Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 14:00

Quel que soit le jour où la saison, il ne se passe rien d’heureux dans la vie de nombreuses personnes âgées. Leur quotidien n’est que solitude et précarité. Elles n’ont pas une visite, pas une conversation, pas même un appel téléphonique. En France, une personne sur quatre de plus de 75 ans n’a pas plus de trois discussions par an. Quel sens peut avoir une existence lorsqu’on n’a plus aucune relation avec les autres.

On sait que la part de la population vieillissante va en s'accroissant. En même temps, l’immense majorité des personnes âgées vit aujourd’hui chez elle et aspire en général à y rester. Il faut alors favoriser le maintien à domicile et aider aux solutions humaines et financières pour que cela se fasse dans de bonnes conditions.

Individuellement, ou en aidant les associations présentes sur Colombes, nous pouvons sortir les personnes âgées de leur isolement, discuter avec elles, faire leurs courses, remplir des papiers.

La période des vacances d’été est un moment encore plus difficile pour ces personnes. Les commerces sont fermés, les voisins sont absents.

Alors, un mot, un regard, un sourire, et surtout un geste peuvent faire tellement. Pensons-y avant que la municipalité ne décide d'abandonner une partie de cette catégorie de colombiens.

Car ce qui se trame est inquiétant.

Dans les Hauts-de-Seine le Conseil départemental, dont Nicole Goueta est membre de sa majorité depuis 2001, n'a pas actualisé le montant de ses aides depuis 6 ans. A Colombes, la même Nicole Goueta cette fois-ci maire de la commune ne veut plus financer la différence entre le montant des aides gelées et le coût des prestations subventionnées par le CCAS pour le maintien à domicile des personnes âgées. Ce sont elles qui devront régler ce reste à payer. Sauf que toutes ne pourront pas le faire. A terme, seules celles qui en auront les moyens pourront se payer ces prestations sans doute en faisant appel à des structures du secteur privé et non plus associatif. Au final seuls ceux qui auront les moyens pourront se payer un prestataire 100% privé. Tant pis pour les autres. La Maire n'ira pas se faire prendre en photo avec eux.

Repost 0