho – et sur l’avenue de Stalingrad. Dans ce cadre, et donc hors du cadre administratif de l’ANRU même si les enjeux sont liés, le déplacement du centre Leclerc est actuellement à l’étude en vis-à-vis, à l’angle Michelet/ Stalingrad.

 

La vie, l’animation du quartier s’articule en outre autour de la vie scolaire et des activités des enfants. Les groupes scolaires ont donc une place importante dans la redéfinition du cœur de quartier. Les espaces publics seront donc requalifiés pour cela et un accent particulier sera mis sur l’aménagement des liaisons douces les desservants. C’est aussi pour cela que les divers éléments participants aux projets culturels des habitants sont repris,réorganisés,  développés, amplifiés : pas de projet urbain sans projet culturel.

 

Il y a une identité globale qu’il faut restaurer. elle n’aura pas la même traduction aux Fossés-Jean et aux Bouviers. les éléments disgra­cieux pour donner à voir un beau rez-de-chaussée sur chaque bâtiment.

 

Plusieurs enjeux :

Le projet ne tombe pas des nues et devait répondre à plusieurs enjeux, qui se regardent à des échelles différentes : celle de Colombes, des relations inter-quartiers, à l’échelle  des Fossé-Jean ou des Bouviers. Ainsi, il a fallu examiner les points suivants :

comment relier correctement le grand- quartier Fossés-Jean/Bouvier à Colombes,

 en redéployant et en développant  les équipements sur le nouveau cœur de quartier (CSC des Fossés-Jean, médiathèque, pôle prévention-sécurité), Contrairement au PS, j’aime bien mettre la culture avant la sécurité…

en renouvelant en améliorant les déplacements entre les différents secteurs du quartier (restructuration de l’avenue Ménelotte, création d’une nouvelle voie le long du groupe scolaire JJ Rousseau par exemple)

comment mieux relier les Fossés-Jean  aux Bouviers

comment traiter ce qui est une entrée de ville majeure de Colombes, en traitant le secteur situé en face du parc technologique.

comment améliorer le fonctionnement interne du quartier (prolongation de la rue     d’Orgemont, entre la rue Michelet à la rue Joliot-Curie,  création d’ une promenade le long de l’A86, depuis Asnières jusqu’à Stalingrad, reconstruire le groupe scolaire JJ Rousseau  avec des classes supplémentaires…)

comment améliorer le cadre de vie des habitants (redéfinition du statut des voiries, des stationnements , en créant des jardins publics, des aires de jeux, une coulée verte, des jardins partagés, en améliorant l’accès au stationnement)

comment requalifier l’habitat (en résorbant l’habitat  dégradé et insalubre, en développant la mixité sociale et la qualité architecturale, en adaptant les logements anciens en particulier par l’amélioration des performances énergétique et du confort, en restructurant et sécurisant t les halls d’entrée du 115-177 Stalingrad ; en redéfinissant le stationnement en surface et en adressant les immeubles  sur les nouvelles voies créées).

comment maintenir et développer l’offre commerciale (promotion du commerce de proximité en redéployant notamment les commerces du patio) et artisanale (création d’une cite artisanale)

De manière transversale, intégrer démarche environnementale dans le bâti (BBC, THPE) et dans les espaces publics et verts..

Evidemment, la question du logement, qui est tellement sensible :

Près de 400 logements sociaux seront réhabilités entre 2011 et 2013 (179 Stalingrad, halls 175-177 Stalingrad, tour Z, 11 Michelet

Plus de 200 logements (hors la reconstitution du 35 Michelet) seront construits entre 2013 et 2016 : qu’il s’agisse de maisons de ville ou de collectifs, de logements en accession sociale ou en locatif social, ou de logements en accession à prix maîtrisés ( des 2 côté de Stalingrad, des 2 côtés de Michelet, le long de l’école JJ. Rousseau)

-          Le 35 Michelet sera démoli (voir article spécifique sur mon blog)) et,  en remplacement, environ 100 logements seront reconstruits dans le quartier, avec des engagements forts autour d’une charte de relogement, d’une grande concertation avec les habitants, d’un engagement à ce que le quittancement des familles (loyer+charges) ne soit pas supérieur à ce qu’il est en ce moment.

-          Résidentialisation des  45 Michelet et 97-99 Michelet.

Démolition de deux immeubles dégradés (voire pire) au 23-25 rue Joseph Antoine et au 199- 207 Stalingrad

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans ma délégation
commenter cet article

commentaires

Benjamin Thominet 01/03/2010 14:36


Ah! enfin une info un peu plus précise sur ce qui se prépare... quoique les explications restent très vagues sur le petit bout de rue qui me concerne: la requalification de l'avenue menelotte (à
peine évoqué dans ce texte), et à propos duquelle on entend les pires rumeurs (projet d'élargissement de l'avenue, qui se ferait donc au détriment des riverains qui subiraient des expropriations
totales ou partielles).
Mais d'une manière plus générale, je suis installé depuis peu dans le quartier (colombien depuis presque 25 ans), alors bien sûr je m'intéresse aux projets d'évolution. A ce sujet, je suis étonné
qu'on trouve aussi peu d'infos sur internet concernant ces projets. Il doit pourtant bien exister des documents (plans, images, dossiers divers...) qui pourraient être mis à disposition des
habitants en format électronique, non? Comment fait-on pour s'informer en détail si on a "raté" les rares réunions publiques ayant eu lieu?