Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 00:40

lascar_1-copie-1.jpgDeux informations très contrastées aujourd’hui:

Tout d’abord, aux infos du soir, un reportage sur l’échec de la mixité dans les quartiers de rénovation urbaine.

S’appuyant visiblement sur le rapport annuel du Comité d’Evaluation et de Suivi (CES) de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (Anru), le reportage – situé à Meaux- dresse un bilan critique des résultats obtenus en matière de lutte contre les ghettos : la plupart des ménages relogés après démolition « d’une barre » sont restés dans leur quartier sensible et ont migré vers une tour voisine, les nouveaux habitants n’y sont pas venus, mais se sont dirigés vers un nouveau quartiers aux prix inaccessibles pour les habitants des tours et barre

Il faut rappeler quel’objectif affiché de l’ANRU et de nombreuses municipalités est de  briser la logique d’assignation à résidence des familles reléguées dans les « cités », dans les faits, 2/3 des nouvelles habitations sont construites en zone urbaine sensible (ZUS) et près de la moitié dans la même commune que les anciennes. Faute de pouvoir répartir les logements sociaux entre les communes (tiens, cela me fait penser à la Garenne-Colombes), les politiques de démolition-reconstruction perpétuent la concentration urbaine de la pauvreté.

 Je n’ai pu m’empêcher de mettre en relation ce reportage avec un article paru dans Libération ce matin, sur la difficulté de réaliser de la mixité sociale dans le 16ème arrondissement de Paris. A sa manière, cet arrondissement est un ghetto… de riches : 20% des contribuables paient l’ISF, le nombre de foyers riches est 11 fois supérieur à la moyenne nationale, 2,5% de HLM contre plus de 30% dans les 19ème ou 13ème arrondissement, ou encore Colombes. La ville de Paris a engagé la réalisation de 400 logements sociaux répartis sur 4 sites. Les élus de droite ont critiqué ces projets, et les riverains s’opposent à la réalisation de ces quelques logements sociaux. Pour eux, pas besoin de logements sociaux, les nombreuses chambres de bonnes suffisent bien. Ouaip, Zola n’est pas tout à fait mort.

Du coup, je reviendrai  dans un prochain article sur la question de la mixité social , qui évince, parce que cela fait malpoli, la question des classes sociales, des riches et des pauvres, des bourgeois et des ouvriers.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans société
commenter cet article

commentaires