Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 18:59

 autoc.jpg26 avril 1986 - 26 avril 2011 : 25 ans de mensonge de l’industrie nucléaire, de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des autorités.

 

Avec l’ouverture de Tchernobyl au tourisme, certains aimeraient reléguer la catastrophe dans le passé. A nous de rappeler que la catastrophe de Tchernobyl est toujours une réalité et que Tchernobyl continue de tuer. A nous de rappeler que le nucléaire, en France et dans le monde, constitue plus que jamais une menace pour les êtres humains et l’environnement. A nous de rappeler que, partout dans le monde, les énergies alternatives progressent plus vite que le nucléaire, et n’attendent que d’être développées.

Éviter un Tchernobyl, en France ou ailleurs, c’est possible... si la France s’autorise enfin à remettre le nucléaire en question et à se pencher sur les alternatives.

Alors que tous les partis se préparent pour les élections de 2012, faisons entendre notre voix et imposons le nucléaire dans le débat.


L’énergie, c’est notre affaire !

La sortie du nucléaire est tout à fait possible, sans le moindre "retour à la bougie". Elle passe en particulier par les économies d’énergie (isolation des bâtiments, chasse au gaspi, développement d'équipements moins énergivores...) et par un recours important aux énergies renouvelables (éolien, solaire, bois, hydraulique, biomasse, cogénération...). La sortie du nucléaire est une mesure sociale : elle entraînera la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois, beaucoup moins dangereux que les métiers du nucléaire, non délocalisables et socialement utiles. Elle permettra aussi une réelle indépendance énergétique du pays.

Le programme nucléaire français a été décidé à huis clos au sommet de l’État et impulsé en coulisses par des ingénieurs du Corps des Mines, véritable caste technocratique. Ni les députés, ni les citoyens n’ont été consultés, et les manifestations pacifiques contre l’atome sont souvent confrontées à un déploiement massif des forces de l’ordre.

La majorité de la classe politique soutient aveuglément le nucléaire. Pourtant, tous les sondages montrent que les Français y sont en majorité opposés et souhaitent un vrai débat sur l’énergie .

Le maintien de l’atome n’est pourtant pas une fatalité. Dans plusieurs pays comme l’Allemagne, les mouvements citoyens ont obtenu un vote pour la sortie du nucléaire. Le Danemark, la Norvège et l’Irlande ont interdit le recours au nucléaire dans leur loi ; l’Autriche, suite à un référendum, l’a même banni dans sa Constitution !

Au niveau mondial, le nucléaire est une énergie totalement marginale, puisqu’il ne représente que 2,4 % de la consommation d’énergie. En France, le nucléaire représente environ 15 % de la consommation d’énergie.  

 

Plusieurs études démontrent qu’il est possible de sortir du nucléaire, en France, en Europe et au niveau mondial. Elles présentent des scénarios détaillés, qui reposent sur des solutions et des technologies disponibles

Sortir du nucléaire, c’est nécessaire...

Le nucléaire est polluant et dangereux pour la santé. Toutes les installations nucléaires rejettent en permanence de la radioactivité dans l’air et l’eau. Le nucléaire porte atteinte à la santé des travailleurs du nucléaire et des populations riveraines

 

Le nucléaire provoque inévitablement des catastrophes majeures. La catastrophe de Tchernobyl continue de tuer. En 25 ans, elle a fait un million de morts ! Et la catastrophe de Fukushima au Japon vient tragiquement rappeler que le risque zéro n’existe pas.

 

Le nucléaire produit des déchets radioactifs ingérables, qui s’entassent par milliers de tonnes. Certains restent dangereux pendant des siècles, voire des centaines de milliers d’années.

 

Le nucléaire permet la prolifération des armes atomiques. C’est le même procédé que permet d’enrichir l’uranium pour en faire du combustible ou des bombes. Développer le nucléaire civil est donc la voie royale pour des pays comme l’Iran qui veulent se doter d’un arsenal nucléaire

Le nucléaire est un gouffre financier. Depuis des décennies, le nucléaire est sous perfusion constante de financements publics astronomiques. Et nous devrons bientôt payer les coûts cachés du nucléaire : la "gestion" des déchets radioactifs et le démantèlement des réacteurs se chiffreront en centaines de milliards d’euros

 

Le nucléaire empêche de lutter efficacement contre le changement climatique. Le nucléaire accapare des investissements publics colossaux, qu’il détourne des vraies solutions : les économies d’énergie et les énergies renouvelables. De plus, les centrales sont vulnérables face aux inondations, sécheresses, incendies, …

 

Le nucléaire n’est pas compatible avec la démocratie. La décision de développer le nucléaire a été prise sans jamais consulter les citoyens. De plus, l’industrie nucléaire est opaque et emploie des méthodes anti-démocratiques (lobbying, espionnage, …) pour influencer les décisions politiques et étouffer les critiques des écologistes.

 

Le nucléaire ne permet pas d’assurer notre indépendance énergétique. La France importe 100% de son uranium. Notre pays importe de grandes quantités d’électricité en hiver, et consomme plus de pétrole par habitant que la moyenne de nos voisins européens !

Sortir du nucléaire, on sait faire !

Sortir du nucléaire, c’est possible ! Plusieurs études présentent déjà en détail différents scénarios, reposant sur des technologies disponibles. Selon les ambitions et les choix en termes de politique énergétique et d’évolutions sociales, ils prévoient une période de transition de quelques années à quelques décennies. Dans leur diversité, ils montrent que la vraie question n’est pas technique, mais politique. Sortir du nucléaire, on sait faire... mais il faut le décider !

 

L’énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu’on ne produit pas. Il s’agit d’abord d’éliminer les gaspillages et les consommations d’énergie superflues : c’est la sobriété. Il faut aussi utiliser les techniques actuelles les plus économes en énergie : c’est l’efficacité. Ainsi, on réduira largement la quantité d’énergie dont on a encore réellement besoin. À moyen terme, celle-ci pourra donc être produite par les énergies renouvelables.

 

L’évolution des comportements individuels est nécessaire, mais pas suffisante. Les entreprises et les collectivités doivent mettre en œuvre des mesures de maîtrise de leur consommation d’énergie. Au plan national, des réglementations ambitieuses et des mesures incitatives doivent être adoptées pour enclencher une transition énergétique, socialement juste et économiquement positive. 

Il n’est donc, pas question de "revenir à la bougie" ou d’attendre une technologie providentielle !

 

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/changeons-d-ere-sortons-du/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans environnement
commenter cet article

commentaires

Recherche