Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 22:11

A l'initiative de l'ANCIClink, la CADAClink et du Planning Familiallink, plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi après-midi à Paris pour défendre l'accès à l'IVG (interruption volontaire de grossesse), par les fermetures d'hôpitaux liées à la loi Bachelot. Elles  estiment qu'environ 5.000 femmes partent se faire avorter à l'étranger chaque année et redoutent un retour des avortements clandestins.

"Un enfant c’est un choix, avorter c’est un droit"

Le droit à l’avortement acquis de longue lutte est aujourd’hui menacé : les plannings familiaux manquent de moyens, le parcours pour avorter est souvent semé d’embûches : délais trop longs pour prendre un rendez-vous, demande d’avance de frais, fermeture de centres d’IVG de proximité, culpabilisation...

Limiter le droit à l’avortement ne réduit pas le nombre d’avortements mais seulement les possibilités offertes aux femmes, ce qui contribue à reporter inutilement le moment de l’opération.

 On estime que 40% des femmes en France auront recours à l’interruption volontaire de grossesse. Ce n’est pas une question marginale mais une liberté fondamentale pour les femmes : le droit de disposer de son corps et de faire un choix de vie.

L’application de la loi connaît des difficultés croissantes du fait de la non-revalorisation du tarif de l’acte depuis 1991 qui a entraîné un net désengagement des centres privés dont le nombre s’est réduit de 36 % en 5 ans. Cela a pour conséquence une surcharge des services publics qui placent hors délai nombre de femmes – on estime ce nombre à 5 000 femmes par an -obligées de se rendre aux Pays Bas ou en Grande Bretagne, comme avant 1975.  

Dans une période où les valeurs conservatrices font leur retour, où le mouvement pro-life se renforce et où le système de santé publique est en danger, le droit à l’avortement ne doit pas devenir un droit inaccessible. L’ensemble des moyens nécessaires pour maintenir le droit à l’avortement en tant que droit effectif doivent être mis en place. Il est nécessaire d’insister sur la réouverture des centres de proximité, l’éducation à la sexualité, mais aussi la gratuité de l’IVG ainsi que de l’ensemble des moyens contraceptifs.

 

ANCIC : l’Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception http://www.ancic.asso.fr

 

CADAC : Coordination des Associations pour le Droit à la Contraception et à l’Avortement

http://www.collectifdroitsdesfemmes.org/

 

MFPF : Le mouvement français pour le planning familial

http://www.planning-familial.org/

 

Les démarches à suivre en cas d'urgence, comment se pratique l'IVG, qui paye, la réglementation.

http://www.planning-familial.org/themes/theme03-avortement/index.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans société
commenter cet article

commentaires