Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 22:42

Novethic, le 21/11/2013

Drôle d'ambiance au sein des négociations onusiennes sur le climat. Depuis leur ouverture, il a beaucoup été question de charbon, une énergie pourtant peu compatible avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre et beaucoup moins d'engagements ou de financements. En cause selon les ONG, un fort lobbying de la part d'entreprises polluantes qui ont rencontrées un écho plus que favorable auprès de la présidence polonaise de la COP. Une situation qui a entrainé le départ des ONG des négociations ce jeudi. Une première.


Depuis le début, la conférence onusienne sur le climat qui se tient à Varsovie semble prendre la voie d’un échec annoncé. Omniprésence publicitaire des entreprises, matraquage sur les bienfaits du charbon « propre » dans les discours de la présidence polonaise, annonces moins-disantes  sur les réductions d’émissions de gaz à effet de serre de la part de pays aussi importants que le Japon, l’Australie ou le Brésil, présence trop discrète des pays censés être les plus proactifs sur la lutte contre le changement climatique (UE, France, etc), exclusion d’une jeune militante manifestant son soutien aux Philippins…Tout cela alors que le typhon Haiyan venait tout juste de ravager les Philippines… Jeudi midi, les ONG ont décidé que la coupe était pleine. « La conférence de Varsovie a mis la défense des intérêts des énergies du passé bien avant l’intérêt général des citoyens. Il n’y a plus rien à attendre d’une telle mascarade et les organisations représentatives de la société civile mondiale ont pris la décision de quitter les négociations climatiques afin de consacrer leur temps et énergie à d’autres sujets, comme la mobilisation des opinions publiques pour faire pression sur les gouvernements afin que le climat devienne une réelle priorité de l’agenda politique », expliquent les ONG dans un communiqué commun. Le fait est d’importance. C’est tout simplement une première dans l’histoire des négociations climatiques. A Copenhague, c’est bien contre leur gré que les associations avaient été privées de la fin des négociations… Alors comment en est-on arrivé là ?

Un partenariat avec des entreprises décrié 

Dès le début des négociations, les ONG se disent choquées par l’omniprésence des partenaires privés dont se vante pourtant le gouvernement polonais, organisateur et à ce titre président de la COP19.  « Dès l’entrée, les logos sont partout : les distributeurs d’eau sont siglés Alstom, les fauteuils Emirates, le mobilier Ikea…Ce fut un vrai choc à notre arrivée ! », décrit Célia Gautier, membre de la délégation du Réseau Action Climat pour les négociations climatiques de Varsovie (COP19). Dès le début de la conférence, le 11 novembre, 140 ONG publiaient ainsi une lettre dans laquelle ils accusaient le secteur privé de s’emparer de la COP en mettant en œuvre un greenwashing provocant. De son côté, le Corporate Europe Observatory, publiait un guide sur le lobbying des entreprises et de leurs représentants pendant ces négociations.   Cependant, toutes les entreprises ou organisations d’entreprises défendant la lutte contre le changement climatiques sont cependant restées plus que discrètes lorsque nous avons cherché à les contacter pour en savoir plus sur le sujet….La question de la légalité de publicité aussi ostentatoire a d’ailleurs été posée au secrétariat de la Conférence des parties.

Certes, ce n’est pas la première fois que les entreprises mettent à disposition des produits lors d'une COP. A Durban (COP17), il y a deux ans,  Renault-Nissan avait ainsi offert un service de navettes aux délégués assuré par sa nouvelle voiture électrique, la Twizy. Pour autant, « cela n’avait rien d’équivalent à ce qui se passe aujourd’hui en Pologne. Surtout, ce qui nous heurte, c’est que la majorité des entreprises partenaires sont très polluantes comme Arcelor Mittal ou BMW (voir l’article du Guardian: « 90 entreprises produisent 2/3 des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines »). Nous avons prévenu la délégation française et les ministres qui sont arrivés sur place -Philippe Martin et Pascal Canfin - qu’il était hors de question qu’une telle chose se produise lors de la COP qui aura lieu à Paris en 2015. Il ne faut pas que cela créé un précédent », souligne Célia Gautier. 

Quelle place pour les entreprises ?  

Faut-il y voir comme les ONG signataires de la lettre « une tendance dangereuse positionnant ouvertement les entreprises au cœur du processus de prise de décision » ? Le secteur privé a toujours eu droit de cité dans les négociations climatiques mais les entreprises y ont un statut d’observateur. Tout comme les ONG d’ailleurs. Ce sont aux Etats et à eux seuls d’y négocier les mécanismes et accords internationaux. Pour autant, cela ne veut pas dire que les entreprises n’ont pas un rôle à jouer : « Nous attendons notamment que les entreprises, que nous appelons ʺprogressistesʺ, c'est-à-dire qui promeuvent les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique…prennent la parole, notamment en amont de la Conférence de Paris en 2015. Malheureusement, celles-ci sont moins nombreuses, moins puissantes et moins écoutées que les multinationales de l’énergie fossile », regrette Célia Gautier.

Une présidence polonaise problématique 

Si de telles entreprises ont eu une telle tribune publicitaire à Varsovie, ce n’est sans doute pas anodin. Depuis le début de la conférence, la Pologne, qui tient le rôle de présidente sur les deux semaines de négociations, est fortement critiquée pour son attitude ouvertement pro-charbon. Une position loin d’être surprenante : le pays dépend à près de 90% de cette énergie, encore très défendue par les syndicats polonais (dont Solidarnosc, ouvertement climato-sceptique). En parallèle des négociations, un sommet mondial sur le charbon  a d’ailleurs été organisé par le ministère des Finances Polonais et l’Alliance mondiale sur le charbon, à 500 mètres à peine du site de la COP. S’en est ensuite suivi un « communiqué de Varsovie » , appel à investir les ressources publiques dans les technologies de charbon propre pour maintenir une forte utilisation de charbon dans le monde. « Cette propagande autour du « charbon propre »- deux termes totalement antinomiques- est une provocation. La présidence polonaise est proprement affligeante » s’énerve Corinne Lepage, députées européenne et membre de la délégation du Parlement européen envoyée à Varsovie.


L’attitude de la Pologne n’est cependant pas une grande surprise. Le pays n’a jamais été pro-actif en matière de lutte contre le changement climatique. Rappelons par exemple qu’au printemps 2012 la Pologne avait bloqué l’adoption d’une feuille de route de l’Union sur une faible teneur en carbone pour 2050 tandis que cet automne, elle renâclait la fixation d’objectifs climatiques par l’UE.  Dans les COP, le groupe dit de Visegrad qu'elle forme avec la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie – prend également des positions plus proches de celles des pays émergents que de celui de l’Union européenne…Mais le pays a dépassé les craintes que les ONG pouvaient avoir sur sa passivité. Alors que le ministre de l’Environnement, chargé par le gouvernement de présider les négociations, n’a pas fait preuve d’un grand enthousiasme afin d’aboutir à des avancées sur le projet de texte qui doit être débattu en 2015 (1), celui-ci a été déchargé mercredi 20 novembre de ses fonctions de ministre de l’Environnement au sein du gouvernement. Tout en restant chargé du climat et de la présidence de la COP…


(1)    Avant la Conférence, il écrivait sur Twitter : « Je ne suis pas sceptique sur les changements climatiques, je suis sceptiques par rapport à certaines manières européennes d’aborder le sujet. »

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans environnement
commenter cet article

commentaires

Recherche