Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:13

Samedi après-midi, j'ai participé à la mobilisation -forcément insuffisante- pour la dfense des hôpitaux de Nanterre et de Colombes. Partis de Nanterre, nous sommes passés par l'hôpital Louis Mourier avant de finir notre marche à la mairie de Colombes, au milieu d'un  mariage et d'une animation du frestival des voix.

Voici la déclaration que j'aie lue à l'arrivée à Colombes.

 

La Loi « Hôpital, patients, santé, territoires » dite loi Bachelot fait des ravages dans toute la France au sein du service public de santé de proximité. Faute du budget nécessaire, une tentative de rapprochement de certains services est mise en œuvre entre les hôpitaux de Colombes et de Nanterre. C’est inacceptable au vu des besoins de la population  et les personnels de santé n’ont pas à subir les effets de cette loi rétrograde.

 

La défense du caractère public des services de santé et des services sociaux est un enjeu important. Mais celle-ci ne peut se faire que si l’on prend mieux en compte la dimension environnementale de la santé.

 

L’organisation mise en place par la loi Bachelot est basée sur la logique hôpital-entreprise. La partie santé publique est particulièrement indigente : rien sur la santé au travail, la santé environnementale ou la santé scolaire. Pareillement pour l’éducation pour la santé. C’est le cœur du problème. Cette réforme a été guidée par une logique économique qui a conduit à la situation actuelle, une dette sociale colossale : d’ici 2020 la dette sociale représentera 140 Mds  qui auront coûté 80 Mds  d’intérêts, lesquelles auront surtout servi à enrichir nombre d’institutions financières. L’autre volet de la réforme Bachelot, vise à privatiser le financement ; l’objectif est  bien de faire financer les augmentations par les mutuelles complémentaires, c’est à dire une rupture avec la prééminence du régime obligatoire.

 

Dans un contexte de désengagement de l'Etat en matière de santé, il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire de soutenir les actions en faveur de la protection des publics les plus fragiles ou en difficulté en mettant en œuvre le bouclier sanitaire et social dont les Franciliens, les Altoséquanais et les Colombiens ont besoin.

 

La « fracture sanitaire » ne cesse de s’élargir depuis quelques années. Le service public hospitalier est affaibli. Les frais de santé à charge du patient, c’est-à-dire après prise en charge par la sécurité sociale et les mutuelles, ont augmenté de 50% entre 2001 et 2009. Ce sont les plus bas revenus qui pâtissent de cette « marchandisation » de la santé.


Il y a un vrai enjeu de la réduction des inégalités d'accès aux soins.


Europe Ecologie-Les Verts prône une politique volontariste en la matière. Cette politique volontariste est l'occasion de rappeler notre attachement:

• aux services publics de la santé et à l'hôpital public

• à la médecine de proximité

• à une logique qui soit à l'opposé de la logique comptable du gouvernement

• à la démocratie sanitaire

• à la prise en compte de la santé environnementale

• à une meilleure accessibilité aux soins primaires

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans santé
commenter cet article

commentaires