Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 19:16

 

rue-saint-denis-pietonne-copie-1.jpgUn collectif de commerçants de la rue Saint-Denis vient de publier un texte manifestant l'opposition d'un certain nombre d'entre eux au projet de piétonisation de la rue Saint -Denis. On trouvera een italique mes réaction.

 

Le Collectif des commerçants de Colombes réunissant des commerçants du centre-ville (la rue Saint-Denis et ses abords), s’est créé pour lutter contre le projet de piétonisation de la rue Saint-Denis, présenté par la municipalité.

 Ma réponse: Le projet de piétonisation de la rue Saint-Denis figurait au programme municipal et est plébiscité par une grande partie des Colombiens. Ce projet a volontairement été déconnecté de la concertation du plan de Déplacement, pour faire l’objet de réunions spécifiques (3 séries de 2 réunions) depuis le mois de janvier, tant avec les commerçants qu’avec les riverains. Il a été au fur et à mesure amandé pour tenir compte des remarques, sachant que l’équipe municipale n’a pas souhaité le remettre en cause.

 

Nos commerces sont essentiels à l’identité, au dynamisme, à la vitalité du centre-ville.

ma réponse: Vrai : Nous sommes d’accord qu’ils sont essentiels à la qualité de vie du centre ville, tout comme les équipements culturels, les services publics, les habitants et les consommateurs.

 

Interdire la circulation automobile et empêcher tout stationnement, même de très courte durée, devant nos commerces, c’est condamner la vitalité commerciale du centre-ville.

ma réponse: Faux : dès l’instant où stationnement reste possible dans le centre-ville. Aujourd’hui, trouver une place rue Saint-Denis est un coup de chance, du matin au soir. La disponibilité est plus grande à partir de 19h, quand les non-résidents quittent « leur » place

Piétoniser la rue Saint-Denis, c’est :


- empêcher l’accès à nos commerces pour les personnes âgées véhiculées, les familles avec enfants en bas âge, etc...

ma réponse: Faux : aujourd’hui les mamans (et les papas) avec les poussettes et les enfants en bas âge ont le plus grand mal à se déplacer du fait du stationnement pargois illégal de voitures à certains emplacements, de l’étroitesse des trottoirs et de l’abondance des étals sur les trottoirs. De fait, il faut souvent descendre sur la chaussée au risque de se faire klaxonner par les conducteurs impatients de voitures qui n’ont d’ailleurs pas systématiquement l’intention de s’arrêter devant les commerces , mais empruntent la rue Saint-Denis comme un raccourci.

 

- amplifier la difficulté d'accès pour nos clients, déjà entravé par l’extension du stationnement payant en centre-ville, à partir du 1er juin.

ma réponse: Faux : Le stationnement sera payant, avec un tarif résidents. Ce paiement permettra une meilleure rotation et une plus grande présence de clientèles pour les commerçants.


- détourner les riverains vers les grandes surfaces disposant de vastes parkings.

ma réponse: Faux : D’ores et déjà, une parie des colombiens organise ses courses en combinant les commerces de la rue Saint-Denis, ceus de leur quartier, les supermarché, type Leclerc du Petit Colombes ou des fossés-Jean, Monoprix et Franprix de la rue Saint-Denis, Franprix de la gare des Vallées, Carrefour Market du quartier de l’Europe, et hypermarchés comme ceux de la Défense, de Gennevilliers, de Montesson ou d’Argenteuil. Selon que le commerce est un commerce alimentaire, ou un commerce d’équipement de la maison  ou de  la personne, le comportement des Colombiens s’adaptent à ce contexte.

Toutes les mesures que notre équipe prend visent à renforcer le commerce colombien en général, et du centre ville en particulier. C’est aussi parce que Colombes est une des plus grandes villes des Hauts-de-Seine et de l’Ile-de-France que nous menons, dans le cadre de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, une étude spécifique sur le devenir du centre ville à échéance de 10 ans, étude en cours et pas encore aboutie.

 

 - rendre plus difficiles les livraisons.

ma réponse: Faux : les livraisons, comme dans toutes les villes, sont déjà réglementées et le seront demain. La piétonisation, comme cela a été expliqué en réunion publique, ne gênera en rien les livraisons.

- amoindrir la visibilité de nos commerces.

Faux : la rue Saint-Denis est très peu « stationnable » à l’heure actuelle, du fait de l’importance de voitures ventouses. Elle est insuffisamment attractive en l’état sur ses deux côtés, et sur toute la longueur. Le déplacement à pied permettra de mieux faire du lèche-vitrine et découvrir les produits et marques vendus par les commerçants.

- impacter la valeur de nos fonds de commerce.

Faux : une meilleure fréquentation augmentera le chiffre d’affaire, à condition que les commerçants suivent les demandes des consommateurs.

- générer des hausses de loyer.

Vaut-il mieux laisser stagner ou se dégrader le commerce de centre-ville pour éviter les hausses de loyer ? Si cette hausse intervient de manière spéculative, comme c’est le cas dans l’habitat, ce n’est pas normal. Si elle suit l’évolution du chiffre d’affaire, cettez hausse de loyer doit être contenue et le plafond de cette évolution doit figurer dans le bail du commerçants.


- amplifier l’effet de la crise sur notre chiffre d’affaire.

ma réponse: Les commerçants ne sont pas isolés dans la sociétés : nombre de nos concitoyens ont du mal à joindre les deux bouts, sont menacés ou subissent la précarité ; l’amélioration en général de la situation de l’emploi, doit se traduire par une amélioration du pouvoir d’achat, et pas seulement par l’augmentation des stock-options des dirigeants de grandes sociétés et des rémunérations des actionnaires. Nous prenons toutes les dispositions pour maintenir ou faire venir de l’emploi à Colombes, nous veillons à maintenir du commerce, de l’artisanat, des PME, du service dans tous les quartiers. Nous ne sommes pas responsables de la crise financière qui secoue le monde depuis 3 ans.

- provoquer des cessations d’activité.

Faux : les cessations d’activités ne sont pas intiment dues à la piétonisation. Il y aura nécessairement une adaptation des comportements des uns et des autres. La municipalité fait déjà d’importants efforts en direction du commerce, et a l’intention de les poursuivre et de les amplifier. Mais l’amalgame ne fait pas progresser l’attractivité de notre centre-ville.


- entraver le passage des véhicules d’urgence, police….

ma réponse: Faux : les véhicules prioritaires resteront prioritaires, quels que soient les dispositifs techniques mis en œuvre.


- entraîner des travaux pénalisants pendant une longue période, ou les habitants prendront leurs habitudes ailleurs

 ma réponse: Vrai et Faux : les travaux entrainent des difficultés, mais ils seront organisés de telle sorte à minimiser la fuite des clients vers d’autre lieux ; en tout état de cause, des campagnes de communication en faveur du centre ville seront organisées régulièrement.

 

NOUS EXIGEONS L’ANNULATION DE CE PROJET RISQUÉ, COÛTEUX ET INUTILE.

 ma réponse: Ce projet n’est pas risqué, n’est pas couteux à l’échelle d’une commune de plus de 80 000 habitants, et est au contraire utile, pour la commune, pour son centre-ville, pour ses commerçants.


Des actions de mobilisation et de sensibilisation vont voir le jour tout prochainement : pétition, tractage, etc…

ma réaction: J’espère que votre campagne sera fondée sur des faits objectifs, et éviteront les amalgames en tout genre. Ensuite, je reste persuadé que du dialogue naissent les solutions. Pour dialoguer il faut être deux : la municipalité y est prête dans le cadre du mandat que lui ont confié les électeurs en 2008. Soyez assurés que nous sommes prêts à poursuivre les échanges avec l’ensemble des commerçants du centre-ville et de la rue Saint-Denis

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans colombes
commenter cet article

commentaires