Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 22:58

xynthia_articlearchivephoto-copie-3.jpgA propos de Xynthia, la position des Verts-Europe Ecologie de la région Poitou-Charentes et du département de Charentes Maritimes

 

Une dureté inversement proportionnelle au laxisme d’hier.

 La tempête Xynthia a fait la une des journaux depuis un mois et demi. Catastrophe annoncée, cellule de crise mobilisée pour avertir les maires et les services de secours, rien de plus. Certains maires avaient averti par du porte à porte leurs habitants, les encourageant à venir s’abriter dans un lieu sûr par principe de précaution. Pour aller plus loin, qui a les moyens et l’autorité pour évacuer les populations : le préfet, mais il n’a pas jugé cela utile…

Et déjà une polémique est montée, avec les courageux questionnements des médias. Alors que la compassion devenait un prétexte pour ne rien avouer, les journalistes ont été les seuls à interpeller les pouvoirs publics, les élus locaux, les sinistrés : fallait il évacuer, pouvait-on éviter ces morts, ces désastres qui avaient ravagé en une nuit, pour certains l’histoire d’une famille, pour d’autres les économies d’une vie ?

L’ampleur du sinistre.

Certaines personnes ont été piégées dans leur maison, dépourvues d’étage pour des raisons de protection paysagère. Beaucoup heureusement sont saines et sauves, mais ont tout  perdu, y compris la capacité de se projeter dans l’avenir et la reconstruction. Des élus et des tas de bénévoles venant de partout leur ont apporté le temps du réveil un secours précieux.

 Face à eux : les réponses de l’Etat, une dureté inversement proportionnelle au laxisme d’hier.

La construction sur la bande littorale est interdite sur une largeur de 100 mètres et l’implantation de nouveaux bâtiments dans des secteurs exposés aux risques, naturels ou technologiques, doit être organisée ou  interdite à travers des plans de préventions des risques (PPR). Cela existe pour les usines dangereuses (PPRT, type Séveso) et pour les secteurs inondables ou proches du littoral (PPRI). Or à part sur les îles, Oléron et Ile de Ré, aucun PPRI n’est approuvé sur la bande littorale comprise entre Fouras et Charron ! Les maires de La Rochelle, Aytré ont réclamé depuis des mois les études à l'Etat, qui leur a répondu que leur secteur n'était pas prioritaire. Le porter à connaissance pour le SCOT de l'agglomération de La Rochelle, mais aussi de celui qui couvre Charron, étaient d'une vacuité terrifiante...En fait, l'Etat et son représentant direct ne font aucun cas des questions d'environnement dans cette région.

Ce n’était donc pas une priorité pour le préfet, tout comme le PPRT de Rhodia, de Gratecap ou encore Picoty encore à l’étude à ce jour. Cette passivité évitait l’information et la contrainte : elle a permis aux élus ou aux communes de garder leur potentiel d’urbanisation ; à des promoteurs peu scrupuleux de vendre des mètres carrés et aux acheteurs de réaliser leur rêve d’une maison les « pieds de l’eau ».

 Et comme souvent, malheureusement après  la catastrophe, le réveil est brutal.

Le préfet n’a pas trouvé mieux que de punir, sans dialogue, sans nuance, sans délais, incluant dans les périmètres à démolir même des constructions ancestrales. Des procédures existent, elles prévoient la concertation, l’expertise contradictoire ; ce sont des dispositifs certes imparfaits mais ils ont le mérite de prévoir du temps, des échanges, de la transparence et évitent la sensation d’arbitraire répandue aujourd’hui qui pousse certains à la surenchère et à la colère.

De plus, on peut toujours demander réparation du préjudice résultant d'une illégalité. Ici, le responsable  serait la commune qui a délivré les permis de construire, et il faudrait démontrer  que le plan d'occupation des sols est illégal en ce qu'il a  autorisé des constructions en zone inondable. Mais est-ce possible quand celui qui invoque une illégalité est le premier bénéficiaire de cette illégalité. Il faut quand même remarquer qu'il appartenait au préfet, en son  temps, de déférer ce plan au tribunal administratif pour ce motif.
Néanmoins la démagogie est-elle profitable aux sinistrés ?

Des chevaliers blancs élèvent la voix au nom des élus locaux et des riverains (certains parlent de moratoire d’autres de suppression des zones noires) Est ce vraiment rendre service aux habitants ? Qu’obtiendra un sinistré en déclassant sa maison de la zone noire vers la zone jaune ? Une moindre indemnisation, des prescriptions qui dévalueront son bien, des assureurs réticents et pour certains la peur au ventre à chaque aléa climatique. 

 

Nos propositions (certaines viennent d’être annoncées par le ministère de l’environnement, espérons qu’elles se concrétisent).

Engager le dialogue avec les communes et les sinistrés pour une explication des zonages en toute transparence.

Accepter la remise en cause de certains tracés, à l’appui des témoignages, des expertises supplémentaires comme  cela se pratique dans l’élaboration des PPRI.

Constituer une cellule d’appui aux sinistrés regroupant les fédérations d’assurance, de banques, d’organismes fonciers (SAFER, Etablissement public foncier régional) pour débloquer rapidement les remboursements de réparation, reporter les échéances de prêt, obtenir des taux d’intérêt faibles pour le relogement, viabiliser rapidement des terrains pour la reconstruction et privilégier dans ces nouvelles constructions, l’approche écologique (écoquartier, proximité services publics, dont les transports publics, densification des zones urbanisées…)

Etablir ce qui aurait dû être fait depuis longtemps (PPRI), tout comme d’autres dispositifs oubliés dans ce département : plan départemental des déchets, PPRT pour les usines Sévéso.

Rendre publique l’étude submersion financée par le Conseil régional, sur l’impact du changement climatique

Et alors, comme le concluait le Grenelle de la mer, il faudra accepter de laisser certaines zones à la mer et de protéger les autres.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by patrick - dans environnement
commenter cet article

commentaires

Voix Ecologiques 21/04/2010 09:13


Si j'ai bien compris, vous dites à peu près la même chose que Ségolène Royal.

Quant à Cécile Duflot, pourrait-elle prendre le temps de répondre à nos questions relatives au fonctionnement d'Europe Ecologie ?

-> http://6961.lapetition.be/


Recherche